AccueilGroupesDiscussionsExplorerTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

Le chardonneret (2013)

par Donna Tartt

Autres auteurs: Voir la section autres auteur(e)s.

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneDiscussions / Mentions
12,403723411 (3.94)1 / 738
Theo Decker a 13 ans. Il vit les derniers instants de sa vie d'enfant. Survivant miraculeux d'une explosion gigantesque en plein New York, il se retrouve seul dans la ville, orphelin, et se réfugie chez les parents d'un ami pour échapper aux services sociaux. Tout ce qui lui reste de sa mère, c'est une toile de maître minuscule qui va l'entraîner dans les mondes souterrains et mystérieux de l'art.--[Memento]… (plus d'informations)
  1. 203
    Le maître des illusions par Donna Tartt (stricken)
  2. 102
    Monsieur Ripley par Patricia Highsmith (JuliaMaria)
  3. 00
    Fates and Furies par Lauren Groff (pbirch01)
    pbirch01: Both have protagonists that use rare artworks to get what they want and execute their plan over many years
  4. 00
    Sympathy par Olivia Sudjic (niquetteb)
    niquetteb: The detailed writing styles are similar.
  5. 11
    La maison des Hollandais par Ann Patchett (shaunie)
    shaunie: The Dutch House is in some ways a slimmed down, more enjoyable Goldfinch.
  6. 11
    The World to Come par Dara Horn (BookshelfMonstrosity)
    BookshelfMonstrosity: Paintings are at the heart of these hefty novels, both of which combine the antics of a heist novel with ruminations on literature, history, and loss. Memorable characters and rich details add to the enjoyment of both books.
  7. 11
    Did You Ever Have a Family par Bill Clegg (vwinsloe)
    vwinsloe: A book about trauma, guilt and complicated grief. The effect of secrets and drugs on lives and families.
  8. 01
    You Remind Me of Me par Dan Chaon (sipthereader)
    sipthereader: Loss of a young parent; leading a deceptive life
Romans (49)
2010s (203)
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

» Voir aussi les 738 mentions

Anglais (687)  Espagnol (7)  Italien (6)  Néerlandais (6)  Français (6)  Allemand (3)  Suédois (2)  Norvégien (1)  Catalan (1)  Danois (1)  Toutes les langues (720)
Affichage de 1-5 de 6 (suivant | tout afficher)
(Prix Pulitzer 2014). Theo a 13 ans quand il visite une exposition de peinture hollandaise avec sa mère au Metropolitan Museum of Art de New York. Un attentat. Theo se retrouve seul au milieu de cadavres et, dans un état second, emporte un petit tableau, ”Le Chardonneret” de Carel Fabritius (1622-1654). L’histoire d’une enfance brisée, d’une adolescence bouleversée, d’une errance de New York à Amsterdam, en passant par Las Vegas. Un roman long, dense et introspectif qui parle avec une infinie sensibilité de deuil, de traumatisme, de reconstruction et de résilience. Une évocation également des États-Unis, dans ce qu’ils ont de beau et d’effroyable, de pauvreté et de richesse, de solitude et de superficialité. Un livre qui parle enfin de l’importance vitale de l’art et du beau. ( )
  Steph. | Jun 4, 2020 |
> Le Chardonneret, Donna Tartt | Le Mot & la Chose
21 avr. 2014 - New-York, Metropolitan Museum, de nos jours. Une bombe vient d’exploser faisant une centaine de victimes. Parmi les survivants, un adolescent, Theodore Decker, qui se trouvait paradoxalement dans la salle la plus touchée, celle dans laquelle était exposée entre autres Le Chardonneret de Fabritius...

> Comment survivre à ceux qu'on aime ? Donna Tartt effectue un retour magistral avec cet ample roman, où s'entrechoquent le bien et le mal...
La vraisemblance historique, politique n'intéresse pas directement l'écrivaine Donna Tartt, même si elle nourrit sa dernière saga initiatique au coeur de l'Amérique d'aujourd'hui. La passionnent davantage l'enchevêtrement du bien et du mal, les frontières douloureuses entre la culpabilité et la responsabilité, les labyrinthes de la mémoire et les ravages du secret...
Le miracle est que l'auteur prodige du Maître des illusions (1993) - quelque sept cents pages pour un premier roman écrit à 29 ans - puis du Petit Copain, composé dix ans plus tard, parvient à nous faire toucher magistralement dans son troisième ouvrage ce névralgique point-là. Au risque de s'y électrocuter, d'être en tout cas embrasé par une lecture qu'on ne lâchera pas huit cents pages durant. (Fabienne Pascaud - Télérama du 8 janvier 2014)

> Avec la même évidence, elle nous fait passer d'un milieu à l'autre : le New York chic des Barbour, un Las Vegas désertique, le monde des antiquaires, celui des voyous, qui amènera le héros jusqu'à Amsterdam... D'où la richesse du Chardonneret. Comme le tableau de Fabritius, avec son oiseau attaché par une chaîne à son perchoir, ce roman est le portrait d'un prisonnier " digne et vulnérable ". Ballotté par le destin, Theo est captif de son traumatisme et de son secret, cette toile qui l'accompagne partout mais qu'il n'ose déballer, dont il s'inquiète en permanence des conditions de conservation, mais qu'il ne se permet pas de regarder. Il est aussi le prisonnier de ses angoisses, de sa culpabilité et de ce à quoi il carbure - les drogues, les mensonges - pour se rendre l'existence supportable. Mais Le Chardonneret est aussi un beau roman sur l'amitié et sur la solitude. Sur le dégoût de la vie, et sur ce qui donne du prix à celle-ci...
C'est un roman que l'on peut relire, avec un plaisir intact, pour y découvrir de nouvelles beautés. Comme on irait régulièrement se calfeutrer dans la même salle d'un musée. (Raphaëlle Leyris - Le Monde du 9 janvier 2014)

> Roman de la solitude et de l'amitié, des métamorphoses et des faux-semblants, hommage au roman d'apprentissage à la Dickens mais aussi à la noirceur dostoïevskienne, Le Chardonneret est une histoire qui envoûte et s'empare du lecteur avec une force irrésistible. Une réussite qui tient beaucoup à l'écriture, variée, changeante, surprenante et aux personnages, charpentés, consistants, crédibles. Aucun n'est inutile, esquissé. On se perdra dans cet univers furieusement romanesque sans hésitation, avec la certitude d'éprouver un plaisir intense et de longue durée. (Bruno Corty - Le Figaro du 16 janvier 2014)

> En peinture, tout est affaire de lumière - et d'ombres. Ainsi en est-il du troisième roman de Donna Tartt, qui, dans une éblouissante, hallucinante scène inaugurale, précipite son jeune héros de 13 ans au coeur d'un attentat perpétré dans un musée new-yorkais. Funeste déflagration qui laissera Theodore Decker orphelin de mère. Fuyant les lieux dévastés, l'adolescent ahuri subtilisera, dans un geste insensé, un tableau de maître que celle-ci affectionnait...
Vingt ans après le succès du Maître des illusions, Donna Tartt livre un roman passionnant, foisonnant. Dans la torpeur d'une salle de classe par un après-midi automnal ou la clarté sèche et aveuglante du désert du Nevada, la frénésie dévorante des rues new-yorkaises ou l'atmosphère «poussiéreuse et dorée» d'une boutique d'antiquités, l'écriture picturale de l'Américaine donne ici à voir avec justesse le déchirement de «Théo», plaie ouverte dont il ne fera taire la douleur qu'en s'infligeant les brûlures d'expériences extrêmes. (Fabienne Lemahieu - La Croix du 22 janvier 2014)

> Tragique et comique, cruel et tendre, intime et démesuré, Le Chardonneret fait partie de ces rares romans qui obligent à annuler toute obligation sociale. --Thomas Mahler – Le Point

> Une narration étourdissante, qui pousse à tourner les pages sans pouvoir s'arrêter. --Raphaëlle Leyris – Le Monde

« Comment survivre à ceux qu'on aime ? Donna Tartt effectue un retour magistral avec cet ample roman, où s'entrechoquent le bien et le mal. » Fabienne Pascaud – Télérama

Cet ouvrage a reçu le prix Pulitzer
  Joop-le-philosophe | Nov 26, 2018 |
So slow, so terribly slow! Pace this: https://www.barnesandnoble.com/blog/three-things-you-missed-when-you-read-the-go...
Which confirms why I could not really find interest in this book: I do not give a damn about novels being _about_ value. If I want anything _about_ value, I read philosophy. But if I want to grasp the hard side of it all: values _in action_, incarnated in their very non-conclusive motions and contradictions, I might read a novel or go to a movie. "What are things, people, experiences actually worth?" is no question I am expecting any novel to bring me any an to (especially if the narrator's view is in the end that, because you cannot want what you want, nothing has any value - actually a nice conclusion for a philosophical paper of a 18yo French teenager, but hardly anything he would go on holding for rue a few years later). The Goldfinch might be a good novel, but definitely not for me. ( )
  Kliban | Apr 28, 2018 |
Être et avoir été... Donna Tartt à été un phénomène littéraire... à juste titre, c'était il y a bien longtemps... Faire long pour faire long, c'est ça l course au "great american novel"? ( )
  Nikoz | Feb 15, 2016 |
Un héros qui n'est autre qu'un tableau...ou comment l'art peut transfigurer des vies vouées à la déchéance en des itinéraires qui prennent sens.
Ce parcours d'un jeune homme dans les dédales de l'absence est très émouvant : il se perd dans la drogue, dans le mensonge, les non-dits amoureux et la naïveté d'un premier amour ; il parvient cependant à ne pas sombrer et à retrouver son ami, grâce à l'art. L'art : non pas comme une transfiguration de soi mais comme un moyen de donner un peu de sens à ce qui n'est qu'arbitraire, pour ne pas défaillir face au traumatisme de la perte de la mère, de l'explosion, du néant. ( )
  nathaliTeratur | Mar 23, 2015 |
Affichage de 1-5 de 6 (suivant | tout afficher)
Good things are worth waiting for. . . a tour de force that will be among the best books of 2013.
ajouté par 4leschats | modifierBookPage, Megan Fishmann (Nov 1, 2013)
 
It’s my happy duty to tell you that in this case, all doubts and suspicions can be laid aside. “The Goldfinch” is a rarity that comes along perhaps half a dozen times per decade, a smartly written literary novel that connects with the heart as well as the mind. I read it with that mixture of terror and excitement I feel watching a pitcher carry a no-hitter into the late innings. You keep waiting for the wheels to fall off, but in the case of “The Goldfinch,” they never do.
 
Book review in English 2 out of 5
ajouté par zwelbast | modifierNRC (Dutch), Rob van Essen (Sep 23, 2013)
 
Book review in English 5 out of 5 stars
 

» Ajouter d'autres auteur(e)s (14 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Tartt, Donnaauteur(e) principal(e)toutes les éditionsconfirmé
Fabritius, CarelArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Hayes, KeithConcepteur de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Jong, Sjaak deTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Lecq, Paul van derTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Nielsen, Rose-MarieTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Nimwegen, Arjaan vanTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Pittu, DavidNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé

Appartient à la série éditoriale

Fait l'objet d'une adaptation dans

Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Lieux importants
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Évènements importants
Films connexes
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Prix et distinctions
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Épigraphe
Dédicace
Pur maman.
Pour Claude.
Premiers mots
J’étais encore à Amsterdam lorsque j’ai rêvé de ma mère pour la première fois depuis des années.
Citations
Derniers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
(Cliquez pour voir. Attention : peut vendre la mèche.)
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Courtes éloges de critiques
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Langue d'origine
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais (1)

Theo Decker a 13 ans. Il vit les derniers instants de sa vie d'enfant. Survivant miraculeux d'une explosion gigantesque en plein New York, il se retrouve seul dans la ville, orphelin, et se réfugie chez les parents d'un ami pour échapper aux services sociaux. Tout ce qui lui reste de sa mère, c'est une toile de maître minuscule qui va l'entraîner dans les mondes souterrains et mystérieux de l'art.--[Memento]

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (3.94)
0.5 5
1 85
1.5 11
2 212
2.5 51
3 563
3.5 226
4 1215
4.5 232
5 1152

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 171,783,895 livres! | Barre supérieure: Toujours visible