AccueilGroupesDiscussionsExplorerTendances
Site de recherche
SantaThing signup ends Monday at 12pm Eastern US. Check it out!
décliner
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

L'orange mécanique (1962)

par Anthony Burgess

Autres auteurs: Voir la section autres auteur(e)s.

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneMentions
22,799353116 (4)695
Told through a central character, Alex, the disturbing novel creates an alarming futuristic vision of violence, high technology, and authoritarianism. A modern classic of youthful violence and social redemption set in a dismal dystopia whereby a juvenile deliquent undergoes state-sponsored psychological rehabilitation for his aberrant behavior.… (plus d'informations)
  1. 331
    1984 par George Orwell (wosret)
  2. 262
    Le Meilleur des mondes par Aldous Huxley (MinaKelly)
  3. 131
    Vol au-dessus d'un nid de coucou par Ken Kesey (lucyknows, Gregorio_Roth, Gregorio_Roth)
    lucyknows: One Flew Over the Cuckoo's Nest by Ken Kesey may be paired with A Clockwork Orange by Anthony Burgess or The Outsider by Albert Camus. All three novels explore the them of society versus the individual.
  4. 132
    La servante écarlate par Margaret Atwood (wosret)
  5. 62
    L'étranger par Albert Camus (SanctiSpiritus)
  6. 62
    Enig Marcheur par Russell Hoban (fugitive)
  7. 41
    Un Gars et son chien par Harlan Ellison (artturnerjr)
    artturnerjr: Futuristic ultraviolent teenage blues
  8. 20
    Le Village des damnés par John Wyndham (SnootyBaronet)
    SnootyBaronet: Teddy boys
  9. 20
    Hop là ! Un deux trois par Gérard Gavarry (bluepiano)
    bluepiano: Central character is another criminally violent leader of a gang of youths. Here too the gang use slang terms of the author's devising. Less violence, a less straightforward narration, & to me a more interesting and striking book.
  10. 20
    Rocher de Brighton par Graham Greene (John_Vaughan)
  11. 10
    Rubicon Harvest par C. W. Kesting (Aeryion)
    Aeryion: The sub-culture of designer drug use and it's effect on the gritty society within Rubicon call back to A Clockwork Orange like an anesthetized echo. The prevalent use and abuse of the potent designer neurocotic Synth and the language (Illuminese) that the addicts speak amongst themselves is a brilliant homage to Burgess's original genius! This story gave me shivers as I read through the vivid hallucinatory narrative. A must read for every fan of the genre!… (plus d'informations)
  12. 77
    L'Attrape-cœurs par J. D. Salinger (SqueakyChu)
  13. 22
    Cartographie des nuages par David Mitchell (sturlington)
  14. 01
    A Dead Man in Deptford par Anthony Burgess (Utilisateur anonyme)
  15. 01
    Marabou Stork Nightmares par Irvine Welsh (SqueakyChu)
  16. 13
    La solitude du coureur de fond. par Alan Sillitoe (thatguyzero)
1960s (8)
Read (47)
Teens (7)
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Actuellement, il n'y a pas de discussions au sujet de ce livre.

» Voir aussi les 695 mentions

Anglais (332)  Espagnol (5)  Français (4)  Allemand (3)  Suédois (2)  Finnois (1)  Néerlandais (1)  Italien (1)  Portugais (1)  Portugais (Brésil) (1)  Danois (1)  Toutes les langues (352)
4 sur 4
> Par K. Moussou, P. Frey, O. de Lamberterie (Elle) : Les 39 meilleurs livre de poche du moment
6 juin 2018 - Georges-Belmont-et-Hortense-Chabrier-Pavillons-Poche">« L'Orange mécanique » d'Anthony Burgess
Avant d’être un chef-d’oeuvre de Stanley Kubrick, « L’Orange mécanique » est un livre effrayant et prémonitoire d’Anthony Burgess. Dans une banlieue déshumanisée, Alex, un ado déjanté dingue de Beethoven, sème la terreur avant d’atterrir en prison pour y subir un traitement effrayant. --Nathalie Dupuis
  Joop-le-philosophe | Jan 8, 2019 |
Un livre fantastique, utilisant à merveille un langage simple et complexe à la fois. L'histoire bien que connu par tous grâce au film de Kubrick est d'une ingéniosité rare. A relire ! ( )
  ManuMc | Jan 22, 2011 |
Un livre terrible et fascinant. Fascinant par ses thèmes, par sa violence, par sa critique de la société.

Par contre, il faut savoir que l'édition française originale n'a pas la rédemption offerte à Alex qu'on trouve dans l'édition d'aujourd'hui. L'ancienne édition n'a pas ce dernier chapitre supplémentaire. Sur ce point, je trouve l'ancienne édition plus intéressante, justement, car elle ne se réfugie pas dans la morale. ( )
  greuh | Dec 8, 2010 |
Un livre qui compte autant sur le fond que sur la forme. Sur le fond, l'anticipation d'une société déchirée par une violence omniprésente, émanant aussi bien de la jeunesse que desforces de l'ordre, renvoit des échos plus actuels que jamais. A un niveau plus profond, le débat entre violence et conscience suscite une réflexion fondamentale. Sur la forme, c'est surtout le langage du naratteur, sorte de dialecte tribal, mêlant accents soviétiques et tournures gouailleuses, qui donne au roman toute sa saveur. On se rend compte à quel point l'adaptationau cinéma de Kubrick est fidèle à l'original. Avec un seul regret : celui de ne pas entendre en lisant la musique dans laquelle baigne toute cette histoire ! ( )
  Calimaq | Apr 18, 2007 |
4 sur 4
Mr. Burgess, whenever we remeet him in a literary setting, seems to be standing kneedeep in the shavings of new methods, grimed with the metallic filings of bright ideas. A Clockwork Orange, for example, was a book which no one could take seriously for what was supposed to happen in it-its plot and "meaning" were the merest pretenses-but which contained a number of lively notions, as when his delinquents use Russian slang and become murderous on Mozart and Beethoven. In a work by Burgess nothing is connected necessarily or organically with anything else but is strung together with wires and pulleys as we go.
ajouté par SnootyBaronet | modifierThe New York Times, John Bayley
 
Burgess’s 1962 novel is set in a vaguely Socialist future (roughly, the late seventies or early eighties)—a dreary, routinized England that roving gangs of teenage thugs terrorize at night. In perceiving the amoral destructive potential of youth gangs, Burgess’s ironic fable differs from Orwell’s 1984 in a way that already seems prophetically accurate. The novel is narrated by the leader of one of these gangs-—Alex, a conscienceless schoolboy sadist—and, in a witty, extraordinarily sustained literary conceit, narrated in his own slang (Nadsat, the teenagers’ special dialect). The book is a fast read; Burgess, a composer turned novelist, has an ebullient, musical sense of language, and you pick up the meanings of the strange words as the prose rhythms speed you along.
ajouté par SnootyBaronet | modifierThe New Yorker, Pauline Kael
 
A Clockwork Orange, the book for which Burgess — to his understandable dismay — is best known. A handy transitional primer for anyone learning Russian, in other respects it is a bit thin. Burgess makes a good ethical point when he says that the state has no right to extirpate the impulse towards violence. But it is hard to see why he is so determined to link the impulse towards violence with the aesthetic impulse, unless he suffers, as so many other writers do, from the delusion that the arts are really rather a dangerous occupation. Presumably the connection in the hero’s head between mayhem and music was what led Stanley Kubrick to find the text such an inspiration. Hence the world was regaled with profound images of Malcolm McDowell jumping up and down on people’s chests to the accompaniment of an invisible orchestra.

It is a moot point whether Burgess is saying much about human psychology when he so connects the destructive element with the creative impulse. What is certain is that he is not saying much about politics. Nothing in A Clockwork Orange is very fully worked out. There is only half a paragraph of blurred hints to tell you why the young marauders speak a mixture of English and Russian. Has Britain been invaded recently? Apparently not. Something called ‘propaganda’, presumably of the left-wing variety, is vaguely gestured towards as being responsible for this hybrid speech. But even when we leave the possible causes aside, and just examine the language itself, how could so basic a word as ‘thing’ have been replaced by the Russian word without other, equally basic, words being replaced as well?
ajouté par SnootyBaronet | modifierNew York Review of Books, Clive James
 
But all in all, “A Clockwork Orange” is a tour-de-force in nastiness, an inventive primer in total violence, a savage satire on the distortions of the single and collective minds.
 
In A Clockwork Orange, Anthony Burgess has written what looks like a nasty little shocker but is really that rare thing in English letters—a philosophical novel. The point may be overlooked because the hero, a teen-age monster, tells all about everything in nadsat, a weird argot that seems to be all his own. Nadsat is neither gibberish nor a Joycean exercise. It serves to put Alex where he belongs—half in and half out of the human race.
ajouté par Shortride | modifierTime (Feb 15, 1963)
 

» Ajouter d'autres auteur(e)s (35 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Burgess, Anthonyauteur(e) principal(e)toutes les éditionsconfirmé
Arbonès, JordiTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Šenkyřík, Ladislavauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Biswell, AndrewEditor and Introductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Brumm, WalterTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Buenaventura, RamónPréfaceauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Hollander, TomReaderauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Jones, BenIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Lundgren, CajTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Morrison, BlakeIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Pelham, DavidArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Trengrove, BarryJacket Designauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Walsh, JohnIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Welsh, IrvinePréfaceauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Informations provenant du Partage des connaissances allemand. Modifiez pour passer à votre langue.
Date de première publication
Personnes ou personnages
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Lieux importants
Évènements importants
Films connexes
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Prix et distinctions
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Épigraphe
Dédicace
Premiers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
'What's it going to be then, eh?'
Citations
Goodness comes from within [...] Goodness is something chosen. When a man cannot choose he ceases to be a man.
Does God want goodness or the choice of goodness? Is a man who chooses to be bad perhapsin some way better than a man who has the good imposed upon him?
Et tout ce temps là on sirénait à tout va en fonçant vers la boutique à rosses, moi étant coincé entre deux milichiens, avec ces brutes qui se bidonskaient en me bourrant et me collant une malenky toltchoke de temps à autre.
Derniers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Informations provenant du Partage des connaissances hongrois. Modifiez pour passer à votre langue.
Courtes éloges de critiques
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Langue d'origine
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais (2)

Told through a central character, Alex, the disturbing novel creates an alarming futuristic vision of violence, high technology, and authoritarianism. A modern classic of youthful violence and social redemption set in a dismal dystopia whereby a juvenile deliquent undergoes state-sponsored psychological rehabilitation for his aberrant behavior.

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Bibliothèque historique: Anthony Burgess

Anthony Burgess a une bibliothèque historique. Les bibliothèques historiques sont les bibliothèques personnelles de lecteurs connus, qu'ont entrées des utilisateurs de LibraryThing inscrits au groupe Bibliothèques historiques [en anglais].

Afficher le profil historique de Anthony Burgess.

Voir la page d'auteur(e) de Anthony Burgess.

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (4)
0.5 12
1 97
1.5 15
2 283
2.5 49
3 975
3.5 212
4 2269
4.5 256
5 1939

W.W. Norton

Une édition de ce livre a été publiée par W.W. Norton.

» Page d'information de la maison d''édition

Penguin Australia

4 éditions de ce livre ont été publiées par Penguin Australia.

Éditions: 0141182601, 0141037229, 0141192364, 0241951445

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 164,360,146 livres! | Barre supérieure: Toujours visible