Photo de l'auteur

David Mitchell (1) (1969–)

Auteur de Cartographie des nuages

Pour les autres auteurs qui s'appellent David Mitchell, voyez la page de désambigüisation.

19+ oeuvres 45,980 utilisateurs 2,026 critiques 343 Favoris

Séries

Œuvres de David Mitchell

Cartographie des nuages (2004) 17,872 exemplaires, 680 critiques
Les mille automnes de Jacob de Zoet (2010) 5,974 exemplaires, 314 critiques
Le fond des forêts (2006) 5,312 exemplaires, 215 critiques
The Bone Clocks (2014) 5,070 exemplaires, 289 critiques
Écrits fantômes (1999) 3,985 exemplaires, 123 critiques
Slade House (2015) 3,307 exemplaires, 251 critiques
Number9Dream (2001) 3,246 exemplaires, 80 critiques
Utopia Avenue (2020) 1,193 exemplaires, 73 critiques
The Right Sort 7 exemplaires
Sample of CLOUD ATLAS — Auteur — 1 exemplaire
The Massive Rat 1 exemplaire
Earth calling Taylor 1 exemplaire, 1 critique
Whirlwind of Time 1 exemplaire
Dénouement 1 exemplaire
Avenija utopije (2024) 1 exemplaire

Oeuvres associées

La main gauche de la nuit (1969) — Avant-propos, quelques éditions16,167 exemplaires, 389 critiques
Sorcier de terremer t1 (1968) — Introduction, quelques éditions16,164 exemplaires, 376 critiques
La Femme des sables (1964) — Introduction, quelques éditions3,129 exemplaires, 67 critiques
The Reason I Jump (2007) — Traducteur, quelques éditions1,941 exemplaires, 128 critiques
Enig Marcheur (1980) — Postface, quelques éditions1,352 exemplaires, 26 critiques
The Book of Other People (2008) — Contributeur — 749 exemplaires, 14 critiques
McSweeney's Enchanted Chamber of Astonishing Stories (2004) — Contributeur — 675 exemplaires, 10 critiques
The Writer's Map: An Atlas of Imaginary Lands (2018) — Contributeur — 420 exemplaires, 8 critiques
Granta 81: Best of Young British Novelists 2003 (2003) — Contributeur — 275 exemplaires, 2 critiques
Cloud Atlas [2012 film] (2012) 268 exemplaires, 1 critique
Fall Down 7 Times Get Up 8: A Young Man's Voice from the Silence of Autism (2017) — Translator and Introduction, quelques éditions176 exemplaires, 20 critiques
Light the Dark: Writers on Creativity, Inspiration, and the Artistic Process (2017) — Contributeur — 143 exemplaires, 4 critiques
Granta 127: Japan (2014) — Contributeur — 125 exemplaires, 2 critiques
Science Fiction Stories (1979) — Illustrateur, quelques éditions121 exemplaires
The Decameron Project: 29 New Stories from the Pandemic (2020) — Contributeur — 114 exemplaires, 4 critiques
I'm With the Bears: Short Stories from a Damaged Planet (2011) — Contributeur — 92 exemplaires, 4 critiques
How To Be Invisible (2018) — Introduction — 88 exemplaires
Freedom: Stories Celebrating the Universal Declaration of Human Rights (2009) — Contributeur — 73 exemplaires, 2 critiques
McSweeney's Issue 42 (McSweeney's Quarterly Concern): Multiples (2013) — Contributeur — 63 exemplaires, 2 critiques
A Riot of Goldfish (2010) — Avant-propos, quelques éditions46 exemplaires, 2 critiques
New Writing 13 (2005) — Contributeur — 17 exemplaires

Étiqueté

Partage des connaissances

Nom canonique
Mitchell, David
Nom légal
Mitchell, David Stephen
Date de naissance
1969-01-12
Sexe
male
Nationalité
UK
Pays (pour la carte)
England, UK
Lieu de naissance
Southport, Lancashire, England, UK
Lieux de résidence
Malvern, Worcestershire, England, UK
Hiroshima, Japan
Sicily, Italy
Ireland
Études
University of Kent (BA - English and American Literature, Comparative Literature)
Professions
teacher
novelist
Relations
Yoshida, Keiko (wife)
Prix et distinctions
John Llewellyn Rhys Prize (1999)
Time Magazine's 100 Most Influential People in The World (2007)
Granta's Best of Young British Novelists (2003)
Courte biographie
David Stephen Mitchell (born 12 January 1969) is an English novelist and screenwriter.

He has written nine novels, two of which, number9dream (2001) and Cloud Atlas (2004), were shortlisted for the Booker Prize. He has also written articles for several newspapers, most notably for The Guardian, and translated several books about autism from Japanese to English.

Following the release of the 2012 film adaptation of Cloud Atlas, Mitchell started working as a screenwriter alongside Lana Wachowski, one of Cloud Atlas' three directors; together with Aleksandar Hemon, they wrote the series finale of the television series Sense8 and the upcoming film The Matrix 4.

Mitchell was born in Southport in Lancashire (now Merseyside), England, and raised in Malvern, Worcestershire. He was educated at Hanley Castle High School and at the University of Kent, where he obtained a degree in English and American Literature followed by an M.A. in Comparative Literature.

Mitchell lived in Sicily for a year, then moved to Hiroshima, Japan, where he taught English to technical students for eight years, before returning to England, where he could live on his earnings as a writer and support his pregnant wife.

David Mitchell contributed the unpublished manuscript for 2015 to the Future Library project, of "From me flows what you call time". See the Guardian article; also the Bookseller article.

Membres

Discussions

Cloud Atlas Group Read: Spoiler Thread Week Two à 75 Books Challenge for 2011 (Octobre 2020)
BRITISH AUTHOR CHALLENGE OCTOBER 2015 - DUNMORE & MITCHELL à 75 Books Challenge for 2015 (Janvier 2016)
Slade House: First Impressions à One LibraryThing, One Book (Novembre 2015)
2014 Booker Prize longlist: The Bone Clocks à Booker Prize (Septembre 2014)
Chat about... Cloud Atlas by David Mitchell à The SF&F Book Chat (Mars 2013)
Thousand Autumns of Jacob de Zoet: Week Two à 75 Books Challenge for 2011 (Juillet 2011)
Thousand Autumns of Jacob de Zoet: Week One à 75 Books Challenge for 2011 (Juin 2011)
The Thousand Autumns of Jacob de Zoet Group Read à 75 Books Challenge for 2011 (Juin 2011)
Cloud Atlas Group Read: Spoiler Thread Week One à 75 Books Challenge for 2011 (Janvier 2011)
Cloud Atlas Group Read: General Discussion Thread à 75 Books Challenge for 2011 (Janvier 2011)

Critiques

Quelle déception.
J'avais adoré "Cartographie des nuages" et "Ecrits fantômes", ces deux romans intelligents, extrêmement bien structurés, posaient des questions essentielles sur l'humanité, le temps, le réel, tout en racontant une histoire captivante mêlant le fantastique, l'extraordinaire, brassant le monde.
Cette fois-ci avec "L'âme des horloges", David Mitchell s'essaie au même exercice mais soit je n'ai rien compris soit c'est totalement raté. La structure du roman, par période s'étalant de 1984 à 2043, semble sans logique. Le roman lui-même traîne en longueur. Pire, la théorie qu'essaie de développer David Mitchell sur ces personnes maîtrisant l'esprit, les âmes, pouvant renaître dans des corps et traverser les époques, les siècles ou devenant immortels en distillant des âmes, est totalement incompréhensible. Enfin et c'est ce qui m'a rendu ce roman absolument inintéressant c'est le style et certainement la traduction. Le style : "plic, plic, plic, goutte le robinet", "les hélicoptères tchaca-tchaca-tchac-aient au-dessus...", "les balles par millions, venues de Chicago, Fukuoka, Stalingrad, ratatatatatata.." La traduction ou le style mais les tournures de phrase telle que "réponds-je", "mens-je", "poursuis-je", "interviens-je",... sont à la pelle et rendent les phrases lourdes, moches (!) Sans parler du placement de produit qui apparaît tout d'un coup au milieu du roman.

C'est dommage car la première partie du roman est interessante, avec de belles images et des réflexions intéressantes :
"le vent dévide les nuages qui jaillissent des cheminées de l'usine Blue Circle telle une ribambelle de foulards sortant de la poche d'un magicien" (p34)
"la religion, c'est du paracétamol spirituel" (p53)
"Et si le ciel ça existait, mais que à certains moment ? Comme un verre d'eau un jour où il fait très chaud et que tu meurs de soif; ou bien quand quelqu'un te fait une gentillesse sans raison particulière, ou..." (p54)
"le contour de la lune est si net qu'on pourrait s(y couper les doigts" (p59)
".. un visage bourré de vieux regrets." (p104)
"j'ai en tête l'image d'un flipperez et je me dis qu'être un enfant c'est être catapulté à travers la rampe de lancement : on ne peut aller ni à gauche, ni à droite, on se laisse propulsée. Mais une fois en haut du plateau, quand on a seize, dit-sept, dix-huit ans, il y a d'un coup un millier de chemins possibles : certains sont géniaux et d'autres pas. Les minuscules variations d'angle et de vitesse suffiront à changer radicalement le cours des évènements à venir. Un tout petit peu plus à droite, et bit, en deux ricochets la bille filera directement entre les flippers : dites adieu à vos dix pence. Mais un poil plus à gauche et , là, tout le plateau s'anime, c'est le ballet des bumpers et des cibles tombantes, des rampes et slingshots : à vous la gloire et le high score." (p124)
"le pouvoir agit sur l'ego comme du crack et comme de l'acide sulfurique sur votre âme" (p142)
"on a beau les aimer infiniment, nos enfants nous sont justes prêtés, pour un moment" (p342)
… (plus d'informations)
 
Signalé
folivier | 288 autres critiques | Dec 14, 2018 |
Un roman quasiment impossible à résumer, qui mêle les voix, les styles (épistolaire, journal, policier, anticipation), les époques et les continents, pour mener une réflexion sur les souvenirs enfouis, les résurgences, les coïncidences et la métempsycose. Si le tout est ambitieux et brillamment construit, la complexité narrative perd par moment le lecteur qui aurait souhaité un texte plus ramassé pour un effet plus percutant.
1 voter
Signalé
Steph. | 679 autres critiques | Sep 14, 2016 |
Le livre est plus complet que le film, mais je trouve que le film a su en tirer le meilleur et le mettre en forme d'une façon remarquable.
Le roman est moins agréable à lire, du fait de son découpage. 5 des 6 histoires sont coupées en 2 et on les termine dans le sens inverse d'où on les a commencé. C'est logique de par la conception d 'ensemble, et c'est un bel execrcice de style pour l'auteur, mais pour le lecteur ce n'est pas simple.
 
Signalé
Peyridieu | 679 autres critiques | Mar 22, 2015 |
Un livre très original qui relate les aventures de plusieurs personnages a différentes époques dans le passe et le futur. tous ces personnages sont lies entre eux, ce que l'on découvrira au fil du roman.
La structure du roman est inattendue, le style de l'auteur varie suivant les personnages. Au finaĺ, ce livre est assez impressionnant et à la hauteur de sa réputation.
personnellement, je n'ai pas ressenti d'attachement particulier aux personnages et de véritable intérêt pour l'intrigue. quant aux réflexions sur l'avidité de nos sociétés, sur l'écologie,etc., elles ne m'ont pas semble particulièrement originales. D'où une évaluation modérée.… (plus d'informations)
½
 
Signalé
Bur | 679 autres critiques | Aug 29, 2014 |

Listes

2010s (1)
Asia (1)

Prix et récompenses

Vous aimerez peut-être aussi

Auteurs associés

Statistiques

Œuvres
19
Aussi par
22
Membres
45,980
Popularité
#350
Évaluation
4.0
Critiques
2,026
ISBN
710
Langues
25
Favoris
343

Tableaux et graphiques