AccueilGroupesDiscussionsPlusTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

Je suis une légende (1954)

par Richard Matheson

Autres auteurs: Voir la section autres auteur(e)s.

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneMentions
4,2181642,121 (3.97)460
An acclaimed SF novel about vampires. The last man on earth is not alone . . . Robert Neville is the last living man on Earth . . . but he is not alone. Every other man, woman and child on the planet has become a vampire, and they are hungry for Neville's blood. By day he is the hunter, stalking the undead through the ruins of civilisation. By night, he barricades himself in his home and prays for the dawn. How long can one man survive like this?… (plus d'informations)
  1. 172
    La Route par Cormac McCarthy (Rynooo, PDcastello)
    PDcastello: Same type of small and silent epic
  2. 103
    La Guerre des mondes par H. G. Wells (Patangel)
  3. 30
    Seul sur Mars par Andy Weir (johnny_merc)
    johnny_merc: Totally different genre; but another interesting take on the man alone genre. Also interesting that the main protagonist resorts to science to resolve issues.
  4. 53
    La lignée par Guillermo del Toro (Joles)
    Joles: The authors treat vampires in a similar light. The Strain could very well be what leads up to Matheson's I Am Legend.
  5. 21
    La Constellation du Chien par Peter Heller (47degreesnorth)
    47degreesnorth: Excellent post-apocalyptic story set in Colorado. Well developed story and characters.
  6. 00
    La nuit a dévoré le monde par Pit Agarmen (yokai)
  7. 22
    H5N1 Code Name: GREED par Jacqueline Druga (cmwilson101, cmwilson101)
    cmwilson101: Both of these books are about sole survivors who make it their aim in life to kill the monsters that have taken over the world; in I am Legend, the monsters are vampires, and in H5N1, the monsters are somewhat-rational zombies.
    cmwilson101: Both of these books are about sole survivors who make it their aim in life to kill the monsters that have taken over the world; in I am Legend, the monsters are vampires, and in H5N1, the monsters are somewhat-rational zombies.
  8. 00
    An Awkward Age par Anna Starobinets (lobotomy42)
    lobotomy42: Similar style of short story, often with a gruesome twist.
  9. 01
    Le Dernier Monde par Céline Minard (Cypress)
  10. 02
    That Which Should Not Be par Brett J. Talley (Joles)
1950s (98)
Kayla (2)
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Actuellement, il n'y a pas de discussions au sujet de ce livre.

» Voir aussi les 460 mentions

Anglais (144)  Français (9)  Italien (5)  Espagnol (4)  Allemand (1)  Néerlandais (1)  Toutes les langues (164)
Affichage de 1-5 de 9 (suivant | tout afficher)
Petit roman que j'ai commencé et terminé dans la même journée parce qu'il est vraiment prenant, le suspense est bien mené, jusqu'à la fin imprévisible. J'ai aussi aimé le fait que ce qui fait la monstruosité, c'est le fait d'être en minorité. Mais... Mais voilà, il manque quelque chose. Peut-être un peu plus de précisions sur "la guerre" ? Ou sur la façon dont "les autres" survivent ? ( )
  Louve_de_mer | May 2, 2013 |
Il a fallu de nombreuses péripéties avant que je ne me décide à ouvrir ce livre. Tout commence avec un film que j’ai vu sans savoir qu’il était tiré d’un livre et que je n’ai pas aimé, voyant toutes les questions qu’il soulevait et ignorait. Puis j’ai vu le livre et la couverture intrigante de l’édition folio, cette statue qu’on devine d’une beauté parfaite, aujourd’hui défigurée et rongée par le lichen. Mais décidément la déception du film était trop forte et je craignais de répéter l’erreur de La route, où j’ai trouvé le film pas mal puis le livre beaucoup moins bien que son adaptation. Il m’a fallu lire une critique positive il y a quelques semaines pour me décider et pour finalement acheter ce livre avant que les couvertures pré-Will Smith ne disparaissent des librairies (je ne sais trop pourquoi mais je déteste les couvertures reprenant les affiches de film. Je n’ai toujours pas lu Minority report à cause de cela et il n’y a qu’une exception à la règle, c’est Le Hussard sur le toit, pour une raison que je ne m’explique pas).

Le sujet est passionnant. Que faire lorsque l’on est le dernier homme, que l’on sait que l’espèce s’éteindra avec soi, que disparaîtront notre histoire et notre culture ? Qu’a ressenti Néandertal quand il a réalisé que Cro-Magnon le supplanterait à jamais (je m’excuse pour ce raccourci qui ne respecte pas les théories actuelles, mais l’image est là) ? Et pourquoi notre vision écologiste est-elle de vouloir préserver notre milieu pour que l’homme continue à exister ? Nous avons, semble-t-il, dépassé notre demi-vie et la terre sera peut-être mieux sans nous une fois que nous nous serons auto-détruit. Voilà les gaies pensées qui m’animaient quand j’ai ouvert ce livre, voilà ce que je voulais lire.
Et le livre est bien dans cette veine, il pose toutes ces questions, à travers la vie d’un homme, Robert Neville, américain moyen à qui il échoit le triste privilège d’être le seul survivant d’une épidémie qui a transformé les hommes en vampires. Là où les vampires ont vécu pendant des siècles à la marge de la société humaine, les rapports s’inversent et Robert Neville est aujourd’hui seul contre tous les autres. Pourquoi lutter quand l’espoir n’est plus là, que signifie survivre quand il n’y aura plus jamais rien d’autre. Robert Neville n’est le dernier que par pur hasard, mais il s’accroche à cette vie sans lendemain, sans véritablement comprendre lui-même pourquoi.
Dans un récit très bien construit, constitué de quatre épisodes étalés sur trois années et mêlant à bon escient présent et retour sur le passé, Matheson livre par petites touches le portrait d’un homme seul qui s’installe peu à peu « dans un monde où l’horreur constituait la norme » (p. 146).

Ce qui suit peut dévoiler directement ou indirectement certains aspects de l’intrigue. Les lecteurs voulant garder entière la découverte peuvent décider de ne pas aller plus loin...
Quatre épisodes comme quatre étapes : refus de la réalité, puis résignation, suivie d’un sursaut et d’un effort désespéré pour agir et sauver le monde et enfin, comment dire, réalisation, acceptation ? Toutes les questions sont là et remettent l’homme à sa place dans une histoire qui n’est plus anthropocentrique.
Tout est là, toutes les questions, et quelques éléments de réponse distillés ça et là par Matheson. Les questions sont ouvertes, les réponses sont tout au plus suggérées. Un livre qui vaut la peine d’être lu, mais auquel il manque ce petit quelque chose pour vraiment en faire un bon livre. Peut-être suis-je trop dure dans mon jugement, ayant placé la barre trop haut après avoir lu de nombreuses critiques outrageusement positives ces derniers temps. Je me suis souvenue des vampires de l’adaptation cinématographique, ce qui a rendu les scènes de nuit bien plus terrifiantes ; j’ai réussi après quelques efforts à oublier Will Smith pour laisser à Robert Neville toute sa place ; je n’ai pas même été dérangée par les invraisemblances de l’histoire (comme la facilité d’approvisionnement dans les réfrigérateurs des morts, les déductions scientifiques basées sur quelques lectures scientifiques hâtives…) qui font de ce livre non pas une histoire mais une parabole invitant le lecteur à suivre les pistes de réflexions ouvertes plutôt que les détails pratiques de l’intrigue. Pourtant, malgré tout cela, je suis restée sur ma faim. Peut-être parce que, malgré toute la crédibilité du personnage et un darwinisme qui se retourne contre l’espèce qui a inventé ce mot, ni Matheson ni aucun autre ne sait (pour l’instant) ce que fera celui qui, un jour, sera une légende.
  raton-liseur | May 5, 2012 |
Robert Neville est un homme ordinaire vivant une vie ordinaire dans une ville ordinaire. Tout bascule pour lui le jour où l'humanité se fait exterminer par un virus, virus transformant les uns en vampires et les autres en morts-vivants. Tout le monde, sauf Neville. Celui-ci est isolé dans son monde défunt, apprenant à survivre et essayant de contrôler son environnement en expédiant un maximum de vampires et de morts-vivants dans un monde qui ne soit pas le sien. Nuits après nuits, cependant, la situation empire. Dans ce roman de science-fiction, Richard Matheson décrit un monde post-apocalypse qui plonge dans les tréfonds de l'abîme. Neville devient étranger à ce nouveau monde, au point que c'est lui qui est considéré comme un monstre. Vif renversement de perspective ! Matheson ne décrit rien qui puisse penser que ce monde va se reconstruire avec les humains, bien au contraire. A l'opposé du roman de George Stewart "La terre demeure", celui de Matheson est d'une noirceur terrible. L'adaptation cinéma qui en a été faite avec Will Smith ne rend en rien la noirceur du roman.

De lecture facile, ce court roman ne cesse de poser la question au lecteur : finalement, qui est le monstre ? ( )
  Veilleur_de_nuit | May 27, 2011 |
Affichage de 1-5 de 9 (suivant | tout afficher)
Matheson maakt op een briljant-ingenieuze wijze gebruik van de Vampiermythe voor Essef doeleinden
ajouté par karnoefel | modifierNBD / Biblion
 
Glavni junak romana, Robert Nevil, poslednji je čovek u svetu zaraženom vampirizmom. Zabarikadiran u svom domu, on svake noći vodi bitku da preživi do svitanja, pri čemu mu neprijatelji nisu samo krvožedni stvorovi napolju, nego i sopstveni nagoni, ludilo koje vreba i uspomene na lepšu prošlost. Sudbinu Roberta Nevila na kraju zapečatiće jedna žena čija će ga izdaja suočiti sa istinom da se shvatanje normalnosti preokrenulo i da je sada sam na njenoj drugoj strani. Na onoj strani na kojoj se stupa u legendu.

Prvenstvena tema Metisonovog dela je „opasna različitost”. Njegovi vampiri su sivi i istovetni, simbol vladavine populizma, dok je Nevil večiti pojedinac u borbi protiv neprijateljskih sila prirode i društva.
ajouté par Sensei-CRS | modifierknjigainfo.com
 

» Ajouter d'autres auteur(e)s (51 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Matheson, RichardAuteurauteur(e) principal(e)toutes les éditionsconfirmé
Hasted, MichaelArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Hill, JoeIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
McKean, DaveIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Sleight, GrahamIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Stewart, JohnIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Straßl, LoreTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Thiesen, JimArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Lieux importants
Évènements importants
Films connexes
Prix et distinctions
Épigraphe
Dédicace
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
To Henry Kuttner with my grateful thanks for his help and encouragement on this book.
Premiers mots
Par temps couvert, Robert Neville se laissait parfois surprendre par la tombée de la nuit ; ils se répandaient alors dans les rues avant qu'il fût rentré.
Citations
Derniers mots
Notice de désambigüisation
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
This work just contains the short novel "I Am Legend". Please do not combine other works entitled "I Am Legend" which contain the short novel and short stories with it.
Directeur(-trice)(s) de publication
Courtes éloges de critiques
Langue d'origine
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais

Aucun

An acclaimed SF novel about vampires. The last man on earth is not alone . . . Robert Neville is the last living man on Earth . . . but he is not alone. Every other man, woman and child on the planet has become a vampire, and they are hungry for Neville's blood. By day he is the hunter, stalking the undead through the ruins of civilisation. By night, he barricades himself in his home and prays for the dawn. How long can one man survive like this?

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Chaque jour, il doit organiser son existence solitaire dans une cité à l'abandon, vidée de ses habitants par une étrange épidémie. Un virus incurable qui contraint les hommes à se nourrir de sang et les oblige à fuir les rayons du soleil... Chaque nuit, les vampires le traquent jusqu'aux portes de sa demeure, frêle refuge contre une horde aux visages familiers de ses anciens voisins ou de sa propre femme.
Chaque nuit est un cauchemar pour le dernier homme, l'ultime survivant d'une espèce désormais légendaire.
Résumé sous forme de haïku

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (3.97)
0.5
1 9
1.5 5
2 46
2.5 18
3 251
3.5 110
4 562
4.5 81
5 384

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 162,482,941 livres! | Barre supérieure: Toujours visible