Photo de l'auteur

Sinclair Lewis (1885–1951)

Auteur de Babbitt

109+ oeuvres 20,346 utilisateurs 423 critiques 75 Favoris

A propos de l'auteur

Harry Sinclair Lewis was born on February 7, 1885 in Minnesota. He was an American novelist, short-story writer, and playwright. In 1930, he became the first writer from the United States to receive the Nobel Prize in Literature. A lonely child, Lewis immersed himself in reading and diary writing. afficher plus While studying at Yale University and living in writer Upton Sinclair's communal house, he wrote for Yale Literary Magazine and helped to build the Panama Canal. After graduating from Yale in 1908, Lewis began writing fiction, publishing 22 novels by the end of his career. His early works, while often praised by literary critics, did not reach popularity but with Main Street (1920), Babbitt (1922), Arrowsmith (1925), Elmer Gantry (1927), and Dodsworth (1929), Sinclair Lewis achieved fame as a writer. His style of choice was satire; he explored American small-town life, conformity, hypocrisy, and materialism. Sinclair Lewis was married and divorced twice. As his career wound down, he spent his later life in Europe and died in Rome on January 10, 1951. (Bowker Author Biography) afficher moins

Œuvres de Sinclair Lewis

Babbitt (1922) 5,084 exemplaires
Main Street. (1920) 4,123 exemplaires
It Can't Happen Here (1935) 3,377 exemplaires
Arrowsmith (1925) 2,095 exemplaires
Elmer Gantry (1927) 1,543 exemplaires
Dodsworth (1929) 607 exemplaires
Kingsblood Royal (1947) 559 exemplaires
Main Street / Babbitt (1992) 446 exemplaires
Cass Timberlane (1945) 424 exemplaires
Ann Vickers (1933) 174 exemplaires
Free Air (1919) 153 exemplaires
Main Street / Babbitt / Arrowsmith (1953) 144 exemplaires
The Prodigal Parents (1938) 101 exemplaires
Work of Art (1932) 93 exemplaires
Bethel Merriday (1940) 86 exemplaires
Gideon Planish (1943) 81 exemplaires
Mantrap (1926) 80 exemplaires
The God Seeker (1949) 78 exemplaires
The Job (1917) 75 exemplaires
Notre monde immense (1950) 73 exemplaires
Our Mr. Wrenn (1914) 72 exemplaires
The Man Who Knew Coolidge (1928) 39 exemplaires
The Trail of the Hawk (1915) 38 exemplaires
Elmer Gantry (1960) — Novel — 35 exemplaires
The Innocents: A Story for Lovers (1917) 27 exemplaires
The Days of the King (1924) — Préface — 27 exemplaires
Seven Selected Short Stories (1946) 11 exemplaires
Storm in the West (1963) 10 exemplaires
The Three Readers: Clifton Fadiman, Sinclair Lewis, Carl Van Doren (1943) — Directeur de publication; Contributeur — 8 exemplaires
Hike and the Aeroplane (1912) 7 exemplaires
Jayhawker: A Play in Three Acts (1935) 5 exemplaires
Let's Play King (1931) 5 exemplaires
The Ghost Patrol [short story] (1946) 5 exemplaires
Main Street, Volume 1 of 2 (1985) 4 exemplaires
Main Street [annotated] (2019) 4 exemplaires
The Willow Walk [short story] (1989) 4 exemplaires
Free Air 3 exemplaires
Sinclair Lewis's Collected Works (2013) 3 exemplaires
Minnesota Diary, 1942-46 (2000) 3 exemplaires
Main Street, Volume 2 of 2 (1985) 3 exemplaires
The Best is Yet to Be (1994) 3 exemplaires
Ann Vickers, Volume 2 of 2 (1973) 2 exemplaires
Ann Vickers, Volume 1 of 2 (1973) 2 exemplaires
A Book of Prefaces 2 exemplaires
[no title] 2 exemplaires
Opere 2 exemplaires
Young Man Axelbrod [short story] (2014) 2 exemplaires
The Sinclair Lewis Collection (2016) 2 exemplaires
Walt Disney's Bongo (a Big Golden book) (1947) — Original story — 2 exemplaires
The Works of Sinclair Lewis (2009) 1 exemplaire
Gideon Planish / Articles (1965) 1 exemplaire
Babbitt / Arrowsmith 1 exemplaire
Mantrap and Other Stories (1965) 1 exemplaire
It Can't Happen Here / Articles (1965) 1 exemplaire
Sangre de Rey 1 exemplaire
FUEGO OTOÑAL 1 exemplaire
BABBITT 2 volúmenes 1 exemplaire
Arrowsmith, Volume 2 1 exemplaire
The Post-Mortem Murder (1921) 1 exemplaire
Keep Out of the Kitchen (1929) 1 exemplaire
Babbitt (Volume 2 of 2) (2008) 1 exemplaire
Main Street, Volume 1 of 3 (2008) 1 exemplaire
Lewis Sinclair 1 exemplaire

Oeuvres associées

Le vieil homme et la mer (1950) — Introduction, quelques éditions30,832 exemplaires
Pour qui sonne le glas (1940) — Introduction, quelques éditions19,045 exemplaires
Short Story Masterpieces (1954) — Contributeur — 683 exemplaires
A Subtreasury of American Humor (1941) — Contributeur — 277 exemplaires
The Penguin Book of Gaslight Crime (2009) — Contributeur — 180 exemplaires
Twenty Grand Short Stories (1967) — Contributeur — 160 exemplaires
Adventure Stories from the Strand (1995) — Contributeur — 117 exemplaires
The Norton Book of Travel (1987) — Contributeur — 111 exemplaires
Fun and Fancy Free [1947 film] (1947) — Original story — 109 exemplaires
The Best American Humorous Short Stories (1945) — Contributeur — 85 exemplaires
Great Stories by Nobel Prize Winners (1959) — Contributeur — 77 exemplaires
The Fantastic Pulps (1975) — Contributeur — 71 exemplaires
The Big Book of Rogues and Villains (2017) — Contributeur — 66 exemplaires
Nobel Prize Library: Kawabata, Kipling, Lewis (1971) — Contributeur; Contributeur — 43 exemplaires
The Lucifer Society (1971) — Contributeur — 42 exemplaires
Ellery Queen's Book of Mystery Stories by 25 Famous Writers (1952) — Contributeur — 36 exemplaires
An American Omnibus (1933) — Contributeur — 31 exemplaires
Dodsworth [1936 film] (1936) — Original story — 29 exemplaires
Rogues' Gallery: The Great Criminals of Modern Fiction (1945) — Contributeur — 27 exemplaires
Pulitzer Prize Reader (1961) — Contributeur — 27 exemplaires
The Panorama of Modern Literature (1934) — Contributeur — 14 exemplaires
Nobel Writers on Writing (2000) — Contributeur — 14 exemplaires
New Stories for Men (1941) — Contributeur — 13 exemplaires
Arrowsmith [1931 film] (1931) — Original novel — 10 exemplaires
Los Premios Pulitzer de novela (I) (1970) — Contributeur — 8 exemplaires
Los Premios Nobel de Literatura, v.1 — Contributeur — 7 exemplaires
The Fireside Treasury of Modern Humor (1963) — Contributeur — 5 exemplaires
30 Eternal Masterpieces of Humorous Stories (2017) — Contributeur — 4 exemplaires
Famous Stories of Five Centuries (1934) — Contributeur — 4 exemplaires
American Short Stories (1978) — Contributeur — 3 exemplaires
Sinclair Lewis's Dodsworth (1948) 2 exemplaires
Contemporary Short Stories: Representative Selections, Volume 2 (1954) — Contributeur — 2 exemplaires
It Can Happen Here (2012) — Contributeur — 2 exemplaires
A Reader for Writers — Contributeur — 2 exemplaires
Free Air / Hermann Lauscher / On Overgrown Paths — Contributeur — 2 exemplaires
Bongo [1947 short film] (1947) — Original story — 2 exemplaires
7 Novel Dystopian Collection — Contributeur — 1 exemplaire
The Ethnic Image in Modern American Literature, 1900-1950 (1984) — Contributeur — 1 exemplaire
Modern American short stories (1963) — Contributeur — 1 exemplaire
Twelve Great Modern Stories, A New Collection — Contributeur — 1 exemplaire

Étiqueté

Partage des connaissances

Nom canonique
Lewis, Sinclair
Nom légal
Lewis, Harry Sinclair
Autres noms
Lewis, Red
Graham, Tom
Date de naissance
1885
Date de décès
1951
Lieu de sépulture
Greenwood Cemetery, Sauk Centre, Minnesota, USA
Sexe
male
Nationalité
USA
Pays (pour la carte)
USA
Lieu de naissance
Sauk Centre, Minnesota, USA
Lieu du décès
Rome, Italy
Cause du décès
advanced alcoholism
Lieux de résidence
Sauk Centre, Minnesota, USA
Helicon Home Colony, Englewood, New Jersey, USA
Carmel, California, USA
Washington, D.C., USA
New York, New York, USA
Rome, Italy (tout afficher 9)
Austen Riggs Center, Stockbridge, Massachusetts
Thorvale Farm, Williamstown, Massachusetts, USA
Barnard, Vermont, USA
Études
Oberlin Academy
Yale University (AB|1908)
Professions
novelist
short-story writer
playwright
sold fiction plots to novelist Jack London
ghostwriter
editor (tout afficher 12)
reporter
advertising manager
actor
secretary
janitor
columnist
Relations
Thompson, Dorothy (wife|divorced)
Lewis, Grace Hegger (wife|divorced)
Lewis, J. P. Sinclair (grandson)
Wharton, Edith (friend)
Acheson, Dean (friend)
Shirer, William L. (friend) (tout afficher 8)
Kruif, Paul de (friend)
Jordan, Elizabeth Garver (editor)
Organisations
American Academy of Arts and Letters (Literature ∙ 1935)
National Institute of Arts and Letters (vice president)
Helicon Home Colony, Englewood, New Jersey
Carmel-by-the-Sea, California writers' colony
Transatlantic Tales, New York, New York (assistant editor)
Daily Courier, Waterloo, Iowa (reporter) (tout afficher 14)
Associated Press, San Francisco (staff writer)
Volta Review, Washington, D.C. (staff member)
Frederick A. Stokes (publisher), New York, New York (manuscript reader)
Adventure, New York, New York (assistant editor)
Publisher's Newspaper Syndicate, New York, NY (editor)
George H. Doran (publisher), New York, NY (editorial assistant, advertising manager, and full-time writer)
Newsweek (columnist)
Esquire (columnist)
Prix et distinctions
Nobelprijs voor Literatuur (1930)
Agent
Edith Haggard

Membres

Critiques

Comme on peut le deviner à la couverture, ce livre du Prix Nobel de littérature 1930, Sinclair Lewis, s’inscrit dans l’actualité électorale des États-Unis. C’est un livre qui est actuellement redécouvert dans ce contexte (il a été publié pour la première fois en 1935) ; on peut le constater aux nombres d’avis sur LibraryThing et sur Goodreads.

De quoi s’agit-il ? On est en 1936, année électorale aux États-Unis. (Dans la version française, on est en 1940 (p. 33, 42 et 54 par exemple) alors que toutes les sources américaines indiquent que dans l’original, on est bien en 1936. Être en 1940 est un peu étrange pour le lecteur contemporain, vu que l’Europe n’est pas en guerre mais sous-tension. Il n’y a pas de Guerre mondiale. Je peux comprendre ce choix pour la première édition française (et encore) mais pour cette nouvelle édition, j’aurais repris la bonne date, personnellement. Mais bon, ce n’est pas si grave. Je referme la parenthèse). La situation économique du pays n’est pas glorieuse. Une partie importante de la population est au chômage. Elle a son défenseur en la personne d’un homme que l’on pourrait assimilé aujourd’hui à un prédicateur. D’autre part, la situation internationale est tendue. Une guerre semble inévitable, d’autant que certains trouvent que la population se ramollit (un peu). Les mêmes pensent au déclin de la civilisation américaine. Une des solutions : renvoyer la femme à ses foyers pour raffermir la vigueur du peuple. On a tous déjà entendu ce type de clichés (n’appelons pas cela des idées tout de même) et on a tous pensé que ces clichés étaient innocents et resteraient à tout jamais sans conséquences car on pense tous que la majorité de la population est tout de même censée. Que le fascisme (comme en Italie ou en Allemagne, à l’époque de la parution du livre) ne peut pas arriver ici. D’où le titre : Impossible ici (le titre américain est It Can’t Happen Here).

Sinclair Lewis part justement du postulat que si, cela peut se produire ici (où que soit l’ici). Il situe son histoire dans une petite ville du Vermont, Fort Beulah. Le “héros” de l’histoire est un journaliste d’une soixantaine d’années, Doremus Jessup. C’est donc un homme bien installé dans la vie qui sera le témoin par lequel on suivra l’histoire. Il est propriétaire du journal local, possède une certaine érudition, surtout dans son domaine de prédilection, la politique. Il est plutôt orienté républicain. Il vit avec sa femme d’une façon que je qualifierai de bourgeoise, dans le sens où leur quotidien est dicté par le fait d’avoir ou de paraître, et non pas par l’amour ou une quelconque tendresse. Il a une maîtresse (avec des idées très libérables) pour cela. En entendant pour la première fois les propos que j’ai cité plus haut, il est sceptique mais a peur. D’autant qu’un candidat, Berzelius “Buzz” Windrip, annoncé tardivement semble se détacher dans la population. Les autres candidats, les plus classiques, ne veulent pas le prendre au sérieux et ne répondent pas sur son programme ou ses arguments, semblent que tout peut rester tel quel sans aucun changement. Ils ne sentent pas ce qu’il se passe dans la population (et c’est tout de même la population qui fait l’élection), une population qui est sensible aux discours de son candidat (du candidat le plus populiste en fait) : tout le monde aura 5000 dollars par moi, il supprimera le chômage et la délinquance. Le soutien tardif du prédicateur des chômeurs sera décisif pour l’élection du candidat populiste. L’auteur montre d’ailleurs les meetings, montrant une certaine vitrine, de l’ordre, du clinquant.

Une fois le pouvoir acquis, on se doute qu’aucune des promesses ne sera tenu (ou sinon de manière particulièrement absurde). La presse est mise au pas (on ne sait plus rapidement ce qu’il se passe réellement dans le pays), une milice est créée (complètement aux ordres du président) pour dompter la population, des camps sont construits, le pouvoir change de main, ne s’exerce plus de manière éclairée mais bien de manière autoritaire, on éloigne ou brime les opposants. Tout le monde ne se rend pas compte immédiatement de ce qu’il se passe ; la résistance s’organise très progressivement (d’autant plus que personne ne sait ce qu’il se passe réellement ; l’information arrive très tardivement). Doremus Jessup hésite à rentrer en résistance, parce qu’il est trop vieux, qu’on ne l’embête pas encore, puis pas tant que cela. Il s’accommode de sa nouvelle vie jusqu’au jour où il ne peut plus et commence par résister à l’autoritarisme du régime avec des petites actions. Le régime réplique en tapant de plus en plus fort. Et tout va crescendo.

La préface de Thierry Gillyboeuf est absolument fascinante pour comprendre le contexte de l’écriture du livre (l’auteur montre aussi l’actualité du livre mais vu le sujet du livre, il n’y a pas beaucoup de peine pour penser aux prochaines échéances électorales dans plus d’un pays occidental). Sinclair Lewis était mariée à l’époque à la journaliste Dorothy Thompson, qui a été la première journaliste étrangère à rencontrer Hitler. À la sortie de l’entretien, elle s’est dit que l’homme qui faisait peur au monde était tout de même bien insignifiant et finalement n’avait plus si peur (comme quoi, tout le monde peut se tromper). On ne peut pas douter que tout cela a influencé son écrivain de mari. D’autant qu’à cette élection, il y avait réellement un candidat avec ce type d’idées et qui était lui aussi extrêmement populaire. Il a été assassiné et n’est donc pas resté dans nos mémoires.

Le choix de Sinclair Lewis de situer son histoire dans une petite localité est très intéressante. Pareil pour le fait de prendre un “héros” âgé, bien installé, intellectuel, avec ses défauts, sans aucun super-pouvoirs. Cela rend la démonstration moins abstraite pour le lecteur lambda. Il montre que la résistance à l’autoritarisme peut se faire, dès qu’on le veut (et dès qu’on est courageux tout de même, il ne faut pas minimiser les actes), à même très petite échelle. Ce n’est pas forcément décisif mais peut créer un mouvement. Le “héros” n’est pas parfait et est même assez désagréable car finalement, il ne s’interroge pas ou ne cherche pas à comprendre (il voit par contre ce qu’il va se passer ; il défend son candidat), il est trop installé dans ses certitudes et son confort, est très souvent condescendant face à ses enfants mais aussi face aux autres. Il n’aime pas non plus grand monde (à part sa maîtresse, tout le monde est bête). Pourtant, à son échelle, il décide de faire quelque chose pour changer le nouvel ordre national.

La localisation dans la petite ville vise un peu à la même chose à mon avis. Elle montre l’évolution des proches, des voisins et des amis d’enfance, que l’on redécouvre à l’occasion de tels événements. En isolant la ville, l’auteur montre la proximité du régime. On ne voit pratiquement pas le président “Buzz” Windrip, au cours du roman, uniquement les conséquences de ses décisions sans qu’on connaisse ses décisions. Le livre se distingue d’un probable film sur le même sujet, où finalement on aurait eu un héros qui aurait tué le méchant président et hop, tout aurait été arrangé ! Le livre permet un traitement plus profond du sujet, plus quotidien pour le lecteur.

Passons maintenant aux points négatifs. La langue a extrêmement vieilli. Apparemment, ce n’est pas un problème de traduction car j’ai lu le même type de commentaire sur Goodreads. Le traitement des personnages est aussi un peu léger : le “héros” est correctement personnifié mais reste très superficiel, lointain pour le lecteur. L’auteur ne détaille pas la psychologie des autres personnages : ils semblent tous être extrêmement légers (pour les relations amoureuses par exemple mais j’ai l’impression que cela vient d’une mode de l’époque car la manière d’écrire m’a rappelé certaines scènes des livres de Rosamond Lehmann), inconséquents, prendre des décisions sans aucune réflexion. C’est assez particulier car cela joue sur l’ambiance du livre. Tout le monde semble vivre dans l’inconscience ou dans la gravité extrême. L’impression que j’ai eu à la lecture, c’est que j’ai vécu l’histoire avec ma tête mais pas avec mon cœur. Je ne l’ai pas vraiment ressenti.

En conclusion, une lecture excellent d’un point de vue sociétal. Par contre, je suis moins convaincue d’un point de vue littéraire.
… (plus d'informations)
½
 
Signalé
CecileB | 88 autres critiques | Oct 1, 2016 |
Drôle, méchant, impitoyable et pitoyable. L'ascension d'un prédicateur ambitieux, ou ce quo'n peut faire quand on a une voix de baryton et la conscience légère.
 
Signalé
NaCl | 43 autres critiques | Feb 3, 2008 |

Listes

1920s (4)
Actors (1)
AP Lit (2)

Prix et récompenses

Vous aimerez peut-être aussi

Auteurs associés

John Alton Director of Photography
Bernard Smith Producer
Adolf von Menzel Illustrator
Carl Van Doren Editor, Contributor
Mark Schorer Afterword, Introduction
Sally E. Parry Introduction
S.C. Roberts Contributor
John Collier Contributor
St. Clair McKelway Contributor
Ivan T. Sanderson Contributor
Thomas Jefferson Contributor
Mark Van Doren Contributor
George Santayana Contributor
Lionel Trilling Contributor
George Ade Contributor
Edward F. Ricketts Contributor
W. H. Auden Contributor
Herman Melville Contributor
John Steinbeck Contributor
John Bainbridge Contributor
Norman Corwin Contributor
Gustav Flaubert Contributor
E. M. Forster Contributor
Matthew Hale Contributor
Eleanor Green Contributor
Ruth Suckow Contributor
Frank Laskier Contributor
Arnold J. Toynbee Contributor
Harold Sterner Illustrator
Daisy Bródy Translator
Kenneth Krauss Introduction
Neli Dospevska Translator
Thomas Mallon Introduction
Hans Meisel Translator
Perry Meisel Introduction
Jay Richard Kennedy Introduction
Gabriel DES HONS Translator
Hendrik Vitsur Kujundaja.
Barbara Grace Spayd Introduction
Aloys Skoumal Translator
Ben F. Stahl Illustrator
E. L. Doctorow Afterword
Anthony Heald Narrator
R.D. Scudellari Cover designer
Edouard de Nève Translator

Statistiques

Œuvres
109
Aussi par
51
Membres
20,346
Popularité
#1,067
Évaluation
3.8
Critiques
423
ISBN
917
Langues
21
Favoris
75

Tableaux et graphiques