Photo de l'auteur

Chimamanda Ngozi Adichie

Auteur de Americanah

69+ oeuvres 27,480 utilisateurs 1,148 critiques 101 Favoris
Il y a 1 discussion ouverte sur cet auteur. Voir maintenant.

A propos de l'auteur

Chimamanda Ngozi Adichie was born in Enugu, Nigeria on September 15, 1977. She studied medicine and pharmacy at the University of Nigeria for a year and a half before moving to the United States, where she studied communication at Drexel University for two years. She received a bachelor's degree in afficher plus communication and political science at Eastern Connecticut State University in 2001, a master's degree in creative writing at Johns Hopkins University, and a master's degree in African Studies from Yale University in 2008. Her first novel, Purple Hibiscus, was published in 2003 and received the Commonwealth Writers' Prize for Best First Book in 2005. Her other books include The Thing around Your Neck, Americanah, and We Should All Be Feminist. Half of a Yellow Sun won the Orange Prize in 2007. She was awarded the 2018 PEN Pinter Prize, for her body of work that shows 'outstanding literary merit'. (Bowker Author Biography) afficher moins
Crédit image: Chimamanda Ngozi Adichie Photo: Okey Adichie

Œuvres de Chimamanda Ngozi Adichie

Americanah (2013) 7,704 exemplaires
L'autre moitié du soleil (2006) 6,897 exemplaires
L'hibiscus pourpre (2003) 4,517 exemplaires
Nous sommes tous des féministes (2014) 3,973 exemplaires
Autour de ton cou : nouvelles (2009) 1,864 exemplaires
Notes on Grief (2021) 446 exemplaires
Zikora (2020) 121 exemplaires
The Visit (2021) 90 exemplaires
The danger of a single story (2018) 77 exemplaires
The Best Short Stories 2021: The O. Henry Prize Winners (2021) — Directeur de publication — 63 exemplaires
Mama's Sleeping Scarf (2023) 34 exemplaires
The Arrangements (2016) 20 exemplaires
The Shivering [short story] (2016) 17 exemplaires
Imitation (2011) 11 exemplaires
A Private Experience 9 exemplaires
Apollo (2019) 7 exemplaires
Cell One (2009) 7 exemplaires
Dovremmo essere tutti femministi (2021) 3 exemplaires
Olikoye 3 exemplaires
For Love of Biafra (1998) 3 exemplaires
Feminist Manifesto (2019) 2 exemplaires
Ofodile 2 exemplaires
Birdsong 2 exemplaires
The Grief of Strangers 2 exemplaires
Real Food 2 exemplaires
Checking Out 2 exemplaires
Pool kollast päikest (2018) 2 exemplaires
You in America (2006) 2 exemplaires
Miracle 1 exemplaire
Keder Üzerine 1 exemplaire
KAHA PATA IRA PALUWAK 1 exemplaire
Zapisi o žalovanju (2023) 1 exemplaire
Ghosts 1 exemplaire
Zápisky o smutku (2022) 1 exemplaire
The Time Story 1 exemplaire
Kvelningsfornemmelser 1 exemplaire

Oeuvres associées

The Best American Nonrequired Reading 2004 (2004) — Contributeur — 741 exemplaires
The Best American Short Stories 2011 (2011) — Contributeur — 352 exemplaires
The Best American Short Stories 2016 (2016) — Contributeur — 264 exemplaires
Granta 92: The View from Africa (2006) — Contributeur — 175 exemplaires
20 Under 40: Stories from The New Yorker (2010) — Contributeur — 168 exemplaires
Granta 88: Mothers (2004) — Contributeur — 163 exemplaires
Four Letter Word: New Love Letters (2007) — Contributeur — 136 exemplaires
Granta 95: Loved Ones (2006) — Contributeur — 119 exemplaires
Granta 111: Going Back (2010) — Contributeur — 113 exemplaires
One World: A Global Anthology of Short Stories (2009) — Contributeur — 98 exemplaires
The Granta Book of the African Short Story (2011) — Contributeur — 94 exemplaires
The Matter of Black Lives: Writing from The New Yorker (2021) — Contributeur — 92 exemplaires
Eat Joy: Stories & Comfort Food from 31 Celebrated Writers (2019) — Contributeur — 66 exemplaires
Africa39: New Writing from Africa South of the Sahara (2014) — Contributeur — 65 exemplaires
The Penguin Book of the Modern American Short Story (2021) — Contributeur — 54 exemplaires
McSweeney's Issue 50 (McSweeney's Quarterly Concern) (2017) — Contributeur — 53 exemplaires
The Guardian Review Book of Short Stories (2011) — Auteur — 50 exemplaires
Best African American Fiction (2009) (2009) — Contributeur — 47 exemplaires
African Love Stories: An Anthology (2006) — Contributeur — 38 exemplaires
Proverbs for the People: Contemporary African-American Fiction (2003) — Contributeur — 36 exemplaires
An African Quilt: 24 Modern African Stories (2012) — Contributeur — 17 exemplaires
Selected Shorts: New American Stories (2011) — Contributeur — 17 exemplaires
群像 2010年 08月号 [雑誌] — Contributeur — 1 exemplaire
早稲田文学増刊 女性号 (2017) — Contributeur — 1 exemplaire

Étiqueté

A lire (2,655) Africain (153) Afrique (1,156) Anthologie (274) Biafra (250) Contemporain (97) Essai (96) essais (307) Famille (152) femmes (147) Fiction (2,493) Fiction contemporaine (112) Fiction historique (244) Féminisme (647) Granta (99) Guerre (210) Guerre civile (118) immigrants (121) Immigration (184) Kindle (191) Littérature (186) Littérature africaine (349) Livre électronique (204) Lu (269) Nigeria (1,524) Nigerian (158) Nigerian Literature (181) Non lu (104) non-fiction (686) nouvelles (673) oeuvre littéraire (105) Politique (94) Possédé (96) Prix d'orange (114) race (208) Racisme (155) Religion (110) Roman (283) XXIe siècle (160) États-Unis (105)

Partage des connaissances

Membres

Discussions

September 2023: Chimamanda Ngozi Adichie à Monthly Author Reads (Octobre 2023)
Purple Hibiscus, Chimamanda Ngozi Adichie à World Reading Circle (Janvier 2014)
GROUP READ: Half of a Yellow Sun, by Chimamanda Ngozi Adichie à 75 Books Challenge for 2012 (Août 2012)

Critiques

Je crois que je suis dans une phase « lecture féministe » depuis quelques mois. Dans ces cas-là, il est bon de se diversifier un peu, tant dans la forme que dans les périodes historiques ou les aires géographiques. Alors quand ce petit essai sous la forme d’une lettre que l’autrice nigériane Chimamanda Ngozi Adichie adresserait à une amie a été mis en onde par France Culture, je me suis dit qu’ils devaient être au courant de ma lubie livresque actuelle…
Cet essai n’a rien de révolutionnaire, mais c’est peut-être justement là qu’est son intérêt, dans cette façon agréable à lire et pas trop moralisateur (c’est tout de même une liste de conseils, mais à plusieurs reprises, l’autrice cherche aussi à déculpabiliser le lecteur ou la lectrice que ne pourrais pas mettre en œuvre tous ces principes), ce livre permet en quelque sorte de faire un point sur ce que peut être une éducation féministe, et met en avant que ce n’est pas qu’une liste de recettes à appliquer, mais plutôt un état d’esprit, une façon d’être. Et cet état d’esprit, cette façon d’être ne sont pas si faciles que cela à atteindre, car ils nécessitent de questionner notre propre éducation (que l’on a tendance à reproduire il faut bien le dire, puisque c’est souvent notre seul modèle) et de comprendre en quoi cette éducation n’a pas été féministe.

Un livre clair, facile et rapide à lire mais qui fait réfléchir à sa propre expérience, passée ou à venir. Un livre qui ne s’adresse pas qu’aux femmes et pas qu’aux mères de filles, les hommes et les parents de garçons pourront aussi y trouver matière à réflexion, parce qu’au fond, ce que propose Chimamanda Ngozi Adichie, c’est une éducation respectueuse de la personnalité de chacun, une éducation qui n’enferme pas les enfants et les gens dans des boîtes en fonction d’attendus sociaux immuables.
Et peut-être que je surinterprète, mais encore plus au fond, ce que dit en filigrane cet essai, c’est que dans une société où chacun pourrait se réaliser pour ce qu’il est et non selon des stéréotypes pré-établi, le féminisme serait inutile. Mais nous n’en sommes pas là, alors en attendant, il est bon de lire ce petit essai qui permettra peut-être de faire un petit pas de plus dans le bon sens...
… (plus d'informations)
 
Signalé
raton-liseur | 68 autres critiques | Nov 29, 2023 |
Je ne sais plus où, quand et pourquoi j’ai acheté ce livre, et ce n’est que plus de dix ans après l’avoir laissé dormir sur mes étagères que je me décide enfin à le lire, poussée par le défi de lecture de romans africains auquel je participe cette année. En l’ouvrant, je ne savais pas à quoi m’attendre et après quelques dizaines de pages, il m’a fallu lire la quatrième de couverture pour essayer de me repérer.
La guerre du Biafra, donc, c’est de cela qu’il s’agit... J’en connais peu de chose et surtout, plutôt que le pourquoi et le comment, la guerre du Biafra, c’est avant tout pour moi la naissance de Médecins sans Frontières et de l’humanitaire à la française. Ce livre vient donc combler une lacune importante en me faisant voir ce que cette guerre a été « pour de vrai ».

L’autrice fait partie de ces rares auteurs africains contemporains qui ont une renommée véritablement internationale et solidement établie. Je crois que j’avais donc d’assez hautes attentes lorsque j’ai ouvert ce livre. Et je crois que ces hautes attentes n’ont pas été totalement comblées. J’ai beaucoup aimé les personnages créés par Chimamanda Ngozi Adichie : Odenigbo l’intellectuel, Olanna la privilégiée, Kainene la pragmatique et tous ceux qui gravitent autour d’eux, sans oublier Ugwu, le jeune garçon à tout faire qui s’ouvre à la littérature et à la pensée politique ou Richard Churchill (non rien à voir avec le premier ministre comme il doit le préciser à chaque fois) le journaliste et aspirant écrivain plus étranger dans sa propre société qu’ici. Toute la reconstitution de la vie de ces milieux intellectuels au début de l’indépendance, le mélange d’espoir et d’illusions, tout cela m’a captivée.
Lorsque, par contre la guerre éclate, le livre pour moi perd de sa force littéraire. Ainsi, j’ai l’impression que le lecteur autant que l’autrice restent extérieurs lorsqu’on évoque la guerre et ses conséquences. Je n’ai pas non plus bien compris cette famine qui justement est la seule image que j’avais de cette guerre, et il y a, me semble-t-il, quelques petites incohérences par moment dans la description des cas de kwashiorkor. Tout cela est un peu dommage et ne m’a pas permis d’immerger totalement dans cette histoire.
Mais je dis bien que c’est en « force littéraire » que perd ce livre, pas en force tout seul. Car si, comme je crois l’avoir lu, il s’agit du premier roman traitant ainsi de la guerre au Biafra, et si l’on considère que c’est une des descendantes d’ex-Biafrais qui écrit, on peut comprendre qu’elle ait voulu tout mettre dans ce livre, ne sachant peut-être pas si elle aurait la volonté ou la possibilité de revenir sur le sujet. Peut-être ne s’est-il pas encore passé assez de temps pour que la mémoire de ces événements historiques puissent faire l’objet d’un récit romanesque avec la distance qu’un lecteur extérieur à l’histoire peut en attendre.
Je suis bien consciente que ma réserve vis-à-vis de ce livre est bien mince et qu’en plus elle est probablement très personnelle et peut-être pas tout à fait justifiée, fruit de mes attentes et de représentations préalables plutôt que conséquences de ma lecture. Et malgré cette réserve, je serais prête à recommander ce livre les yeux fermés tant il aborde un sujet nécessaire et trop longtemps tu. Il est important que ces points de vue émergent, et si la littérature peut en être le lieu, je ne peux que m’en réjouir.
Pour conclure, c’est un livre que je suis contente d’avoir lu pour ce qu’il dit de la construction d’une mémoire et d’un devoir de mémoire, pour le témoignage qu’il donne, tant d’événements graves que surtout de la façon dont ces événements résonnent au niveau individuel encore aujourd’hui. Un livre essentiel, non pour ses qualités littéraires mais pour ce qu’il dit de cette moitié de soleil qui s’est abîmée dans un bain de sang et de désespoir et qui reste encore comme un tison dans le cœur de beaucoup dans les campagnes d’Enugu, à Nsukka, ou encore en exil.
… (plus d'informations)
 
Signalé
raton-liseur | 295 autres critiques | Jun 11, 2023 |
Le lecteur plonge dans une famille nigérianne aisée, dans laquelle le père est un fondamentaliste catholique très respecté socialement, que tout le monde connaît, mais qui abuse de son pouvoir au sein des siens. Sa femme, professeure à l'université, est vive, cultivée, et tient à sa place. Mais son mari s'avère être un véritable tyran, qui la malmène ainsi que ses enfants. Homme très ambigu car il est par ailleurs un vigoureux militant contre le régime dictatorial que subit le pays. La narratrice est la jeune fille de 15 ans de la famille, Kambili ; on suit l'évolution de son point de vue, de sa propre réflexion face à ce père qu'elle aime mais qu'elle sait dur et intraitable. Son frère fait le choix de rejeter la religion ; son père lui en voudra terriblement et lui fera payer. En parallèle on suit la famille de cousins, la tante Ifeoma, soeur de cet homme terrible, et ses enfants, tous joyeux et libres.
Une belle découverte du pays du Nigéria, de ses us et coutumes, et aussi des mécanismes de perversité et de violence faite aux femmes, malgré leur éducation, où l'homme se révèle dans toute sa dualité venimeuse. Un très chouette roman !
… (plus d'informations)
 
Signalé
fiestalire | 182 autres critiques | Jul 28, 2020 |
> Babelio : https://www.babelio.com/livres/Adichie-Lhibiscus-pourpre/264938
> Le Livre de Poche (celiatas) : https://fr.calameo.com/books/0043038443afedcb9a996

> Sensible et émouvant.
--J. M. Coetzee, prix Nobel de littérature
… (plus d'informations)
 
Signalé
Joop-le-philosophe | 182 autres critiques | Feb 1, 2019 |

Listes

AP Lit (1)
My TBR (2)
Africa (4)

Prix et récompenses

Vous aimerez peut-être aussi

Auteurs associés

Statistiques

Œuvres
69
Aussi par
33
Membres
27,480
Popularité
#745
Évaluation
4.1
Critiques
1,148
ISBN
491
Langues
26
Favoris
101

Tableaux et graphiques