AccueilGroupesDiscussionsExplorerTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

House of Leaves (2000)

par Mark Z. Danielewski

Autres auteurs: Voir la section autres auteur(e)s.

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneDiscussions / Mentions
13,345341361 (4.1)2 / 525
Years ago, when House of Leaves was first being passed around, it was nothing more than a badly bundled heap of paper, parts of which would occasionally surface on the Internet. No one could have anticipated the small but devoted following this terrifying story would soon command. Starting with an odd assortment of marginalized youth -- musicians, tattoo artists, programmers, strippers, environmentalists, and adrenaline junkies -- the book eventually made its way into the hands of older generations, who not only found themselves in those strangely arranged pages but also discovered a way back into the lives of their estranged children. Now, for the first time, this astonishing novel is made available in book form, complete with the original colored words, vertical footnotes, and newly added second and third appendices. The story remains unchanged, focusing on a young family that moves into a small home on Ash Tree Lane where they discover something is terribly wrong: their house is bigger on the inside than it is on the outside. Of course, neither Pulitzer Prize-winning photojournalist Will Navidson nor his companion Karen Green was prepared to face the consequences of that impossibility, until the day their two little children wandered off and their voices eerily began to return another story -- of creature darkness, of an ever-growing abyss behind a closet door, and of that unholy growl which soon enough would tear through their walls and consume all their dreams.… (plus d'informations)
  1. 172
    Maison hantée par Shirley Jackson (macart3)
    macart3: Those who read the "House of Leaves" will recognize how the house also consumes people in "The Haunting of Hill House" and the feeling that there is something unearthly inhabiting the house.
  2. 101
    Et Dormir dans l'oubli comme un requin dans l'onde par Steven Hall (Liyanna)
  3. 50
    La maison sur le rivage par Daphne Du Maurier (PandorasRequiem)
  4. 41
    Fictions par Jorge Luis Borges (fundevogel)
  5. 30
    Swim-Two-Birds par Flann O'Brien (Fenoxielo)
    Fenoxielo: At Swim-Two-Birds is the grand-daddy of all meta-fiction and House of Leaves owes a great deal to it.
  6. 30
    L'Arc-en-ciel de la gravité par Thomas Pynchon (AndySandwich)
    AndySandwich: Gravity's Rainbow = paranoia House of Leaves = claustrophobia
  7. 20
    S. par Doug Dorst (PaulBerauer)
  8. 20
    The Red Tree par Caitlín R. Kiernan (ligature)
  9. 20
    Vélum par Hal Duncan (MyriadBooks)
    MyriadBooks: For a sincere ambition to figure out what the hell is going on.
  10. 10
    Marelle par Julio Cortázar (sparemethecensor)
    sparemethecensor: Great experimental works where you get something different from the book depending on the order in which you read its pieces.
  11. 10
    Piranesi par Susanna Clarke (hubies)
    hubies: Piranesi is not scary, but in both books there is this mystifying, unpeopled world of impossible (and perhaps infinite) house-like space. Also: cryptic diary entries, unstable mind, short film as a plot device.
  12. 10
    Dave Made a Maze par Bill Watterson (aethercowboy)
    aethercowboy: Both works deal with a strange and deadly labyrinth that's bigger on the inside.
  13. 10
    Chunnel Surfer II par Scott Maddix (aaronius)
    aaronius: Another experimental narrative that takes you different places than ordinary fiction.
  14. 10
    Guide de survie pour le voyageur du temps amateur par Charles Yu (sduff222)
  15. 21
    Les fourmis par Bernard Werber (guyalice)
    guyalice: The mysterious basement and the unending staircase draw parallelisms.
  16. 00
    House of Stairs par William Sleator (Cecrow)
  17. 00
    Icelander par Dustin Long (sduff222)
  18. 00
    The Way Inn: A Novel par Will Wiles (bluepiano)
    bluepiano: Another book with a protagonist who is deeply unsettled by the seemingly infinite building he is living in.
  19. 00
    You Should Have Left par Daniel Kehlmann (amanda4242)
  20. 12
    Le Troisième policier par Flann O'Brien (owen1218, ateolf)
    owen1218: It seems to have been influenced by this book.

(voir toutes les recommandations de 21)

Romans (45)
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Anglais (327)  Allemand (5)  Néerlandais (3)  Français (3)  Italien (2)  Espagnol (1)  Toutes les langues (341)
3 sur 3
On a donc entre les mains un texte racontant le film, annoté par Zampano qui y a ajouté nombre de citations, sur-annoté par Johnny lui-même, et complété par des annexes dont certaines concernent la personnalité ou le passé de Johnny. Bien entendu, chaque lecture montre progressivement combien le texte de base rend fou celui qui entreprend d'y travailler.

Au début, j'ai eu du mal, puis ensuite on découvre la véritable trame sous-jacente (celle qui est évoquée en 4e de couverture) et on essaie d'aller au devant de cette gageure, en parallèle avec celle qui est progressivement dévoilée, celle de l'intérieur-externe de cette maison cauchemardesque. le problème vient surtout de toutes les annotations et des ruptures dans le récit lorsque le premier auteur reprend la parole.

Ce n'est pas un livre dont on peut se taper un bout de chapitre chaque soir avant le dodo, parce que chaque fois, on est obligé de revenir 10 pages en arrière pour le reprendre. Il est éprouvant, parfois malsain, souvent fascinant, évoque la psychanalyse, surfe sur le spleen romantique avant de plonger dans l'horreur métaphysique : si les errances et les visions hallucinées du narrateur peinent à nous toucher, si les notes du précédent propriétaire du livre semblent énigmatiques, la narration adroite concernant le film de Davidson parvient à distiller quelques moments de pure angoisse, voire d'effroi.

Au final, je suis content d'être allé au bout, d'avoir satisfait une saine curiosité face à l'accroche qui m'avait poussé à acquérir le livre. En même temps, un peu déçu car on a quand même l'impression de ne pas avoir concrétisé tout ce qui était promis. de la frustration donc, mais pas de ressentiment vis-à-vis de l'auteur qui a su nous duper, nous manipuler avec compétence et un brin de vice, procédant par coups, augmentant l'attente en se servant de l'Internet comme les producteurs de Blair Witch ont su le faire pour faire de leur film l'un des plus rentables de tous les temps. La Maison des feuilles est un roman remarquable, pratiquement abouti et particulièrement séduisant, qui parvient à transformer l'acte de lecture en expérience multi-dimensionnelle. Sur le plan de l'épouvante, il est intéressant mais manque de substance, délayant la peur viscérale (atavique) qui hante les profondeurs de cette maison à la géométrie non-euclidienne chère à Lovecraft par des atermoiements et des digressions intellectuelles parfois trop lourdes à digérer. On pourrait se contenter de ne lire que le Navidson Record, ce qui ferait du livre un roman à géométrie variable, mais ôterait tant de matière littéraire ! ( )
  Arpenteur | Mar 13, 2022 |
Trop long, vraiment trop long. L'idée est excellente, déroutante par la mise en page, mais que c'est long ... ( )
  MatthieuQ | Feb 2, 2014 |
J'ai vraiment aimé ce livre. Dans toute son étrangeté et le clash de ses trois réalités. Au début, on a une thèse académique sur un film, avec en notes de bas de page la vie et les mœurs dissolues de celui qui a rassemblé les notes formant la thèse. Au bout d'un moment, on réalise que les divers compartiments sont loin d'être cloisonnés et que les couches séparées se mélangent allègrement sans qu'on ne puisse plus très bien distinguer qui a écrit, au final, tous ces textes : Truant ? Zampano ? Pelafina ? Surtout quand on commence à découvrir des codes secrets disséminés en nombre et qui ajoutent des informations...

Une énigme dans un mystère, le tout fascinant et dont même la mise en page participe à l'histoire et la narration. Wow. Un livre que je relirai un jour.
================================================
En parlant de quintuple salto, c'est le sentiment qui vient à la lecture de la Maison des Feuilles (difficile à trouver en VF et perd énormément à la traduction).
La encore, d'énormes contraintes.
L'histoire, tout d'abord : Jhonny Truant est un jeune adulte qui est apprenti dans un studio de tatouage. Il mène aussi une vie assez dissolue : alcool, filles, drogues douces avec un de ses potes. Lui et son pote, un jour, pénètrent dans l'appartement d'un vieux qui vient de décéder, Zampano. Le vieux était bizarre, et c'est la curiosité qui les anime. Chez Zampano, un coffre plein de notes, bouts de textes, etc. Jhonny décide de le prendre.
Ces notes, après beaucoup de travail, il les as remises dans l'ordre. Il s'agit d'un livre, une exégèse, une étude académique d'un film intitulé "The Navidson Record". Ainsi, on se retrouve avec un livre dans le livre. Le récit de Truant est dans les notes de bas de page de The Navidson Record. Le film est un documentaire qui conte l'histoire de son réalisateur. Ce dernier, célèbre, a acheté une maison, dans laquelle il découvre une porte qui mène à un ensemble de couloirs labyrinthiques qui ne devrait pas exister, qui ne peut pas exister. Les explorations de cet ensemble vont mener la vie de Navidson à la ruine. Zampano semble avoir une connaissance encyclopédique de tout ce qui a été écrit au sujet de ce film et son étude est extrêmement détaillée.
Seul souci : Truant n'arrive pas à trouver de preuves de l'existence de ce film. Ou de ce M. Navidson...
Le livre est génial jusque dans sa mise en page, complètement délirante mais fort à propos. Il existe un chapitre que les fans du livre appellent "le labyrinthe". Il s'agit d'un véritable labyrinthe de notes de bas de page, avec des impasses, etc. Le texte peut être placé n'importe comment sur la page, mais toujours en lien avec le récit. C'est très malin.
Quant à l'histoire, elle est intrigante, parce que le texte de Zampano commence à influer (en mal) sur la vie de Truant. De plus, des codes secrets sont cachés tout au long du livre. Certains sont explicites (du morse, du braille), d'autres non. Les découvrir est un jeu amusant, mais donne en plus des clefs pour comprendre le récit, où rien ne sera expliqué ou tout à fait clair à la fin...
The Whalestoe Letters est un ouvrage compagnon reprenant les lettres de la mère de Truant à son fils (qui sont en annexes dans la Maison des Feuilles) en en rajoutant une dizaine.
Si vous lisez ce livre, sachez qu'en anglais il existe une version "couleurs" (la VF est la traduction de l'édition dite "bleue"). Les couleurs, c'est juste quelques bouts de textes écrits en rouge, bleu ou violet. Mais les couleurs sont loin d'être dénuées de signification est sont elles aussi une clef.
J'ai commencé l'autre roman de cet auteur, Only Revolutions, qui a été traduit chez Denoël. J'ai la VO, mais quand un pote en doctorat d'anglais me dit "j'en ai chié pour le lire", je suis un peu inquiet. Et, à la lecture, il a raison : c'est super dur.
De nouveau, une mise en page démente mais pas idiote, des contraintes complexes et du mystère... Dommage que The Fifty Year Sword soit introuvable (tirage très limité). ( )
1 voter greuh | Dec 2, 2010 |
3 sur 3
House of leaves by Mark Z. Danielewski runs to 710 pages: 13 pages of introduction, 535 of text, followed by three appendices and a 42-page, triple-column index.
ajouté par KayCliff | modifierThe Indexer, Hazel K Bell (Aug 4, 2009)
 
... let me say right off that his book is funny, moving, sexy, beautifully told, an elaborate engagement with the shape and meaning of narrative. For all its modernist maneuvers, postmodernist airs and post-postmodernist critical parodies, ''House of Leaves'' is, when you get down to it, an adventure story: a man starts traveling inside a house that keeps getting larger from within, even as its outside dimensions remain the same. He is entering deep space through the closet door.
 

» Ajouter d'autres auteur(e)s (22 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Danielewski, Mark Z.auteur(e) principal(e)toutes les éditionsconfirmé
Fuentecilla, EricConcepteur de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Santen, Karina vanTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Schuenke, ChristaTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Vosmaer, MartineTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé

Est en version abrégée dans

A inspiré

Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Lieux importants
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Évènements importants
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Films connexes
Prix et distinctions
Épigraphe
Dédicace
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
This is not for you.
Premiers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
I still get nightmares. In fact I get them so often I should be used to them by now. I'm not. No one ever really gets used to nightmares.
Citations
On oubliait facilement l'IA quantique au cœur de notre vaisseau. Elle restait discrètement fondue dans le décor, nous nourrissant, nous transportant, imprégnant notre existence comme un dieu discret, mais tout comme Dieu, elle ne prenait jamais nos appels.
Les animaux vivant en meute mettent toujours en pièces les plus faibles d'entre eux. Tous les enfants le savent d'instinct.
Il est beaucoup plus facile de vivre en se sachant vandale que meurtrier.
Derniers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
(Cliquez pour voir. Attention : peut vendre la mèche.)
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Informations provenant du Partage des connaissances allemand. Modifiez pour passer à votre langue.
Courtes éloges de critiques
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Langue d'origine
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais

Aucun

Years ago, when House of Leaves was first being passed around, it was nothing more than a badly bundled heap of paper, parts of which would occasionally surface on the Internet. No one could have anticipated the small but devoted following this terrifying story would soon command. Starting with an odd assortment of marginalized youth -- musicians, tattoo artists, programmers, strippers, environmentalists, and adrenaline junkies -- the book eventually made its way into the hands of older generations, who not only found themselves in those strangely arranged pages but also discovered a way back into the lives of their estranged children. Now, for the first time, this astonishing novel is made available in book form, complete with the original colored words, vertical footnotes, and newly added second and third appendices. The story remains unchanged, focusing on a young family that moves into a small home on Ash Tree Lane where they discover something is terribly wrong: their house is bigger on the inside than it is on the outside. Of course, neither Pulitzer Prize-winning photojournalist Will Navidson nor his companion Karen Green was prepared to face the consequences of that impossibility, until the day their two little children wandered off and their voices eerily began to return another story -- of creature darkness, of an ever-growing abyss behind a closet door, and of that unholy growl which soon enough would tear through their walls and consume all their dreams.

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (4.1)
0.5 10
1 62
1.5 13
2 155
2.5 35
3 345
3.5 124
4 844
4.5 148
5 1259

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 174,114,781 livres! | Barre supérieure: Toujours visible