AccueilGroupesDiscussionsExplorerTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

Le monde s'effondre (1958)

par Chinua Achebe

Autres auteurs: Voir la section autres auteur(e)s.

Séries: African Trilogy (1)

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneDiscussions / Mentions
18,908407208 (3.76)5 / 1009
Dans le village ibo d'Umuofia, Okonkwo est un homme dont la puissance et le courage sont vantés par tous, dont la voix est écoutée. Rejeton d'un père lâche et paresseux, il doit à lui seul ce qu'il est aujourd'hui : un fermier prospère qui veille sur ses trois épouses et sur ses huit enfants, un sage guerrier jouissant de la confiance des anciens.Son monde repose sur un équilibre cohérent de règles et de peurs, de rituels et de traditions. Okonkwo habite ce monde, l'accepte et le maîtrise, il en est même l'un des garants. Ce qu'il ignore, c'est que l'extérieur s'apprête à violer une réalité qu'il croyait immuable : les missionnaires d'abord, les colons britanniques ensuite vont bientôt bouleverser irrémédiablement l'existence de tout son peuple.Tragique roman à la langue limpide, fable cruelle retraçant la destinée d'un homme fier qui ne plie pas, Tout s'effondre rend hommage à l'Afrique précoloniale à l'aube de sa décomposition. « Tant que les lions n'auront pas leurs propres historiens, l'histoire de la chasse glorifiera toujours le chasseur », dit un proverbe africain que Chinua Achebe aimait à citer. Avec ce roman magistral, il devenait l'un des premiers lions du continent à prendre la plume.… (plus d'informations)
Récemment ajouté parjilld17, Machine1211, jvold, Arena800, PeterVize, meimeiminimochi, vickijohnson, bibliothèque privée, emmasT, boobadooba98
Bibliothèques historiquesThomas C. Dent, Anthony Burgess, Karen Blixen
  1. 205
    Les yeux dans les arbres par Barbara Kingsolver (jlelliott, bbudke)
    jlelliott: Each tells the story of Christian missionaries in Africa, one from the perspective of the missionaries, one from the perspective of the local people targeted for "salvation".
  2. 140
    L'autre moitié du soleil par Chimamanda Ngozi Adichie (mrstreme)
  3. 195
    Au cœur des ténèbres par Joseph Conrad (SanctiSpiritus)
  4. 41
    Saison de la migration vers le Nord par Tayeb Salih (Rubbah)
  5. 41
    Pleure, ô pays bien-aimé par Alan Paton (Osbaldistone)
  6. 42
    La Terre chinoise par Pearl S. Buck (Ellen_Elizabeth)
    Ellen_Elizabeth: Another classic, historical fiction novel that explores traditional culture through the story and of one man and his family. Both were written in English and illustrate the author's perceived strengths and weaknesses of the subject culture in a way that is accessible to western readers.… (plus d'informations)
  7. 21
    The Lion and the Jewel par Wole Soyinka (libron)
    libron: Similar themes
  8. 10
    L'ivrogne dans la brousse par Amos Tutuola (Cecrow)
  9. 11
    Living Memories: Kenya's Untold Stories par Al Kags (WorldreaderBCN)
  10. 00
    La mort de l'écuyer du roi par Wole Soyinka (hazzabamboo)
  11. 01
    The Ghost of Sani Abacha par Chuma Nwokolo (WorldreaderBCN)
  12. 03
    Au royaume des glaces par Hampton Sides (GaryBigfoot)
  13. 16
    Chroniques martiennes par Ray Bradbury (andomck)
    andomck: Both books are about colonization. One is from the perspective of colonizer, the other the colonized.
  14. 012
    Mort d'un commis voyageur par Arthur Miller (TuesdayNovember)
    TuesdayNovember: Both follow the fall of a callous man - one great, one not quite so.
1950s (4)
Africa (2)
Read (33)
To Read (340)
My TBR (2)
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

» Voir aussi les 1009 mentions

Anglais (385)  Espagnol (5)  Suédois (3)  Italien (3)  Français (2)  Néerlandais (1)  Allemand (1)  Catalan (1)  Norvégien (1)  Finnois (1)  Danois (1)  Toutes les langues (404)
2 sur 2
C’est bien connu, tant que le lion n’aura pas ses propres historiens, la chasse sera toujours racontée à la gloire des chasseurs. Mais pour que ce proverbe nous parvienne, il a fallu que les lions commencent à avoir leurs propres historiens. Et Chinua Achebe est l’un des premiers d’entre eux. Avec son livre le plus connu, publié en 1958 puis traduit en français en 1966, il raconte la chasse du point de vue des lions, ou plutôt, l’arrivée des anglais en territoire igbo à la fin du XIXème siècle, vue du côté des Igbos.
Beaucoup de ce qu’il dit dans ce livre n’est pas nouveau pour moi et entre en résonance avec d’autres textes lus, sur l’Afrique ou sur d’autres parties du monde. Mais il faut remettre les choses dans leur contexte, ce livre a été écrit au tout début de la moitié du XIXème siècle et était probablement à ce moment-là très novateur dans le regard qu’il porte sur des événements qui n’ont pas encore abouti à la décolonisation
Le roman suit un personnage principal, Okonkwo, un homme qui s’est élevé à force de travail au sein de son clan et dont la réussite se confirme de jour en jour. Dans la première partie, qui occupe près de la moitié du livre, on le voit évoluer dans son village, heureux de sa réussite et de son importance, entretenant avec soin ses relations sociales et dirigeant d’une main ferme son foyer. Les événements qui constituent chaque chapitre sont autant d’occasions pour donner à voir des aspects de l’organisation sociale et de la culture, donnant à voir une société cohérente et riche de sa tradition et de ses valeurs.
Mais avec l’arrivée des blancs, survient l’effondrement annoncé dans le titre. Chinua Achebe arrive à tisser un roman qui montre, sans être jamais didactique, les effets des prémisses de la colonisation sur les Igbos, tant d’un point de vue social que d’un point de vue personnel. On voit se déliter sous nos yeux ce clan dont les valeurs sont bafouées une à deux. Les valeurs religieuses d’abord, puis l’autorité et la justice. On voit comment le clan essaie de réagir et comment les stratégies mises en place sont parfois contre-productives et renforcent l’emprise des nouveaux venus quand elles devaient les mettre en difficulté. On voit aussi comment l’individu réagit à cette perturbation venue de l’extérieur, ceux qui y voient une opportunité pour se sortir d’un système social qui les oppresse ou ceux qui voient l’édifice de leur vie s’ébranler.
Dans une langue simple et directe qui plonge le lecteur au cœur du microcosme que forment Okonkwo, sa famille et ses relations, Chinua Achebe nous fait découvrir cet environnement si étranger à nos habitudes occidentales et nous permet d’être spectateurs d’un drame que nous ne soupçonnons pas, celui de l’effondrement d’une société et d’un individu. Ce livre facile à lire de par sa facture mais très riche de par son propos est un des premiers classiques de la littérature africaine et il a toute sa place dans la bibliothèque de qui s’intéresse à ce continent.
Les éditions Actes Sud et Pierre Girard en proposent depuis 2013 une nouvelle traduction (celle de 1966 s’intitulait d’ailleurs Le Monde s’effondre, les deux titres en accord avec le titre original en anglais et renvoyant bien à la même idée). J’espère qu’ils auront la bonne idée de nous proposer les deux titres suivants, désormais épuisés en français, voire l’intégralité des romans de Chinua Achebe (il n’en a écrit que cinq au total) qui forment une grande fresque de l’histoire des Igbos pris dans la tourmente de l’histoire du début du XXème siècle.
On connaît aujourd’hui plus les Igbos pour leur tentative d’indépendance du Nigeria lors de la guerre du Biafra. On les découvre ici bien avant ces événements qui pousseront Chinua Achebe sur les routes de l’exil, à un moment où leurs traditions sont entières et pas encore remises en cause. Un livre agréable à lire, qui dit le beau comme le moins beau d’une société, qui dit un monde qui s’effondre. Un regard passionnant d’un lion sur la chasse dont il a longtemps été l’objet (et dont il est encore l’objet, mais c’est un autre débat).
  raton-liseur | Jan 12, 2022 |
Un ennui profond et une indifférence à peu près totale sont les deux sentiments qui m'ont principalement accompagnée à la lecture de ce livre. La narration m'a semblé sans relief et sans intérêt, autour de personnages dont le destin n'a pas réussi à me captiver un seul instant. J'étais pourtant impatiente de découvrir un livre érigé en exemple et référence de la littérature africaine. Serais-je passée à côté du monument décrit ou le monument a-t-il été largement inventé par la critique? ( )
  biche1968 | Jan 28, 2013 |
2 sur 2

Set in the late 19th century, at the height of the "Scramble" for African territories by the great European powers, Things Fall Apart tells the story of Okonkwo, a proud and highly respected Igbo from Umuofia, somewhere near the Lower Niger. Okonkwo's clan are farmers, their complex society a patriarchal, democratic one. Achebe suggests that village life has not changed substantially in generations.

The first part of a trilogy, Things Fall Apart was one of the first African novels to gain worldwide recognition: half a century on, it remains one of the great novels about the colonial era.
 
[Achebe] describes the many idyllic features of pre-Christian native life with poetry and humor. But his real achievement is his ability to see the strengths and weaknesses of his characters with a true novelist's compassion.
ajouté par Shortride | modifierThe New York Times Book Review, Selden Rodman (payer le site) (Feb 22, 1959)
 

» Ajouter d'autres auteur(e)s (62 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Achebe, Chinuaauteur(e) principal(e)toutes les éditionsconfirmé
Appiah, Kwame AnthonyIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Bandele, BiyiIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Dicker, JaapTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Dicker, JanTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
James, Peter FrancisNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Okeke, UcheIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Puigtobella, BernatTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Rodriguez, EdelArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Serraillier, IanIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Vertaalgroep Administratief Centrum BergeykTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Werk, Jan Kees van dePostfaceauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Lieux importants
Évènements importants
Films connexes
Prix et distinctions
Épigraphe
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Turning and turning in the widening gyre
The falcon cannot hear the falconer;
Things fall apart; the centre cannot hold;
Mere anarchy is loosed upon the world.

—W.B. Yeats, "The Second Coming"
Dédicace
Premiers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Okonkwo was well-known throughout the nine villages and even beyond. His fame rested on solid personal achievements. As a young man of eighteen he had brought honour to his village by throwing Amalinze the Cat.
Citations
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
The white man is very clever. He came quietly and peaceably with his religion. We were amused at his foolishness and allowed him to stay. Now he has won our brothers, and our clan can no longer act like one. He has put a knife on the things that held us together and we have fallen apart.
There is no story that is not true.
The world has no end, and what is good among one people is an abomination with others.
If I hold her hand she says, Don't Touch!. If I hold her foot she says Don't Touch! But when I hold her waist-beads she pretends not to know.
A man who calls his kinsmen to a feast does not do so to save them from starving. They all have food in their own homes. When we gather together in the moonlit village ground it is not because of the moon. Every man can see it in his own compound. We come together because it is good for kinsmen to do so.
Derniers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
(Cliquez pour voir. Attention : peut vendre la mèche.)
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Courtes éloges de critiques
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Langue d'origine
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais

Aucun

Dans le village ibo d'Umuofia, Okonkwo est un homme dont la puissance et le courage sont vantés par tous, dont la voix est écoutée. Rejeton d'un père lâche et paresseux, il doit à lui seul ce qu'il est aujourd'hui : un fermier prospère qui veille sur ses trois épouses et sur ses huit enfants, un sage guerrier jouissant de la confiance des anciens.Son monde repose sur un équilibre cohérent de règles et de peurs, de rituels et de traditions. Okonkwo habite ce monde, l'accepte et le maîtrise, il en est même l'un des garants. Ce qu'il ignore, c'est que l'extérieur s'apprête à violer une réalité qu'il croyait immuable : les missionnaires d'abord, les colons britanniques ensuite vont bientôt bouleverser irrémédiablement l'existence de tout son peuple.Tragique roman à la langue limpide, fable cruelle retraçant la destinée d'un homme fier qui ne plie pas, Tout s'effondre rend hommage à l'Afrique précoloniale à l'aube de sa décomposition. « Tant que les lions n'auront pas leurs propres historiens, l'histoire de la chasse glorifiera toujours le chasseur », dit un proverbe africain que Chinua Achebe aimait à citer. Avec ce roman magistral, il devenait l'un des premiers lions du continent à prendre la plume.

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (3.76)
0.5 8
1 88
1.5 12
2 281
2.5 38
3 940
3.5 232
4 1476
4.5 143
5 933

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

Penguin Australia

2 éditions de ce livre ont été publiées par Penguin Australia.

Éditions: 0141023384, 0141186887

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 180,222,086 livres! | Barre supérieure: Toujours visible