Photo de l'auteur

Aravind Adiga

Auteur de Le tigre blanc

8+ oeuvres 11,898 utilisateurs 519 critiques 5 Favoris

A propos de l'auteur

Crédit image: Mark Pringle

Œuvres de Aravind Adiga

Le tigre blanc (2008) 9,590 exemplaires
Between the Assassinations (2009) 965 exemplaires
Last Man in Tower (2011) 732 exemplaires
Selection Day (2016) 343 exemplaires
Amnesty (2020) 265 exemplaires
Selection Day (2016) 1 exemplaire
Siste mannen i tornet 1 exemplaire

Oeuvres associées

Granta 114: Aliens (2011) — Contributeur — 94 exemplaires

Étiqueté

Partage des connaissances

Date de naissance
1974-10-23
Sexe
male
Nationalité
India
Australia
Lieu de naissance
Chennai, India
Lieux de résidence
Mumbai, India
Madras, India
Mangalore, India
Sydney, New South Wales, Australia
Études
Columbia University (Columbia College)
University of Oxford (Magdalen College)
Canara High School
St. Aloysius High School
James Ruse Agricultural High School
Professions
journalist
novelist
Agent
David Godwin Associates, Ltd.
Courte biographie
Aravind Adiga was born in India in 1974 and raised partly in Australia. He attended Columbia and Oxford universities. A former correspondent for Time magazine, he has also been published in the Financial Times. He lives in Mumbai, India.

Membres

Critiques

> Babelio : https://www.babelio.com/livres/Adiga-Le-tigre-blanc/91563
> BAnQ : rel="nofollow" target="_top">https://numerique.banq.qc.ca/rechercheExterne/encoded/TGUgdGlncmUgYmxhbmMgcGFyIE...
> Le Monde (Joigno F., le 30 nov. 2009) : https://www.lemonde.fr/international/article/2009/11/30/l-inde-democratique-derr...
> Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Tigre_blanc

> Poulin Yvon. Aravind Adiga, LE TIGRE BLANC, Trad. de l'anglais par Annick Le Goyat (Buchet/Chastel, Paris, 2008, 320 p. ; 41,95 $)
In: Nuit blanche, (114), printemps 2009, p.18. … ; (en ligne),
URL : https://id.erudit.org/iderudit/19501ac

> Dans un style différent, Aravind Adiga obtiendra le Booker Prize en 2008, pour son premier roman Le tigre blanc.
Les Carnets du Yoga

> Né à Madras en 1974, aujourd'hui installé à Bombay, Aravind Adiga est en effet un sacré trouble-fête, et son Tigre blanc se pare des pires noirceurs pour dépeindre l'envers de ce «miracle économique indien» dont parlent les amateurs de clichés...
C'est le portrait d'un Rastignac oriental que brosse Adiga dans ce conte sulfureux qui fustige les archaïsmes religieux et la corruption affairiste d'un pays «où l'on gagne à jouer sur les deux tableaux, car l'entrepreneur indien doit être à la fois loyal et véreux, sincère et sournois».
—(André Clavel - L'Express du 12 novembre 2008)

> Aravind Adiga livre un premier roman brillant et incisif qui met au jour les dysfonctionnements de la «plus grande démocratie du monde». Cinquième auteur indien à recevoir le Booker Prize, ce journaliste de 34 ans qui a étudié à Columbia et à Oxford s'inscrit dans la lignée de Naipaul, Salman Rushdie, Arundhati Roy et Kiran Desai. Prometteur
—(Émilie Musset - Le Point du 18 décembre 2008 )

> Loué, vraiment, soit ce petit chef-d'œuvre...
Philippe Trétiack - Elle

> LE TIGRE BLANC, de Aravind Adiga. — [...] Aravind Adiga obtiendra le Booker Prize en 2008, pour son premier roman Le tigre blanc.
Né à Madras en 1974, il grandit à Mangalore. En 1991, sa famille s’installe à Sydney où il intègre le lycée agricole. Il étudiera ensuite la littérature anglaise à Oxford.
Il débute sa carrière professionnelle comme journaliste financier avant de se consacrer à l’écriture. Il réside et travaille aujourd’hui à Mumbai. Le tigre blanc, c’est Balram Halwai, remarqué par ses professeurs pour son intelligence. Contraint d’interrompre ses études pour travailler dans le tea shop du village, il rêve de quitter les rives noirâtres d’un Gange qui charrie les désespoirs de centaines de générations. Embauché à Delhi comme chauffeur, il est ébloui par la brillante façade de la « Shining India » et prêt à tout pour quitter à jamais les ténèbres de son Bihar natal corrompu et violent. Roman moderne obsédant, sombre, amoral et irrévérencieux, dressant un tableau saisissant des deux Indes, la brillante et la corrompue, Le tigre blanc est la confession d’un ventre creux qui a réussi l’impensable, mais à quel prix… Éditions Le Livre de Poche. (Isabelle MORIN-LARBEY et Shamms TCHAO)
Les Carnets du Yoga, (385), Mars 2020… (plus d'informations)
 
Signalé
Joop-le-philosophe | 422 autres critiques | Nov 25, 2018 |
Ce témoignage/portrait d'un déclassé/surclassé indien en proie à la violence sociale et la misère affective (et en même temps coupable) est une très grande réussite. Assurément un grand auteur contemporain.
½
 
Signalé
Nikoz | 422 autres critiques | Oct 6, 2016 |
Un très belle intrigue, un très beau lot de personnage, un écriture limpide... Et bien ça fait un excellent roman
 
Signalé
Nikoz | 29 autres critiques | Mar 18, 2016 |
Comme Rorehinton Mistry et Vikas Swarup, voire Vikram Chandra, Aravind Adiga utilise ironie et humour noir pour dénoncer l'extrême violence et la corruption institutionnalisée de l'Inde.
Un livre politique aussi : en s'adressant au 1er ministre chinois, il pose la question, que vaut-il mieux pour tirer un pays de cette corruption et cette pauvreté : une parodie de démocratie ou des égouts et de l'eau au robinet ? Il y répond partiellement, en supputant que, pas plus que les campagnes indiennes, les campagnes chinoises en soient dotées.
Un livre attachant.
… (plus d'informations)
½
 
Signalé
domguyane | 422 autres critiques | Jul 8, 2012 |

Listes

Prix et récompenses

Vous aimerez peut-être aussi

Auteurs associés

John Lee Narrator
Santiago del Rey Translator
Ingo Herzke Übersetzer

Statistiques

Œuvres
8
Aussi par
1
Membres
11,898
Popularité
#1,975
Évaluation
½ 3.7
Critiques
519
ISBN
223
Langues
20
Favoris
5

Tableaux et graphiques