Photo de l'auteur

Wallace Stegner (1909–1993)

Auteur de Angle d'équilibre

84+ oeuvres 18,759 utilisateurs 525 critiques 119 Favoris
Il y a 1 discussion ouverte sur cet auteur. Voir maintenant.

A propos de l'auteur

In 1972, Wallace Earle Stegner won a Pulitzer Prize for Angle of Repose (1971), a novel about a wheelchair-bound man's recreation of his New England grandmother's experience in a late nineteenth-century frontier town. Stegner was born on February 18, 1909 in Lake Mills, Iowa. He was an American afficher plus novelist, short story writer, environmentalist, and historian; he has been called "The Dean of Western Writers". He also won the US National Book Award in 1977 for The Spectator Bird. Stegner grew up in Great Falls, Montana; Salt Lake City, Utah; and in the village of Eastend, Saskatchewan, which he wrote about in his autobiography Wolf Willow. Stegner taught at the University of Wisconsin and Harvard University. Eventually he settled at Stanford University, where he initiated the creative writing program. His students included Wendell Berry, and Sandra Day O'Connor. The Stegner Fellowship program at Stanford University is a two-year creative writing fellowship. The house Stegner lived in from age 7 to 12 in Eastend, Saskatchewan, Canada, was restored by the Eastend Arts Council in 1990 and established as a Residence for Artists; the Wallace Stegner Grant For The Arts offers a grant of $500 and free residency at the house for the month of October for published Canadian writers. Stegner died in Santa Fe, New Mexico, on April 13, 1993, from a car accident on March 28, 1993. (Bowker Author Biography) afficher moins

Séries

Œuvres de Wallace Stegner

Angle d'équilibre (1971) 5,451 exemplaires
En lieu sûr (1987) 4,253 exemplaires
La Bonne Grosse Montagne en sucre (1943) 1,145 exemplaires
Vue cavalière (1976) 1,065 exemplaires
La Vie obstinée (1967) 704 exemplaires
Collected Stories of Wallace Stegner (1990) 618 exemplaires
Great American Short Stories (1957) — Directeur de publication — 496 exemplaires
Recapitulation (1979) 320 exemplaires
A Shooting Star (1961) 277 exemplaires
Mormon Country (1942) 275 exemplaires
Joe Hill (1950) 259 exemplaires
Remembering Laughter (1937) 246 exemplaires
American Places (1981) 207 exemplaires
Sound of Mountain Water (1969) 180 exemplaires
On Teaching and Writing Fiction (2002) 119 exemplaires
The Women on the Wall (1950) 75 exemplaires
The American West as Living Space (1987) 67 exemplaires
Second Growth (Bison Book) (1947) 60 exemplaires
Four Portraits and One Subject: Bernard DeVoto (1963) — Directeur de publication; Contributeur — 16 exemplaires
Angle Of Repose Part 2 of 2 (1996) 13 exemplaires
One Way to Spell Man (1982) 12 exemplaires
One Nation (1945) 10 exemplaires
Great Western short stories (1777) — Introduction; Contributeur — 9 exemplaires
Lettres pour le monde sauvage (1995) 7 exemplaires
The Sense of Place (1986) 6 exemplaires
On a Darkling Plain (1940) 4 exemplaires
Modern composition (1969) 4 exemplaires
To a Young Writer (2009) 3 exemplaires
Teaching the Short Story (1966) 3 exemplaires
Two Rivers 3 exemplaires
The City of the Living (1956) 3 exemplaires
The potter's house (1938) 3 exemplaires
COME SI DIVENTA SCRITTORE (1993) 2 exemplaires
FIRE AND ICE 2 exemplaires
The Effective Theme 2 exemplaires
The writer in America (1951) 1 exemplaire
Montana Stories 1 exemplaire
Stanford Short Stories 1957 (1957) 1 exemplaire
Stanford Short Stories 1953 (1953) 1 exemplaire
On The Writing Of History (1989) 1 exemplaire

Oeuvres associées

Aventures de Huckleberry Finn (1884) — Introduction, quelques éditions42,868 exemplaires
The Big Sky (1947) — Avant-propos, quelques éditions1,131 exemplaires
The Exploration of the Colorado River and Its Canyons (1875) — Introduction, quelques éditions702 exemplaires
FaceOff (2014) — Directeur de publication, quelques éditions503 exemplaires
Fifty Great American Short Stories (1965) — Contributeur — 431 exemplaires
The Granta Book of the American Short Story (1992) — Contributeur — 369 exemplaires
Trails West (1979) 259 exemplaires
Literary history of the United States (1946) — Contributeur — 190 exemplaires
Modern American Memoirs (1995) — Contributeur — 189 exemplaires
Still Wild: Short Fiction of the American West 1950 to the Present (2000) — Contributeur — 135 exemplaires
The Aspirin Age, 1919-1941 (1949) — Contributeur — 129 exemplaires
From Ink Lake: Canadian Stories (1990) — Contributeur — 129 exemplaires
Ansel Adams: Images 1923-1974 (1974) — Avant-propos — 55 exemplaires
Art of Fiction (1967) — Contributeur — 51 exemplaires
Storm: Stories of Survival from Land and Sea (2000) — Contributeur — 44 exemplaires
Unknown California (1985) — Contributeur — 41 exemplaires
The Humane Vision of Wendell Berry (2011) — Contributeur — 41 exemplaires
Buried Unsung: Louis Tikas and the Ludlow Massacre (1982) — Avant-propos — 24 exemplaires
Studies in Fiction (1965) — Contributeur — 22 exemplaires
Family : stories from the interior (1987) — Contributeur — 15 exemplaires
The Best American Short Stories 1955 (1955) — Contributeur — 13 exemplaires
The Best American Short Stories 1943 (1943) — Contributeur — 11 exemplaires
A Zion Canyon Reader (2014) — Contributeur — 10 exemplaires
The best of the Best American short stories, 1915-1950 (1975) — Contributeur — 10 exemplaires
The Best American Short Stories 1947 (1947) — Contributeur — 7 exemplaires
Latter-day Lore: Mormon Folklore Studies (2013) — Contributeur — 7 exemplaires
A Vanishing America: The Life and Times of the Small Town (1964) — Introduction — 7 exemplaires
The Literary Horse: Great Modern Stories About Horses (1995) — Contributeur — 6 exemplaires
Great Salt Lake: An Anthology (2002) — Contributeur — 6 exemplaires
The Best American Short Stories 1952 (1952) — Contributeur — 5 exemplaires
Contemporary Vermont Fiction: An Anthology (2014) — Contributeur — 5 exemplaires
The Best American Short Stories 1942 (1942) — Contributeur — 4 exemplaires
Remembering (1981) — Contributeur — 4 exemplaires
Great Tales of the Far West (1956) — Contributeur — 2 exemplaires
Ansel Adams - Letters & Images 1916-1984 — Avant-propos — 2 exemplaires
Sunstone - Vol. 5:1, January/February 1980 (1980) — Contributeur — 1 exemplaire

Étiqueté

Partage des connaissances

Nom légal
Stegner, Wallace Earle
Date de naissance
1909-02-18
Date de décès
1993-04-13
Lieu de sépulture
Lincoln-Noyes Cemetery, Greensboro, Vermont, USA
Sexe
male
Nationalité
USA
Lieu de naissance
Lake Mills, Iowa, USA
Lieu du décès
Santa Fe, New Mexico, USA
Cause du décès
respiratory failure
Lieux de résidence
Lake Mills, Iowa, USA
Great Falls, Montana, USA
Salt Lake City, Utah, USA
Saskatchewan, Canada
Los Altos Hills, California, USA
Études
University of Utah (BA ∙ 1930)
State University of Iowa (MA ∙ 1932)
State University of Iowa (PhD ∙ 1935)
University of California
Professions
professor
historian
novelist
essayist
Relations
Stegner, Page (son)
Stegner, Mary (wife)
Organisations
Stanford University
University of Wisconsin-Madison
Harvard University
University of Utah
Augusta College
Sierra Club (tout afficher 9)
University of Toronto
American Academy in Rome
National Parks Advisory Board
Prix et distinctions
Pulitzer Prize (1972)
American Academy of Arts and Letters (Literature ∙ 1969)
American Academy of Arts and Sciences (1965)
American Antiquarian Society (1985)
Robert Kirsch Award (1980)
Western Literature Association's Distinguished Achievement Award (1974) (tout afficher 16)
Fellow, Utah State Historical Society
O. Henry Award (1942, 1950, 1954)
National Book Award (1977)
Commonwealth Club Gold Medal (1968)
Blackhawk Award (1963)
National Endowment for the Humanities Fellowship (1972)
Fublright Fellowship (1962, 1968)
Guggenheim Fellowship (1950, 1952, 1960)
Rockefeller Fellowship (1950-51)
Phi Beta Kappa
Courte biographie
Wallace Earle Stegner was an American novelist, short story writer, environmentalist, and historian, often called "The Dean of Western Writers". He won the Pulitzer Prize in 1972 and the U.S. National Book Award in 1977.

Membres

Discussions

Found: Book about couples cited in another book à Name that Book (Janvier 16)
Wallace Stegner: American Author Challenge à 75 Books Challenge for 2015 (Août 2015)
Group Read: Stegner, Where the Bluebird Sings..... à 75 Books Challenge for 2010 (Octobre 2010)

Critiques

> Par Poignant (CritiquesLibres.com) : La montagne en sucre de Wallace Earle Stegner
27 déc. 2011 ... Ce roman, grandement autobiographique, date de 1943. Cette saga familiale nous conduit dans une demi-douzaine d’état de l’ouest et au Canada et s’écoule sur une trentaine d’années.
Cet écrivain est immense et bien trop peu connu en France. C’est le père spirituel de Jim Harrison, de l’école du Montana, mais il a aussi inspiré William Styron, Philip Roth ou Russel Banks.
A lire sans avoir peur du nombre de pages. Et à faire lire…
… (plus d'informations)
 
Signalé
Joop-le-philosophe | 39 autres critiques | Dec 10, 2018 |
La dernière fois qu’il l’avait vue, elle prenait le train à destination de Seattle, en route pour Shanghai et un emploi que tous enviaient publiquement, mais qu’ils n’auraient probablement pas eu eux-mêmes le cœur d’accepter. Sa vie, quoi qu’il lui fût arrivé, n’avait pas dû être morne. Et cependant, elle avait peut-être été plus gaspillée qu’il n’estimait en ces instants que la sienne l’avait été.
(p. 46-47, “Jeune fille en sa tour”).

Du Stegner tout craché : la capacité à dépeindre des êtres dans la banalité de leur vie, des moments de l’existence tout lisses ou au contraire des moments d’intense et rare introspection.
Je crois que je préfère Stegner romancier, j’ai la sensation que sa plume a besoin de longues pages pour déployer tout son art de la description, tout son art du rien qui tout à coup fait mouche. Et ici, certaines nouvelles sont déroutantes, pour moi qui ne fait que commencer à connaître cet auteur et qui fut surprise de me retrouver, le temps de quelques pages, transportée aux Philippines (mais avec le même art de description du dérisoire, cela n’a pas de préférence de lattitude…). J’ai beaucoup aimé Genèse, l’histoire d’un jeune Anglais de bonne éducation fraichement débarqué dans l’Amérique sauvage et qui s’engage comme cow-boy pour une longue chevauchée au cœur de l’hiver et qui ressent au plus profond de son être la distance entre son ancien monde de culture et ce nouveau monde d’efficacité et de survie.
Un bon livre pour des lectures courtes lorsque j’avais il y a quelques mois trop peu de temps à consacrer à la lecture, mais un livre qui me donne surtout envie de me replonger dans un roman de Stegner, avec ses cinq-cents ou six-cents pages bien tassées, pour faire l’expérience à nouveau des grands paysages et de l’étroitesse de nos vies.
… (plus d'informations)
 
Signalé
raton-liseur | Oct 23, 2018 |
Ce moment me fait toucher du doigt à quel point la vie change peu ; de quelle façon, sans événements dramatiques ni résolutions cardinales, sans tragédie, sans même de pathos, l’homme raisonnablement doué, raisonnablement bien intentionné, peut franchir dans sa longueur la grande cuisine du monde et arriver à l’autre bout avec la faim au ventre.
(p. 88, Chapitre 1, Partie 2).

J’avais repéré cet auteur il y a déjà quelques temps, sans savoir trop comment l’aborder. Ce titre trouvé dans une vente de livres d’occasion a choisi pour moi. Et maintenant, de l’autre côté de la lecture, il m’est bien difficile de me souvenir de pourquoi j’avais noté cet auteur dans mes tablettes, et il m’est bien difficile d’aborder cet exercice de la note de lecture.
Je dis difficile de savoir pourquoi je voulais découvrir cet auteur parce que je ne crois pas que ce livre me ressemble vraiment (quoique…), mais pourtant j’en ai beaucoup apprécié la lecture. Même si je ne peux plus compter mes cheveux blancs sur les doigts de la main, je ne suis pas encore à l’âge des époux Allston, et pourtant je me surprends depuis quelques années déjà à apprécier les livres dans lesquels les personnages arrivent sur ce versant de leur vie où ils peuvent commencer à faire un bilan. Je me souviens de la lecture de Best Love Rosie de Nuala O’Faolain en 2013, notamment. Peut-être ai-je l’impression que ça y est, les dés sont jetés, que j’ai pris les grandes décisions qui marqueront les orientations de ma vie présente et à venir, et peut-être déj suis-je en train de me demander si c’étaient les bons choix, et où ils me mèneront. Peut-être est-ce un peu tôt pour se poser ces questions, il reste encore beaucoup à découvrir et à vivre, mais déjà je sens que j’aborde les questions du sens de la vie de façon bien différente que lorsque je commençais tout juste cette longue randonnée.

Pour en revenir à Vue cavalière, ce livre s’inscrit dans cette veine de lecture qui est nouvelle pour moi mais qui commence à devenir récurrente, en peut-être plus sombre et plus immobile. Il ne se passe pas grand-chose dans ce livre, sinon le ressassement de vieux souvenirs à moitié enfouis, l’exploration de plaies mal refermées…
J’ai beaucoup apprécié le style de Stegner, sa capacité à relever les petits incidents de la vie de tous les jours, que ce soit le silence d’un mari perdu dans ses pensées ou le prêt d’une tondeuse, et à montrer ce qui se cache derrière. Sensations irraisonnées, pensées peu avouables, ou conscience du temps qui passe et de la difficulté à trouver un sens à cette vie qui passe si vite et que l’on remplit de tant de choses futiles.
Finalement, sans jamais dire les choses clairement, ce livre donne une définition de ce qu’est vieillir. C’est faire le deuil. Le deuil de beaucoup de choses. De ses rêves de jeunesse, d’une emprise sur le cours du monde que l’on n’a plus et que, d’ailleurs, on n’a jamais eue, de l’illusion de laisser une trace ou un héritage. C’est peut-être faire le deuil de l’idée de trouver un sens à notre vie, c’est accepter cette parenthèse pour ce qu’elle est, une parenthèse, quelque chose que l’on a cru indispensable de noter sur le moment mais qui au fond sera oubliée aussitôt que les yeux seront passés à la ligne suivante.

Amère cette note de lecture. Amer ce livre, pourtant, s’il est dur parce qu’il ne se voile pas la face, il dégage au fil des pages une sérénité qui va en s’affirmant. C’est le deuil qui se fait, l’acceptation de la vie dans ses beautés fugitives et ses limites infranchissables. Ce livre a quelque chose de bouddhiste, même si je fais probablement là un rapprochement très osé. Accepter ce qui ne peut être changé, et surtout se détacher de ses illusions, de ses rêves, lâcher prise pour se laisser porter par le courant.
Une sensation renforcée par le titre en anglais, « The Spectator bird ». Je crois qu’il existe effectivement un oiseau qui porte ce nom, un rapace, mais je n’arrive pas à remettre la main dessus. Mais ce nom décrit bien ce qu’est Joe Allston, un oiseau qui plane haut dans le ciel jouant des courants d’air pour se mouvoir, et regardant de si haut et avec une vue si acérée la vie se dérouler à ses pieds, sans jamais véritablement y prendre part. La traduction française fait plus penser à un regard décalé, de côté, qui donne une autre interprétation, peut-être moins épurée mais plus humaine, de l’attitude de Joe. Je crois que je me sens plus proche du titre anglais, et je le garde précieusement, me demandant si un jour, moi aussi, je deviendrai cet oiseau et que je poserai sur ma vie ce regard direct mais sans illusion, et que je me dirai : « Tout pour ça, mais finalement, ce n’est déjà pas si mal ».
… (plus d'informations)
 
Signalé
raton-liseur | 36 autres critiques | Jul 5, 2016 |

Listes

AP Lit (1)
1970s (1)

Prix et récompenses

Vous aimerez peut-être aussi

Auteurs associés

Page Stegner Editor & Preface, Editor
Eliot Porter Photographer
Mark Twain Contributor
John Steinbeck Contributor
Paul Horgan Contributor
Bret Harte Contributor
Hamlin Garland Contributor
Stephen Crane Contributor
T. H. Watkins Introduction
Bernard DeVoto Introduction
Edith Wharton Contributor
Herman Melville Contributor
Edgar Allan Poe Contributor
James Thurber Contributor
Henry James Contributor
Eudora Welty Contributor
Ambrose Bierce Contributor
William Faulkner Contributor
Washington Irving Contributor
Sherwood Anderson Contributor
O. Henry Contributor
John O'Hara Contributor
William March Contributor
Hortense Calisher Contributor
Conrad Aiken Contributor
H.L. Davis Contributor
Julius P. Barclay Bibliography
Dorothy M. Johnson Contributor
Juanita Brooks Contributor
Frederic Remington Contributor
Willa Cather Contributor
Jack London Contributor
Harvey Fergusson Contributor
Emerson Hough Contributor
Oliver La Farge Contributor
William Saroyan Contributor
Will Henry Contributor
Jarvis Thurston Contributor
Ray B. West Jr. Contributor
Conrad Richter Contributor
Max Brand Contributor
Owen Wister Contributor
Jackson J. Benson Introduction
William Low Illustrator
Jane Smiley Introduction
Robert Stone Introduction
Mark Bramhall Narrator

Statistiques

Œuvres
84
Aussi par
50
Membres
18,759
Popularité
#1,163
Évaluation
4.0
Critiques
525
ISBN
335
Langues
9
Favoris
119

Tableaux et graphiques