AccueilGroupesDiscussionsExplorerTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

Madame Bovary (1856)

par Gustave Flaubert, Gustave Flaubert

Autres auteurs: Voir la section autres auteur(e)s.

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneDiscussions / Mentions
22,992341115 (3.75)6 / 875
Pr face, notes et dossiers par Jacques NeefsUne jeune femme romanesque qui s' tait construit un monde romantiquement r v tente d' chapper - dans un vertige grandissant - l'ennui de sa province, la m diocrit de son mariage et la platitude de sa vie. Mais quand Flaubert publie Madame Bovary, en 1857, toute la nouveaut du roman r side dans le contraste entre un art si hautement accompli et la peinture d'un univers si ordinaire. L' criture transfigure la vie, mais s'y adapte si troitement qu'elle la fait na tre sous nos yeux. Ce n' tait plus du roman comme l'avaient fait les plus grands , dira Maupassant: C' tait la vie elle-m me apparue. On e t dit que les personnages se dressaient sous les yeux en tournant les pages, que les paysages se d roulaient avec leurs tristesses et leur gaiet , leurs odeurs, leur charme, que les objets aussi surgissaient devant le lecteur mesure que les voquait une puissance invisible, cach e on ne sait o .… (plus d'informations)
  1. 153
    Anna Karénine par Leo Tolstoy (roby72)
  2. 120
    L'éveil par Kate Chopin (StarryNightElf)
    StarryNightElf: This is the American version of Madame Bovary - set in turn of the century Louisiana.
  3. 100
    Les beaux mariages par Edith Wharton (Limelite)
    Limelite: Essentially the same greedy, social climbing woman who gets herself into money troubles and manipulates men to get out of them -- but with more success. Similar commentary on society, but instead of the bourgeoisie of village France it's the upper crust of NYC of nearly the same time but without the trenchant humor of Flaubert.… (plus d'informations)
  4. 122
    Don Quichotte par Miguel de Cervantes Saavedra (DLSmithies)
    DLSmithies: Don Quixote was Flaubert's favourite book, and I've read somewhere that the idea of Madame Bovary is to re-tell the story of Don Quixote in a different context. Don Quixote is obsessed with chivalric literature, and immerses himself in it to the extent that he loses his grip on reality. Emma Bovary is bewitched by Romantic literature in the same way. There are lots of parallels between the two novels, and I think putting them side by side can lead to a better understanding of both.… (plus d'informations)
  5. 90
    La Foire aux Vanités par William Makepeace Thackeray (HollyMS)
    HollyMS: Both works are about women who would do anything to gain a life of luxury.
  6. 70
    The Awakening and Selected Short Stories {9 stories} par Kate Chopin (Dilara86)
  7. 70
    Loin de la foule déchaînée par Thomas Hardy (Booksloth)
  8. 60
    Le Rouge et le Noir par Stendhal (LittleMiho)
  9. 30
    Effi Briest par Theodor Fontane (roby72)
  10. 20
    Quelque chose à déclarer par Julian Barnes (KayCliff)
  11. 20
    Le perroquet de Flaubert par Julian Barnes (KayCliff)
  12. 31
    Tours et détours de la vilaine fille par Mario Vargas Llosa (browner56)
    browner56: The stories of two women, separated by 150 years, who search desperately for something they never find. Flaubert's legendary protaganist is the role model for Vargas Llosa's "bad girl".
  13. 31
    The Female Quixote par Charlotte Lennox (allenmichie)
  14. 10
    Die, My Love par Ariana Harwicz (potenza)
    potenza: Man Booker Intl finalist. Woman on the edge. Brutally feminist.
  15. 10
    Une maison de poupée par Henrik Ibsen (mysimas)
  16. 10
    The Doctor's Wife par Mary Elizabeth Braddon (Lapsus_Linguae)
    Lapsus_Linguae: Both heroines love novels and wish to lead an adventurous life but instead, they both get married to down-to-earth medical men who, despite a sincere affection, never understand them.
  17. 10
    Mrs Craddock par W. Somerset Maugham (soylentgreen23)
    soylentgreen23: 'Mrs Craddock' evidently shares a lot in common with Flaubert's masterpiece, especially in terms of its representation of a woman married to a dull man, who wishes to have a renewed taste of passion, despite the likely terrible consequences.
  18. 10
    A la recherche du temps perdu, tome 4 : Sodome et Gomorrhe par Marcel Proust (caflores)
  19. 11
    Contre-enquête sur la mort d'Emma Bovary par Philippe Doumenc (Cecilturtle)
  20. 00
    Een zuivere liefde par Sofja Tolstaja (Monika_L)

(voir toutes les recommandations de 25)

Europe (37)
1850s (16)
Romans (17)
Read (17)
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Anglais (279)  Espagnol (20)  Néerlandais (8)  Italien (7)  Français (7)  Allemand (4)  Portugais (Brésil) (3)  Danois (2)  Catalan (2)  Suédois (2)  Finnois (2)  Portugais (Portugal) (2)  Norvégien (1)  Hébreu (1)  Galicien (1)  Toutes les langues (341)
Affichage de 1-5 de 7 (suivant | tout afficher)
> Babelio : https://www.babelio.com/livres/Rey-Pierre-Louis-Rey-commente--Madame-Bovary-de-G...
> La culture générale : https://www.laculturegenerale.com/classiques-litterature-francaise/

> C'est l'histoire d'une femme mal mariée, de son médiocre époux, de ses amants égoïstes et vains, de ses rêves, de ses chimères, de sa mort. C'est l'histoire d'une province étroite, dévote et bourgeoise. 
 C'est, aussi, l'histoire du roman français. Rien, dans ce tableau, n'avait de quoi choquer la société du Second Empire. Mais, inexorable comme une tragédie, flamboyant comme un drame, mordant comme une comédie, le livre s'était donné une arme redoutable : le style. Pour ce vrai crime, Flaubert se retrouva en correctionnelle. Aucun roman n'est innocent : celui-là moins qu'un autre. Lire Madame Bovary, au XXIe siècle, c'est affronter le scandale que représente une ?uvre aussi sincère qu'impérieuse. Dans chacune de ses phrases, Flaubert a versé une dose de cet arsenic dont Emma Bovary s'empoisonne : c'est un livre offensif, corrosif, dont l'ironie outrage toutes nos valeurs, et la littérature même, qui ne s'en est jamais vraiment remise. --Pauline Hamon (Culturebox)

> Flaubert avait beau affirmer qu'il désirait faire du style le coeur d'un "livre sur rien", son premier roman n'en est pas moins un récit, un roman de la "fatalité", comme le souligne innocemment Charles Bovary, sans même savoir qu'il s'agit d'une fatalité d'ordre narratologique qui imbrique imperceptiblement les éléments du texte pour rendre l'issue inévitable. Tableau des Moeurs de province, Madame Bovary dépeint avec tant d'efficacité la dynamique de la frustration que le mélange d'ennui profond, d'apathie et d'exaltation romanesque qui caractérise son héroïne a donné naissance au terme de bovarysme. De Tostes à Yonville-l'Abbaye, Emma Bovary traîne sa morne existence jalonnée d'adultères. Certes, ses échappées à bord de l'Hirondelle, l'express qui relie Yonville à Rouen, pimentent sa vie. Mais elle est conduite par Hivert, vouée au retour ironique et incontournable. Quelles que soient les tentatives d'évasion, le bovarysme triomphe. Dans le portrait de cette petite bourgeoise normande, Flaubert a poussé l'écriture objective, neutralité indispensable afin de se fondre dans les personnages, au point de rendre si vivantes les aspirations d'Emma que le roman lui valut un procès. --Sana Tang-Léopold Wauters

> Aucun roman n'est innocent : celui-là moins qu'un autre. Lire Madame Bovary, au XXIe siècle, c'est affronter le scandale que représente une œuvre aussi sincère qu'impérieuse. Dans chacune de ses phrases, Flaubert a versé une dose de cet arsenic dont Emma Bovary s'empoisonne : c'est un livre offensif, corrosif, dont l'ironie outrage toutes nos valeurs, et la littérature même, qui ne s'en est jamais vraiment remise. --Amazon.fr
  Joop-le-philosophe | Dec 28, 2018 |
J’ai quarante ans depuis peu, deux adorables monstres pour enfants, un mari avec qui je vais bientôt avoir passé plus de la moitié de ma vie, je vis dans une ville de province, je pourrais considérer que je fais partie de la petite bourgeoisie, revenus décents sans permettre beaucoup de folies. Et puis aussi, je lis trop de romans. Alors c’est peut-être présomptueux, mais je reprends à mon compte la phrase de Flaubert et je me dis que oui, Madame Bovary, c’est aussi moi.
On ne nous dit pas ce qu’est la vie, et moi je l’ai découverte dans les livres. Les romans qui se finissent toujours bien, avec leurs obstacles formidables qui révèlent le courage des vrais héros. Les récits de voyage qui emportent dans des tourbillons d’exotisme par lesquels il parait si simple de se laisser entrainer. On ne nous dit pas ce qu’est la vie. Sa platitude, sa monotonie, ses déceptions, ses temps morts…
On ne nous dit pas, et je ne peux que comprendre cette Madame Bovary qui a cru que la vie c’était autre chose et qui doit tout à coup se confronter à cette réalité bien moins glorieuse du quotidien. On ne nous dit pas, et l’on tombe de haut.
Madame Bovary est tombée de haut, et moi avec elle, je crois bien. Je pensais que ma vie serait bien différente, telle un roman jamais encore écrit, qu’elle foisonnerait de mille et une aventures, de découvertes toujours renouvelées, que si jamais j’en trouvais le temps, chaque jour pourrait être matière à un nouveau roman, un nouveau récit d’aventure. Et aujourd’hui, au mitant de ma vie, je regarde autour de moi et je me dis que j’ai la même petite vie classique que la plupart des gens avec qui je prends le bus le matin pour aller au travail, puis le soir pour en revenir. Oui, je sais, chacun a ses petites joies ou ses petits drames bien à lui, mais justement, tout le monde les a, et à partir du moment où il faut adjoindre l’adjectif « petit » aux joies et aux drames, ce n’est plus ni Roméo et Juliette ni Les Trois Mousquetaires.
Madame Bovary est tombée de haut, et moi aussi. Mais si elle a continué sa chute, je crois que pour ma part je me suis relevée. J’ai appris à la force du poignet ce qu’était la vie pour des gens sans envergure comme moi. J’ai appris où sont les plaisirs (les petits plaisirs, oui, encore l’adjectif « petit ») qui rendent cette vie supportable, puis même agréable, voire peut-être unique et irremplaçable. Mais cela, ce n’est pas dans les livres que je l’ai appris. Je sais bien qu’il y a de plus en plus de livres qui ne sont plus de grandes épopées et qui veulent raconter le quotidien et l’ordinaire, mais je ne suis pas sûre que ce soit d’eux que je tire ma sérénité quand je regarde d’où je viens et où je vais. C’est d’une réflexion de tous les jours, d’un travail sur moi-même, dont je ne suis pas spécialement fière, certains pourraient y voir du renoncement, voire de la résignation.
Madame Bovary, pour différentes raisons que Flaubert distille dans son livre sans nous les livrer tout à fait explicitement, n’a pas fait ce cheminement. Elle ne renonce pas et préfère la fuite en avant, dans l’espoir sans cesse entretenu de trouver cette vie palpitante qu’elle estime mériter. Jamais elle ne l’aura, sauf dans sa fin tragique qui fait d’elle l’héroïne de roman qu’elle a toujours voulue être. Madame Bovary de la première partie du livre, c’est moi. Madame Bovary de la suite, ce n’est plus moi, mais que je la comprends. Je n’ai pas choisi son chemin, je préfère le mien, mais j’aurais aussi pu, d’une façon plus conforme à notre époque, transgresser l’un après l’autre tous les poncifs de la société pour tenter de trouver enfin ce piment de la vie que je croyais dû à tous.

Me voilà à beaucoup étaler de ma vie, mieux vaut que j’arrête là cet épanchement. Mais je pense que la première partie de ma note de lecture laisse transparaître à quel point j’ai aimé ce roman. Je goûte assez peu Flaubert, au style très formel et avec un air de supériorité difficile à avaler. Pourtant, ici, je me suis laissée emportée. J’ai eu la sensation que Madame Bovary c’était moi. Bien sûr, c’est une autre époque, un autre contexte, mais je me suis sentie, à plus d’un siècle de distance, proche d’elle comme je le suis rarement d’un personnage.
Madame Bovary est un livre qui parle probablement à beaucoup de lecteurs trop avides qui ont cru que la vie serait comme dans les romans, puis qui un jour sont tombés de haut. Qu’ils se soient relevés ou pas, Madame Bovary leur semblera une figure familière qui pourra les accompagner longtemps.
Il parait que l’on étudie parfois Madame Bovary au lycée. Je crois que je n’aurais pas compris cette lecture à cette époque. Je suis heureuse d’avoir découvert ce texte si tard, alors que je rentre dans ma cinquième décennie, car ce n’est que maintenant, je crois, que ce texte peut véritablement faire écho en moi. Je peux le comprendre parce que j’ai l’expérience nécessaire pour le comprendre au plus près de ce que je suis.
Je recommande donc cette lecture les yeux fermés, oui c’est un grand texte et une des pièces maîtresses de notre patrimoine littéraire, mais je recommande aussi de ne pas se précipiter sur cette lecture. Il faut savoir prendre son temps, attendre un peu de savoir ce que nous réserve la vie et ce que nous ferons de cette vie pour pouvoir comprendre les tourments de cette pauvre Emma qui pourrait paraître tellement ridicule à ceux qui n’auront pas fait l’expérience de sa déception. Madame Bovary s’enferme dans son illusion jusqu’à s’y perdre, à chacun de décider de prolonger l’illusion ou d’affronter sa désillusion. Madame Bovary a été moi, elle ne l’est plus.
  raton-liseur | Mar 1, 2018 |
Finesse d'écriture : l'auteur disparaît derrière son héroïne, et pourtant, quelle puissance il lui transmet ! Du grand art. ( )
  PatrickF | Jan 22, 2018 |
Un classique incontournable. Sur le thème de l'adultère. Reste très moral et politiquement correct. ( )
  Millepages | Jan 30, 2016 |
Le style daté de Flaubert a peut-être vieilli. Croulant sous les détails et les descriptions, le récit, pilier de la littérature, s'égare et perd de son influx. Demeurent les personnages : Emma bien sûr, archétype même de toutes les "desperate housewives" qui suivirent. Figure insatiable désirant vivre ses rêves, personnage que l'on aime abhorrer et que l'on abhorre aimer. Mais Charles aussi, plus présent et profond qu'il n'y paraît. Derrière son côté "flamby", se dissimule un être trop débonnaire et un cœur en souffrance. Et si le roman s'était appelé "Monsieur Bovary" ? ( )
  PaFink | Jan 2, 2015 |
Affichage de 1-5 de 7 (suivant | tout afficher)
Madame Bovary is many things - a perfect piece of fictional machinery, the pinnacle of realism, the slaughterer of romanticism, a complete study of failure - but it is also the first great shopping-and-fucking novel.
ajouté par KayCliff | modifierTranslating Madame Bovary, Julian Barnes (Dec 4, 2020)
 

» Ajouter d'autres auteur(e)s (160 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Gustave Flaubertauteur(e) principal(e)toutes les éditionscalculé
Flaubert, Gustaveauteur principaltoutes les éditionsconfirmé
Achille, GiuseppeTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Agutter, JennyNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Ajac, BernardIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Aveling, Eleanor MarxTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Bair, LowellTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Bakker, MargotTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Bersani, LeoIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Bodegård, AndersTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Brissaud, PierreIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Carifi, RobertoDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Davis, LydiaTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Gendel, EvelynTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Konstantinov, KonstantinTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Kraus, ChrisIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Lacretelle, Jacques deIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Mann, HeinrichPostfaceauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Marceau, FélicienPréfaceauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Marmur, MildredTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Mauldon, MargaretTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
May, J. LewisTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Maynial, ÉdouardIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
McCarthy, MaryAvant-proposauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Palola, EinoTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Pinxteren, Hans vanTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Riesen, IreneTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Scheffel, HelmutTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Schickele, ReneTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Schmied, TheoIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Speziale Bagliacca, RobertoIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Stahl, BenIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Suffel, JacquesPréfaceauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Thorpe, AdamTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Viitanen, Anna-MaijaTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Wall, GeoffreyTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé

Appartient à la série éditoriale

detebe (20721)
Signet Classics (CE 2387)

Est contenu dans

Contient

Fait l'objet d'une ré-écriture dans

Fait l'objet d'une adaptation dans

A inspiré

Contient une étude de

Contient un supplément

Contient un guide de lecture pour étudiant

Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Lieux importants
Évènements importants
Films connexes
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Prix et distinctions
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Épigraphe
Dédicace
À
MARIE-ANTOINE-JULES SENARD

Membre du bareau de Paris
Ex-président de l'assemblée nationale
Et ancien ami du ministre de l'intérieur

Cher et illustre ami,

Permettez-moi d'inscrire votre nom en tête de ce livre et au-dessus même de sa dédicace ; car c'est à vous, surtout que j'en dois la publication. En passant par votre magnifique plaidoirie, mon oeuvre a acquis pour moi-même comme une autorité imprévue. Acceptez donc ici l'hommage de ma gratitude, qui, si grande qu'elle puisse être, ne sera jamais à la hauteur de votre éloquence et de votre dévouement.

GUSTAVE FLAUBERT

Paris, le 12 avril 1857
À Louis Bouilhet
Premiers mots
Nous étions à l'Etude, quand le Proviseur entra suivi d'un "nouveau" habillé en bourgeois et d'un garçon de classe qui portait un grand pupitre.
Citations
Derniers mots
(Cliquez pour voir. Attention : peut vendre la mèche.)
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Courtes éloges de critiques
Langue d'origine
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais (4)

Pr face, notes et dossiers par Jacques NeefsUne jeune femme romanesque qui s' tait construit un monde romantiquement r v tente d' chapper - dans un vertige grandissant - l'ennui de sa province, la m diocrit de son mariage et la platitude de sa vie. Mais quand Flaubert publie Madame Bovary, en 1857, toute la nouveaut du roman r side dans le contraste entre un art si hautement accompli et la peinture d'un univers si ordinaire. L' criture transfigure la vie, mais s'y adapte si troitement qu'elle la fait na tre sous nos yeux. Ce n' tait plus du roman comme l'avaient fait les plus grands , dira Maupassant: C' tait la vie elle-m me apparue. On e t dit que les personnages se dressaient sous les yeux en tournant les pages, que les paysages se d roulaient avec leurs tristesses et leur gaiet , leurs odeurs, leur charme, que les objets aussi surgissaient devant le lecteur mesure que les voquait une puissance invisible, cach e on ne sait o .

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku
Trop mince est la vie. Pour contenir tous nos rêves. Ô grand désespoir.

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (3.75)
0.5 15
1 114
1.5 19
2 318
2.5 76
3 896
3.5 220
4 1314
4.5 169
5 1048

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

Penguin Australia

6 éditions de ce livre ont été publiées par Penguin Australia.

Éditions: 0140449124, 0141045159, 1846141044, 0451418506, 0143123807, 0734306873

Coffeetown Press

Une édition de ce livre a été publiée par Coffeetown Press.

» Page d'information de la maison d''édition

Tantor Media

2 éditions de ce livre ont été publiées par Tantor Media.

Éditions: 140010274X, 1400109043

Urban Romantics

2 éditions de ce livre ont été publiées par Urban Romantics.

Éditions: 1907832106, 1907832114

HighBridge

Une édition de ce livre a été publiée par HighBridge.

» Page d'information de la maison d''édition

Recorded Books

Une édition de ce livre a été publiée par Recorded Books.

» Page d'information de la maison d''édition

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 164,444,620 livres! | Barre supérieure: Toujours visible