AccueilGroupesDiscussionsPlusTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

Shining (1977)

par Stephen King

Autres auteurs: Voir la section autres auteur(e)s.

Séries: The Shining (1)

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneDiscussions / Mentions
19,299401170 (4.12)2 / 890
Situ dans les montagnes Rocheuses, l'Overlook Palace passe pour tre l'un des plus beaux lieux du monde. Confort, luxe, volupt ...L'hiver, l'h tel est ferm .Coup du monde par le froid et la neige. Alors, seul l'habite un gardien.Celui qui a t engag cet hiver-l s'appelle Jack Torrance: c'est un alcoolique, un crivain rat , qui tente d' chapper au d sespoir. Avec lui vivent sa femme, Wendy, et leur enfant, Danny.Danny qui poss de le don de voir, de ressusciter les choses et les tres que l'on croit disparus.Ce qu'il sent, lui, dans les cent dix chambres vides de l'Overlook Palace, c'est la pr sence du d mon. Cauchemar ou r alit , le corps de cette femme assassin e? ces bruits de f te qui d rivent dans les couloirs ? cette vie si trange qui anime l'h tel?Un r cit envo tant immortalis l' cran par Stanley Kubrick.… (plus d'informations)
Récemment ajouté parjessreib, bibliothèque privée, FurGuster, hailey-lorraine, Huskysloth, ArcanumXIII, ValkaryQueen1811, Cphogan87
1970s (14)
Ghosts (15)
Books (20)
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Anglais (384)  Italien (5)  Néerlandais (3)  Français (3)  Espagnol (2)  Danois (2)  Allemand (1)  Portugais (Portugal) (1)  Toutes les langues (401)
3 sur 3
Dans ce huis clos angoissant ou le danger augmente au fur et à mesure, le maître de l’horreur Stephen King monte le suspense et le paranormal à son maximum. L’hôtel Overlook accueille la famille Torrance en quête d’un nouveau départ. Cette famille se compose de Jack, le père, homme cultivé, mais alcoolique, sa femme Wendy et de leur fils Danny qui possède des dons de Médium. Bientôt, l’hôtel va dévoiler un côté obscur qui va se répercuter sur Jack. Son comportement deviendra de plus en plus instable. Les amateurs de paranormaux apprécieront particulièrement cette œuvre. ( )
  jessica6344a18a | Dec 4, 2018 |
Situé dans les montagnes Rocheuses, l'Overlook Palace est tenu pour être l'un des plus beau lieux du monde. Beauté, confort, luxe, volupté... L'hiver, l'hôtel est fermé. Coupé du monde par le froid, la neige, les glaces. Alors seul l'habite un gardien. Celui qui a été engagé cet hiver-là s'appelle Jack Torrance, un alcoolique qui tente d'échapper à l'échec et au désespoir. Avec lui, vivent sa femme, Wendy, qui espère, grâce à cet isolement, reconstruire son foyer menacé, et leur enfant, Danny. Danny, qui possède le don de sentir, de voir, de ressusciter les choses et les êtres, les évènements que l'on croit morts. Ce qu'il voit, lui, dans les cent dix chambres vides de l'hôtel, c'est la présence du démon. Cauchemar ou réalité le corps de cette femme assassinée ? ces bruits de fête qui dérivent dans les couloirs ? cette vie si étrange qui anime l'hôtel ? ( )
  vdb | Sep 24, 2010 |
Je me souviens d'avoir eu une trouille bleue quand je l'avais lu la première fois il y a... pfff, très longtemps maintenant. Je l'ai relu il y a peu, dans une optique différente car influencée par ce que je savais de la vie de King à l'époque de l'écriture de ce livre, c'est à dire période drogue et alcool. Le personnage de Jack Torrance est à ce titre absolument fascinant, et c'est sa descente aux enfers qui est terrifiante (cette fois c'est bon, je n'ai plus peur des fantômes de l'Overlook ^^) ( )
  PandoraBlack | Apr 4, 2008 |
3 sur 3

» Ajouter d'autres auteur(e)s (14 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
King, Stephenauteur(e) principal(e)toutes les éditionsconfirmé
Christensen, HarroTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Dell'Orto, AdrianaTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Isomursu, PenttiTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Scott, CampbellNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Lieux importants
Évènements importants
Films connexes
Prix et distinctions
Épigraphe
C'était aussi dans cette salle que s'élevait... une gigantesque horloge d'ébène. Son pendule se balançait avec un tic-tac sourd, lourd, monotone ; et quand l'aiguille des minutes avait fait le circuit du cadran et que l'heure allait sonner, il s'élevait des poumons d'airain de la machine un son clair, éclatant, profond et excessivement musical, mais d'une note si particulière et d'une énergie telle que, d'heure en heure, les musiciens de l'orchestre étaient contraints d'interrompre un instant leurs accords pour écouter la musique de l'heure ; les valseurs alors cessaient forcément leurs évolutions ; un trouble momentané courait dans toute la joyeuse compagnie ; et, tant que vibrait le carillon, on remarquait que les plus fous devenaient pâles, et que les plus âgés et les plus rassis passaient leurs mains sur leurs fronts, comme dans une méditation ou une rêverie délirante. Mais quand l'écho s'était tout à fait évanoui, une légère hilarité circulait par toute l'assemblée ; les musiciens s'entre-regardaient et souriaient de leurs nerfs et de leur folie, et se juraient tout bas, les uns aux autres, que la prochaine sonnerie ne produirait pas en eux la même émotion ; et puis, après la fuite des soixante minutes... arrivait une nouvelle sonnerie de la fatale horloge, et c'était le même trouble, le même frisson, les mêmes rêveries.
Mais en dépit de tout cela, c'était une joyeuse et magnifique orgie...
E.A. POE, Le Masque de la mort rouge.
Le sommeil de la raison engendre des monstres.
GOYA.
Dédicace
À Joe Hill King, qui rayonne.
Premiers mots
Petit con prétentieux, pensa Jack Torrance.
Citations
Derniers mots
(Cliquez pour voir. Attention : peut vendre la mèche.)
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Courtes éloges de critiques
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Langue d'origine
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais (1)

Situ dans les montagnes Rocheuses, l'Overlook Palace passe pour tre l'un des plus beaux lieux du monde. Confort, luxe, volupt ...L'hiver, l'h tel est ferm .Coup du monde par le froid et la neige. Alors, seul l'habite un gardien.Celui qui a t engag cet hiver-l s'appelle Jack Torrance: c'est un alcoolique, un crivain rat , qui tente d' chapper au d sespoir. Avec lui vivent sa femme, Wendy, et leur enfant, Danny.Danny qui poss de le don de voir, de ressusciter les choses et les tres que l'on croit disparus.Ce qu'il sent, lui, dans les cent dix chambres vides de l'Overlook Palace, c'est la pr sence du d mon. Cauchemar ou r alit , le corps de cette femme assassin e? ces bruits de f te qui d rivent dans les couloirs ? cette vie si trange qui anime l'h tel?Un r cit envo tant immortalis l' cran par Stanley Kubrick.

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (4.12)
0.5 2
1 52
1.5 12
2 182
2.5 45
3 937
3.5 180
4 2155
4.5 210
5 2252

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 162,390,678 livres! | Barre supérieure: Toujours visible