Photo de l'auteur

Jeffrey Eugenides

Auteur de Middlesex

35+ oeuvres 46,723 utilisateurs 1,219 critiques 173 Favoris

A propos de l'auteur

Jeffrey Eugenides was born in Detroit, Michigan on March 8, 1960. He received a B.A. from Brown University and an M.A. in English and creative writing from Stanford University in 1986. His first novel, The Virgin Suicides, was published to in 1993 and was made into a feature film. His other works afficher plus include Middlesex, which won the 2003 Pulitzer Prize for Fiction, and The Marriage Plot. He is a professor of creative writing at Princeton University. (Bowker Author Biography) afficher moins
Crédit image: Courtesy of Allen and Unwin

Œuvres de Jeffrey Eugenides

Middlesex (2002) 27,196 exemplaires
Les Vierges suicidées (1993) 12,687 exemplaires
Le roman du mariage (2011) — Auteur — 5,283 exemplaires
My Mistress's Sparrow Is Dead (2008) — Directeur de publication — 765 exemplaires
Fresh Complaint: Stories (2017) 573 exemplaires
The Switch [2010 film] (2010) — Writer — 59 exemplaires
Thomas Demand (2005) 46 exemplaires
Air Mail [short fiction] (2003) 42 exemplaires
Find the Bad Guy 9 exemplaires
Extreme Solitude 5 exemplaires
Aucun titre 2 exemplaires

Oeuvres associées

Le portrait de Dorian Gray (1890) — Introduction, quelques éditions39,649 exemplaires
The future dictionary of America (2004) — Contributeur — 628 exemplaires
Wonderful Town: New York Stories from The New Yorker (2000) — Contributeur — 356 exemplaires
The Best American Short Stories 1997 (1997) — Contributeur — 337 exemplaires
Granta 54: Best of Young American Novelists (1996) — Contributeur — 237 exemplaires
The Best American Short Stories 2019 (2019) — Contributeur — 182 exemplaires
Burned Children of America (2001) — Contributeur — 123 exemplaires
Best Food Writing 2001 (2001) — Contributeur — 66 exemplaires
McSweeney's Issue 42 (McSweeney's Quarterly Concern): Multiples (2013) — Contributeur — 63 exemplaires

Étiqueté

Partage des connaissances

Membres

Discussions

The Virgin Suicides à Someone explain it to me... (Juillet 2013)

Critiques

Mitchell aime Madeleine qui aime Leonard. Ils viennent de terminer leurs études universitaires et s’apprêtent à se lancer dans la vie adulte. Une réinterprétation très habile du roman victorien et de Jane Austen en particulier, qui plonge avec une grande justesse dans le milieu académique, ses codes et ses comportements, brasse les aspirations, les rêves, les échecs et les peurs de ces jeunes adultes des années 80, aux prises avec les traditions américaines, la libération sexuelle, l’attrait pour la spiritualité et l’ailleurs, les troubles psychologiques et les espoirs romantiques.… (plus d'informations)
½
 
Signalé
Steph. | 288 autres critiques | Feb 17, 2018 |
Histoire d'une jeune américaine a travers la vie de ses grands parents grecs émigres en 1922, de ses parents ( notamment son père self-made Man a l'américaine) jusqu'à la découverte de sa particularité : élevée comme une fille, elle est génétiquement un garçon. Ainsi calliope devient Cal et partage avec nous son évolution jusqu'à l'acceptation de sa différence. Roman au sujet très original. Des passages très drôles. Le personnage de la grand mère et la description de le relation avec la première petite amie sont excellents. Incontournable.… (plus d'informations)
½
 
Signalé
Bur | 630 autres critiques | Feb 18, 2014 |
J'avais entendu des critiques très mitigées à propos du dernier roman de Jeffrey Eugenides. N’ayant pas lu les précédents — j’ai seulement vu l’adaptation cinématographique, à la superbe BO, de Virgin Suicides —, je n'avais pas d'a priori au sujet de cet auteur.
A ma grande surprise, j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire. Il y a même bien longtemps que je n'avais pas autant apprécié un livre. Je vais donc m’atteler à la difficile tâche d’en parler — j’ai toujours un blocage lorsque j’ai beaucoup aimé un livre. Alors, je m’y suis préparé, j’ai pris beaucoup de notes pendant ma lecture et souligné de nombreux passages. Je vais donc essayer d’utiliser au mieux ces éléments, autrement dit il va y avoir un tas — et certainement trop — de citations, vous êtes prévenus.

Commençons par un classique, l’origine du titre — ça fait toujours une bonne entrée en matière.
En troisième année, Madeleine avait suivi un cours intitulé : « Le roman du mariage : oeuvres choisies d’Austen, d’Eliot et de James ».[…] Qui utilisait encore le mariage comme ressort dramatique ? Personne. On n’en trouvait plus trace que dans les fictions historiques.

Mais si, il y en a un: Eugenides. Il reprends à son compte ce grand classique du mariage d’amour ou de raison, du triangle amoureux (Madeleine, Léonard et Mitchell) en le dépoussiérant un peu. Enfin pas trop quand même car nous restons bien dans les années 80.
Assise à une table contre le mur, une fille aux cheveux roses dressés sur la tête lisait Les Villes invisibles en fumant une cigarette au clou de girofle. Tainted Love s’échappait d’une radiocassette posée sur le réfrigérateur.

Ce campus novel est très marqué littérature — et même sémiologie — on y croise souvent Roland Barthes et Jacques Derrida. Que ceux qui n’apprécieraient pas la présence de ces théoriciens se rassurent, cette thématique est moins présente à partir du second tiers du roman et les passages littéraires sont toujours ponctués par d’autres plus prosaïques disons.
Le problème ? Il n’y en a pas si tu viens passer la nuit chez moi et que tu retournes en cours le lendemain. Tu rentres chez toi, tu coules ton bronze, ça peut se comprendre. Mais quand on passe deux, presque trois jours ensemble, à se goinfrer de viande et de fruits de mer, et que tu ne chies pas une seule fois de tout le séjour, je suis bien obligé d’en conclure que tu te retiens.

Plus tard, on passera de la littérature à la théologie, voici un échange entre Claire (une féministe vivant à Paris)
Le problème du judaïsme et du christianisme, dit Claire, comme pour à peu près toutes les religions monothéistes, c’est leur dimension patriarcale. Ce sont les hommes qui ont inventé ces religions. Et qui est Dieu ? Un homme.

et Mitchell (fraîchement diplômé en théologie que Claire traite de matcho)

[…] Dieu échappe à toute conception ou catégorisation humaine. Voilà pourquoi Moïse ne peut pas voir la face de Yahvé. Voilà pourquoi, chez les juifs, on ne peut même pas écrire le nom de Dieu. L’esprit humain ne peut pas concevoir ce qu’est Dieu. Dieu n’a ni sexe ni rien de ce que nous connaissons.

Que dire de plus si ce n’est qu’il s’agit d’un livre très bien écrit. Allez un petit exemple — comme s'il n'y avait déjà pas assez de citations.
Il y avait certaines choses dans le tennis – ses rites aristocratiques, le silence affecté qu’il exigeait de ses spectateurs, l’obstination prétentieuse à dire « love » pour zéro et « deuce » pour égalité, l’accès restreint au court lui-même, où seules deux personnes étaient autorisées à se déplacer librement, la rigidité de gardes royaux des juges de ligne et les courses serviles des ramasseurs de balles – qui en faisaient un sport moralement condamnable.

Eugenides utilise le bon registre d’écriture on sent qu’il y a du répondant sans être trop surfait. Ce qui donne un style vraiment très agréable à lire — bravo également pour la traduction qui m’a semblé parfaite. Il est ensuite très bien construit. Même si au bout d’un moment la structure du livre apparaîtra au lecteur, elle constitue un bon compromis entre rigidité et souplesse. Enfin la thématique faussement naïve de l’amour d’adolescents — ou de jeunes adultes — est l’occasion d’aborder avec plus d’intensité des sujets comme la religion ou la maladie mentale sans oublier d’y ajouter encore et toujours une touche humoristique.
– Moi aussi, au début, je donnais aux mendiants. Et puis j’ai compris que ça ne servait à rien. C’est sans fin.
– Jésus dit qu’il faut donner à tous ceux qui demandent, rétorqua Mitchell.
– Ouais, ben, on voit que Jésus n’est jamais venu à Calcutta.

En espérant avoir accompli ma mission en vous ayant donné envie de lire ce livre — c'est pour cette raison que j'ai utilisé beaucoup de citations, je continue de croire que Jeffrey Eugenides sera plus convainquant que moi. http://www.aubonroman.com/2014/02/le-roman-du-mariage-par-jeffrey.html
… (plus d'informations)
 
Signalé
yokai | 288 autres critiques | Feb 1, 2014 |

Listes

Teens (1)
1990s (1)
My TBR (2)
Romans (1)
AP Lit (1)

Prix et récompenses

Vous aimerez peut-être aussi

Auteurs associés

Will Speck Director
Stuart Dybek Contributor
David Bezmozgis Contributor
James Joyce Contributor
Guy de Maupassant Contributor
Mary Robison Contributor
Eileen Chang Contributor
Miranda July Contributor
William Faulkner Contributor
David Gates Contributor
Anton Chekhov Contributor
Deborah Eisenberg Contributor
William Trevor Contributor
Richard Ford Contributor
Raymond Carver Contributor
Bernard Malamud Contributor
Lorrie Moore Contributor
Milan Kundera Contributor
Vladimir Nabokov Contributor
Alice Munro Contributor
George Saunders Contributor
Denis Johnson Contributor
Robert Musil Contributor
Grace Paley Contributor
Gilbert Sorrentino Contributor
Isaac Babel Contributor
Harold Brodkey Contributor
Katia Bagnoli Translator
Mieke Lindenburg Translator
Nick Landrum Narrator
nijsjande Translator
Olivier Deparis Traduction
Irena Duša Translator
Grete Osterwald Übersetzer
David Pittu Narrator
Uli Aumüller Übersetzer
Gerda Baardman Translator
Mich Vraa Translator
Ari Fliakos Narrator
Cynthia Nixon Narrator

Statistiques

Œuvres
35
Aussi par
11
Membres
46,723
Popularité
#338
Évaluation
4.0
Critiques
1,219
ISBN
324
Langues
26
Favoris
173

Tableaux et graphiques