AccueilGroupesDiscussionsPlusTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

Le vieil homme et la mer (1952)

par Ernest Hemingway

Autres auteurs: Voir la section autres auteur(e)s.

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneMentions
25,58442888 (3.78)859
Un vieux pêcheur, Santiago, n'a rien pris depuis des semaines quand il ferre un espadon loin vers le large. Il lutte pendant deux jours avant de voir le poisson. Mais le sang attire les requins qui l'empêcheront de sauver sa prise
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Actuellement, il n'y a pas de discussions au sujet de ce livre.

» Voir aussi les 859 mentions

Anglais (378)  Espagnol (19)  Italien (6)  Français (5)  Allemand (5)  Suédois (3)  Danois (2)  Néerlandais (2)  Portugais (Portugal) (2)  Finnois (1)  Hébreu (1)  Arabe (1)  Catalan (1)  Portugais (Brésil) (1)  Toutes les langues (427)
5 sur 5
> Babelio : https://www.babelio.com/livres/Hemingway-Le-vieil-homme-et-la-mer/1143209
> Esprit, No. 199 (2) (FÉVRIER 1953), pp. 312-314 : https://esprit.presse.fr/article/cuisenier-jean/ernest-hemingway-le-vieil-homme-...

> La mer abrite des millions de poissons, mais le vieux pêcheur n'a rien pris depuis quatre-vingt-cinq jours. Elle s'étend à l'infini, les côtes cubaines s'éloignent inexorablement, et pourtant, il s'agit d'un roman de l'enfermement. Le Vieil Homme et la mer, durant trois jours entiers, se retrouvent face à face. Rare élément féminin dans ce récit qui oppose deux volontés viriles et où la douceur maternelle provient d'un gamin, la mer est le lieu du lien. Lien entre le vieil homme et l'espadon, entre le pêcheur et la vie, lien entre le retour et le départ, l'eau est un lieu de séjour transitoire entre la vie et la mort. A peine un purgatoire, car l'on imagine mal cet homme à l'âme sublime avoir commis aucun péché, la mer fait surgir en lui des sentiments d'amour profond, de respect pour la vie, mais aussi de manque et de lassitude. Les expressions reviennent sans cesse, les images sont récurrentes et la voix parle à l'esprit dont elle émane. Les poissons volent, comme mus par la tension incessante de l'esprit, qui ne tient plus qu'à un fil ténu, corde de ligne bandée jusqu'à la limite. Dans cet univers de répétition, le langage irisé de reflets d'argent semble naître d'un pathétique besoin d'émancipation. --Sana Tang-Léopold Wauters

> Par le prix Nobel de littérature Ernest Hemingway, un récit inoubliable sur le courage, la nature et la vie, enrichi d'illustrations inédites de François Place. À partir de 12 ans. --Revue de presse

> 21 LIVRES À LIRE AU MOINS UNE FOIS DANS VOTRE VIE. — Un vieil homme part seul en mer avec pour objectif de pêcher un grand poisson. Lorsque celui-ci mord à l’hameçon, une bataille impitoyable de plusieurs jours débute entre eux. Au prix d’efforts surhumains, le pêcheur parvient à ses fins, mais le poisson se fait finalement dévorer par des requins. Un roman d’une grande poésie. (Laura BOUDOUX) --Publié le 11 déc. 2018, (Cosmopolitan)

> 30 LIVRES CULTES À AVOIR LU AU MOINS UNE FOIS DANS SA VIE. — "Le vieil homme et la mer", à l'image d'un conte, raconte l'histoire d'un vieil homme (captain obvious) partant seul pêcher un poisson immense qui, s'il y parvient, réussira à faire sa renommée. Durant trois jours et trois nuits va s'instaurer un duel entre le poisson, quasiment personnifié, et le touchant vieux monsieur pour qui la défaite n'est pas une option envisageable
Pourquoi il est culte : si vous ne devez lire qu'un livre d'Ernest Hemingway, nous vous conseillons celui-ci. (A regret, Hemingway ayant fait tant de bons livres). Pourquoi ? Tout simplement parce qu'au même titre qu'Antigone d'Anouilh, il place son personnage principal dans une situation sans concession. Le lecteur ne peut qu'être happé par l'histoire. (Pauline GRISONI) --Publié le 16/11/2018, (Cosmopolitan)
  Joop-le-philosophe | Jan 2, 2019 |
Hemingway décrit avec un grand talent le combat d'un vieil homme contre un environnement qu'il connait parfaitement. Le postulat de départ semble peu engageant, je m'attendais à un récit ennuyeux mais l'auteur sait rendre chaque étape du périple de Santiago passionnante. Un livre à lire absolument en VO tant la traduction française de Jean Dutourd trahit le style original par ses phrases étirées et trop complexes, tout en donnant au vieil homme un phrasé de paysan absent de la VO.
  neyssaj | Jul 21, 2015 |
Ce que ça peut être facile, les choses, quand on a perdu, pensa-t-il. J’aurais jamais cru que c’était si facile. (p. 170).

Un livre que j’avais mis de côté, comme une pépite possible à déguster lorsque le moment serait venu. Et voilà que j’ai profité des premières journées de vacances pour enfin ouvrir ce livre, dans une vieille édition du Livre de Poche que j’aime particulièrement, n’étant qu’un immense bout de mer bleu légèrement rayé de blanc, de la première à la quatrième de couverture, avec le titre et le nom de l’auteur presque comme des intrus. J’avais envie de mer, et je me suis dit qu’il était temps d’embarquer avec le vieux Santiago pour cette lutte dont j’avais tant entendu parler et dont je savais si peu.
Je ne conterai pas l’histoire, car je n’en savais pas plus que le laconique résumé « la lutte entre un homme et un poisson » et j’ai apprécié de découvrir un à un les étapes de cette lutte. Il a quand même fallu que je regarde les dernières lignes pour savoir si le Vieux s’en sortait finalement ou pas, mais je n’en dirai rien ici.
J’ai appris par la suite que ce court roman a été inspiré par un fait divers rapporté dans un journal. J’imagine bien comment cette histoire a pu fasciner Hemingway, alors qu’il la lisait sur une terrasse en sirotant un rhum. Il en fait un hymne à deux de ses amours, Cuba et la pêche au gros. Lui pratiquait cette pêche comme un sport, le vieux Santiago pour vivre. Mais il fait en partie du Vieux son porte-parole, et ce n’est pas seulement l’acte de pêcher qui importe, c’est la relation avec le poisson, adversaire à la taille de l’homme, adverse que l’on respecte, que l’on aime presque, que l’on humanise en lui prêtant les mêmes sentiments qu’à nous-mêmes. Je ne suis pas nécessairement sensible à ces arguments, qui me rappellent un peu trop les justifications de la corrida, mais le fait que le Vieux soit pêcheur par profession et par nécessité, et qu’il sache donner à son geste quotidien une dimension et une grandeur presque philosophiques me réconcilie avec ce texte. Ce qui est plaisir et art de la mise à mort pour Hemingway sera pour le vieux Santiago le geste sûr et plein de sens de l’artisan qui respecte et donne un sens à son travail.

Le Vieil Homme et la Mer aurait donc pu être un beau et puissant texte, mais j’ai été dérangée par le style d’Hemingway, beaucoup trop lisse, ne reflétant ni la poésie ni l’âpreté de ce vain combat. Il a fallu que je m’y reprenne à deux fois pour comprendre que le combat entre l’homme et le poisson venait de trouver sa résolution, moment attendu depuis le début du livre et qui est évacué en moins d’une demi-phrase elliptique. Dommage que le style de l’auteur, que j’ai déjà peu apprécié dans d’autres de ses œuvres, ne soit pas à la hauteur de son sujet et finisse par le desservir.
En définitive, voilà une lecture en demi-teinte, l’impression que ce livre aurait pu être merveilleux, et qu’il est seulement pas mal. Peut-être en attendais-je trop, en ayant tant entendu parler et en m’étant noyée plusieurs fois dans les vagues de sa couverture sans oser l’ouvrir. Pas un échec, non, car j’ai aimé mettre mes pas dans ceux du vieux Santiago, j’ai imaginé ses souffrances et j’ai admiré sa lutte au-delà de ses forces, mais le vieux Santiago méritait peut-être plus bel hommage, figure emblématique des petits pêcheurs qui affrontent quotidiennement des poissons plus grands qu’eux sans même voir à leur juste mesure leur courage et leur persévérance.
  raton-liseur | Sep 13, 2013 |
Le roman met en scène deux personnages principaux : Santiago, un vieux et pauvre pêcheur cubain, et Manolin, un jeune garçon , qui malgré les événements récents croit toujours au vieil homme. Santiago n'a attrapé aucun gros poisson depuis 84 jours. Les parents de Manolin qui trouvent que Santiago est malchanceux, interdisent à leur fils d'embarquer avec le vieil homme et le forcent à aller pêcher sur un autre bateau. En effet ce dernier ramène trois grosses prises en une semaine ! Laissant son jeune ami Manolin, le seul qui pourtant croit toujours en lui, le vieil homme décide de partir en mer, en quête de la prise qui lui vaudra à nouveau l'estime de ses pairs. Loin des côtes, sa ligne se tend enfin. La chance semble tourner. Fort de son expérience, Santiago réalise très vite qu'il s'agit là d'une prise hors du commun. Quel est donc ce poisson qu'il n'a pas encore vu ? Toute la nuit, il se laisse entraîner dans l'espoir de l'épuiser. Le lendemain matin, le poisson remonte enfin à la surface. Il s'agit d'un gigantesque espadon, tel qu'il n'en a jamais vu. Celui-ci, comme pour le provoquer jaillit devant lui dans toute sa splendeur. Puis il replonge aussitôt comme s'il n'était venu que pour le défier. L'espadon est tellement fort qu'il entraîne la chaloupe du vieil homme loin des côtes et le pêcheur ne peut qu'attendre et espérer. La bataille sera longue. Santiago sortira vainqueur de cette lutte épuisante, mais constatera, hélas à son retour à terre que les requins ne lui ont laissé que la carcasse de sa magnifique prise. Leçon d'humilité devant le fait que l'homme qui a gagné peut aussi tout perdre. Ce court récit a valeur de symbole. Il décrit le courage et la dignité d'un vieil homme et sa lutte acharnée contre le sort, contre son âge, contre son corps, contre la mort. Il conte le respect du vieux pêcheur pour son adversaire :
  vdb | Nov 21, 2010 |
Le vieil homme part tout seul, sur la mer, dans sa petite barque, à la recherche d'un grand poisson. Le grand poisson mord à son hameçon. Pendant trois jours et deux nuits le vieux luttera contre lui. A la fin, au prix des efforts incroyables, il en viendra à bout. Le vieux installe sa voile et met le cap sur la terre. Au bout d'une heure, les requins arrivent et dévorent le grand poisson. Le vieux en tue autant qu'il peut, mais quand il rentre au port il ne reste du poisson que la tête et l'arête. C'est la condition même de l'homme qui est dépeinte ici; c'est l'histoire du courage humain, de l'énergie humaine, de l'amour des êtres; c'est le poème de la pêche au gros poisson, c'est la victoire du coeur sur le désespoir.
  vdb | Aug 14, 2010 |
5 sur 5
“the drone of the pastiche parable, wordy and sentimental”
 
The Old Man and the Sea has almost none of the old Hemingway truculence, the hard-guy sentimentality that sometimes gives even his most devoted admirers twinges of discomfort. As a story, it is clean and straight. Those who admire craftsmanship will be right in calling it a masterpiece... it is a poem of action, praising a brave man, a magnificent fish and the sea, with perhaps a new underlying reverence for the Creator of such wonders.
ajouté par jjlong | modifierTime (Sep 8, 1952)
 
It is a tale superbly told and in the telling Ernest Hemingway uses all the craft his hard, disciplined trying over so many years has given him.
 
Within the sharp restrictions imposed by the very nature of his story Mr. Hemingway has written with sure skill. Here is the master technician once more at the top of his form, doing superbly what he can do better than anyone else.
 

» Ajouter d'autres auteur(e)s (69 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Ernest Hemingwayauteur(e) principal(e)toutes les éditionscalculé
Dutourd, JeanTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Heston, CharltonReaderauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Jaworski, PhilippeTraductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Lewis, SinclairIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Marantonio, UgoIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Moehlenkamp, KevinConcepteur de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Oeser, Hans-ChristianDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Petrov, AlexandreArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Pivano, FernandaTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Sickles, NoëlIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Sutherland, DonaldNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Tainio, TaunoTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Veegens-Latorf, E.Traducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Werumeus Buning, J.W.F.Préfaceauteur secondairequelques éditionsconfirmé

Est contenu dans

Fait l'objet d'une adaptation dans

Est en version abrégée dans

Possède un guide de référence avec

Contient un guide de lecture pour étudiant

Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Lieux importants
Évènements importants
Films connexes
Prix et distinctions
Épigraphe
Dédicace
Premiers mots
PRÉFACE DU TRADUCTEUR, (1952)
(Philippe, Jaworski)

Un vieux pêcheur cubain réputé malchanceux attrape un jour un marlin d’une taille extraordinaire, que les requins dévorent à belles dents pendant son retour au port. [...]
Il était une fois un vieil homme, tout seul dans son bâteau qui pêchait au milieu du Gulf Stream. [...]
Citations
Derniers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
(Cliquez pour voir. Attention : peut vendre la mèche.)
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Courtes éloges de critiques
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Langue d'origine
DDC/MDS canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais (2)

Un vieux pêcheur, Santiago, n'a rien pris depuis des semaines quand il ferre un espadon loin vers le large. Il lutte pendant deux jours avant de voir le poisson. Mais le sang attire les requins qui l'empêcheront de sauver sa prise

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Bibliothèque historique: Ernest Hemingway

Ernest Hemingway a une bibliothèque historique. Les bibliothèques historiques sont les bibliothèques personnelles de lecteurs connus, qu'ont entrées des utilisateurs de LibraryThing inscrits au groupe Bibliothèques historiques [en anglais].

Afficher le profil historique de Ernest Hemingway.

Voir la page d'auteur(e) de Ernest Hemingway.

Vos raccourcis

Couvertures populaires

Évaluation

Moyenne: (3.78)
0.5 19
1 216
1.5 33
2 516
2.5 88
3 1413
3.5 292
4 2132
4.5 230
5 1876

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 159,089,537 livres! | Barre supérieure: Toujours visible