AccueilGroupesDiscussionsPlusTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Angel (New York Review Books Classics) par…
Chargement...

Angel (New York Review Books Classics) (original 1957; édition 2012)

par Elizabeth Taylor (Auteur), Hilary Mantel (Introduction)

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneDiscussions / Mentions
7412822,387 (3.97)1 / 161
Writing stories that are extravagant and fanciful, fifteen-year old Angel retreats to a world of romance, escaping the drabness of provincial life. She knows she is different, that she is destined to become a feted authoress, owner of great riches and of Paradise House . . . After reading The Lady Irania, publishers Brace and Gilchrist are certain the novel will be a success, in spite of - and perhaps because of - its overblown style. But they are curious as to who could have written such a book: 'Some old lady, romanticising behind lace-curtains' . . . 'Angelica Deverell is too good a name to be true . . . she might be an old man. It would be an amusing variation. You are expecting to meet Mary Anne Evans and in Walks George Eliot twirling his moustache.' So nothing can prepare them for the pale young woman who sits before them, with not a seed of irony or a grain of humour in her soul.… (plus d'informations)
Membre:Jen_Willis
Titre:Angel (New York Review Books Classics)
Auteurs:Elizabeth Taylor (Auteur)
Autres auteurs:Hilary Mantel (Introduction)
Info:NYRB Classics (2012), Edition: Reprint, 272 pages
Collections:Votre bibliothèque
Évaluation:
Mots-clés:Aucun

Détails de l'œuvre

Angel par Elizabeth Taylor (1957)

Récemment ajouté parWXC89, WXC789, wxc777, TCAPLIB
Bibliothèques historiquesBarbara Pym, Ernest Hemingway
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Elisabeth Taylor dresse le portrait d'Angel, un personnage qui dédie sa vie entière à l'écriture, de l'adolescence jusqu'à sa mort.
Difficile de porter plus mal son nom : Angel est une héroïne froide, mégalomane et entièrement absorbée par elle-même, même si elle jette un jour son dévolu sur un beau jeune homme, peintre raté et fantasque, incapable de s'attacher à qui que ce soit. Celle qui lui sera dévouée jusqu'à la mort, c'est la soeur de ce jeune homme, qui décide de devenir sa dame de compagnie, sa servante, sa comptable et son souffre-douleur.
Très jeune, Angel trouve le succès en écrivant des livres baroques, anachroniques, peuplés de têtes couronnées et d'aventures improbables. Avant de tomber peu à peu dans la pauvreté (ses fariboles trouvant de moins en moins leur public), elle devient très riche, ce qui l'aide à épouser l'homme qu'elle convoite.
L'écriture du roman est à l'image de son personnage : froide et acérée. Elisabeth Taylor trempe sa plume dans une encre ironique. So british...
Heureusement, elle écrit bien car elle a créé dans ce roman un personnage tellement insupportable qu'il est difficile d'y habiter. Le pauvre lecteur finit assez rapidement par suffoquer et souhaiter trouver meilleure compagnie ailleurs.
Une curiosité.

Extraits :
"Until now she had thought of love with bleak distaste. She wanted to dominate the world, not one person".
(A propos de Lord Norley) : "He was always kind to human beings, in the manner of a man who does not like dogs but would not countenance any cruelty to one. He gave them his time and some of his attention. Restless shadows, they moved before him. He handed them prizes, counted their votes, raised his hat to them in the street, dined with them, attended their funerals".
(A propos du jeune peintre raté) : "His life had been hindered by his beauty and the adventures it had permitted him. THe adventures had all been expensive of money and of fortitude, and were beginning to be expensive of the beauty itself". ( )
  biche1968 | Feb 24, 2021 |
aucune critique | ajouter une critique

» Ajouter d'autres auteur(e)s (7 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Taylor, Elizabethauteur(e) principal(e)toutes les éditionsconfirmé
Bailey, PaulIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Boldini, GiovanniArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Mantel, HilaryIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé

Appartient à la série éditoriale

Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Lieux importants
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Évènements importants
Films connexes
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Angel ( [2007]IMDb)
Prix et distinctions
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Épigraphe
Dédicace
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
To Patience Ross
Premiers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
"'into the vast vacuity of the empyrean,'" Miss Dawson read.
"You ought to get married, Miss Sylvia," said old Jeffcott, the head gardener, with a wag of his hoary beard. (Introduction)
Citations
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Gilbright and Brace had been divided, as their readers' reports had been. Willie Brace had worn his guts thin with laughing, he said. The Lady Irania was his favourite party-piece and he mocked at his partner's defence of it in his own version of Angel's language.

"Kindly raise your coruscating beard from those iridescent pages of shimmering tosh and permit your mordant thoughts to dwell for one mordant moment on us perishing in the coruscating workhouse, which is where we shall without a doubt find ourselves, among the so-called denizens of deep-fraught penury. Ask yourself - nay, go so far as to enquire of yourself - how do we stand by such brilliant balderdash and live, nay, not only live, but exist too..."

"You overdo those 'nays'," said Theo Gilbright. "She does not."

"There's a 'nay' on every page. M'wife counted them."
Even if she had felt a need to renew contact with life, a funeral was a strange way of doing so: and she felt no such need: at sixteen, experience was an unnecessary and usually baffling obstacle to her imagination.
Derniers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
(Cliquez pour voir. Attention : peut vendre la mèche.)
(Cliquez pour voir. Attention : peut vendre la mèche.)
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Courtes éloges de critiques
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Langue d'origine
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
DDC/MDS canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais

Aucun

Writing stories that are extravagant and fanciful, fifteen-year old Angel retreats to a world of romance, escaping the drabness of provincial life. She knows she is different, that she is destined to become a feted authoress, owner of great riches and of Paradise House . . . After reading The Lady Irania, publishers Brace and Gilchrist are certain the novel will be a success, in spite of - and perhaps because of - its overblown style. But they are curious as to who could have written such a book: 'Some old lady, romanticising behind lace-curtains' . . . 'Angelica Deverell is too good a name to be true . . . she might be an old man. It would be an amusing variation. You are expecting to meet Mary Anne Evans and in Walks George Eliot twirling his moustache.' So nothing can prepare them for the pale young woman who sits before them, with not a seed of irony or a grain of humour in her soul.

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Vos raccourcis

Couvertures populaires

Évaluation

Moyenne: (3.97)
0.5 1
1
1.5
2 2
2.5 3
3 25
3.5 17
4 78
4.5 16
5 32

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 157,709,131 livres! | Barre supérieure: Toujours visible