AccueilGroupesDiscussionsExplorerTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

Le club des policiers yiddish (2007)

par Michael Chabon

Autres auteurs: Voir la section autres auteur(e)s.

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneMentions
9,809409623 (3.8)612
In a world in which Alaska, rather than Israel, has become the homeland for the Jews following World War II, Detective Meyer Landsman and his half-Tlingit partner Berko investigate the death of a heroin-addled chess prodigy.
Récemment ajouté parTrowelling_Badger, JoeB1934, bibliothèque privée, MarinaAntic, simunovic, TELibrarian, Anthony4182, klh1, BarbKBooks
  1. 151
    Les extraordinaires aventures de Kavalier & Clay par Michael Chabon (Pagemistress)
  2. 102
    The city & the city par China Miéville (grizzly.anderson, kaipakartik)
    grizzly.anderson: Both are police procedural mysteries set in slightly alternate worlds.
    kaipakartik: Both are detective tales in alternate settings
  3. 51
    Le maître du Haut Château par Philip K. Dick (AlanPoulter)
    AlanPoulter: Both are alternate histories set in a USA changed by World War Two.
  4. 41
    Le complot contre l'Amérique par Philip Roth (ljbwell)
    ljbwell: Alternate history based in the US where WWII has had a different outcome.
  5. 20
    Finch par Jeff VanderMeer (kaipakartik)
    kaipakartik: Detective tales set in a fast deteriorating city
  6. 20
    The Last Policeman par Ben H. Winters (EerierIdyllMeme)
    EerierIdyllMeme: Noir mysteries exploring interesting hypothetical settings with ticking timers.
  7. 43
    L'introuvable par Dashiell Hammett (Pagemistress)
  8. 21
    Le cercle de Farthing par Jo Walton (BeckyJP)
  9. 32
    The Long good bye par Raymond Chandler (melmore)
    melmore: Another book with a detective protagonist attempting to come to terms with his life and his relationships.
  10. 00
    Indian Blues par Sherman Alexie (PghDragonMan)
    PghDragonMan: Both deal with ethnic conflict and searching for identity.
  11. 00
    Le ministère des Affaires spéciales par Nathan Englander (hairball)
    hairball: While one is an alternative history and the other is based around historical fact (Argentina's disappeared), they have a similar flavor to them.
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Actuellement, il n'y a pas de discussions au sujet de ce livre.

» Voir aussi les 612 mentions

Anglais (396)  Français (4)  Néerlandais (3)  Espagnol (2)  Italien (2)  Danois (1)  Catalan (1)  Toutes les langues (409)
4 sur 4
On plonge dans ce roman de Michael Chabon comme dans les eaux glacées de l'Alaska. Les premiers moments sont douloureux et l'on ressent d'emblée un profond étourdissement. On est submergé par les dialogues colorés truffés d'expressions yiddish - a tel point que le livre dispose d'un glossaire -. On ne sait pas trop où l'auteur veut en venir puis, aux détours de ses circonlocutions, commence à émerger la trame de l'histoire.
Il s'agit d'une uchronie à 180° dans laquelle les Juifs ne sont pas rassemblés en Israël mais sur les terres accueillantes de l'Alaska ! Nous suivons une enquête sur un homme retrouvé mort dans l'hôtel miteux qu'occupe le personnage principal de l'histoire, Meyer Landsman. Il va vite s'apercevoir que cet homme n'est pas un simple paumé de plus croupissant dans ce lieu malfamé.
Michael Chabon nous ressort le coup du policier alcoolo, fumeur, solitaire et divorcé pourvu d'un sens du devoir sur-développé - une sorte de Bruce Willis dans une journée en enfer à la sauce yiddish -. On peine à suivre une histoire qui a beaucoup de mal à décoller et à trouver son rythme de croisière. Les bavardages incessants et l'abus du jargon n'apportent rien au roman et ratent leur vocation humoristique en agaçant profondément le lecteur que je suis. La concision n'est donc pas le maître mot ici, l'auteur a même tendance à en faire des tonnes et les 500 pages sont dures à avaler. Je suis étonné d'avoir une telle opinion d'un livre qui a été plutôt bien accueilli par la critique en étant, notamment, le lauréat du prix Hugo roman 2008. J'avais ressenti quasiment la même chose avec le lauréat de 2002 American Gods de Neil Gaiman, le prix Hugo n'est donc décidément pas pour moi... http://www.aubonroman.com/2010/09/le-club-des-policiers-yiddish-par.html ( )
  yokai | Sep 16, 2010 |
Ce livre, auréolé de prix de science-fiction, ne fait en fait qu'effleurer le genre et se rattache beaucoup plus au polar. L'histoire, une uchronie, semble se dérouler à la fin du vingtième siècle ou au début du vingt-et-unième dans un état d'Alaska qui a été offert comme terre d'exil aux juifs d'Europe pendant la seconde guerre mondiale. À part cet écart par rapport à notre réalité, plus aucune touche de science-fiction ne viendra poindre dans ce roman. Roman qui s'attache à décrire la vie de la population juive dans cet état d'Alaska au travers de celle de Meyer Landsman, inspecteur enquêtant une mort suspecte survenue dans l'hôtel qui lui sert de demeure. Le rythme est plutôt lent et on se rend vite compte que l'intérêt de ce livre n'est pas tant la résolution d'une enquête policière que la description de la population juive de cet état d'Alaska. Description intéressante, certes, mais pas passionnante. Il est dommage que la partie policière ne soit pas mieux développée, de même que la partie uchronique : il y avait de quoi faire mieux dans ces domaines. ( )
  Patangel | Jun 5, 2010 |
Original ! ( )
  mazel | Sep 24, 2009 |
L'histoire se déroule dans le "nouvel Israël", situé en Alaska.
Nous y rencontrerons une palette de personnages assez déjantés, du doux colosse aux origines indiennes, au fils du rebbe, homosexuel et héroïnomane retrouvé assassiné dans une chambre d'hôtel.
Meyer Landsman, un flic à la dérive, est en charge de l'affaire.

Reprenant et détournant un grand nombre de "standards" du polar (le personnage principal est un dur au grand cœur, avec un léger problème de bouteille, séparé d'une femme qu'il aime encore...une sorte de Bogart en plus sensible), l'auteur nous ballade dans un environnement très original et dépaysant.

A conseiller pour les amateurs de policiers. ( )
  Mr_Inverno | Aug 20, 2009 |
4 sur 4
Chabon is a spectacular writer. He does a witty turn reinventing Yiddish for the modern Alaskan Jews - of course the lingua franca of Jews without an Israel - just a little of which I, with only faintly remembered childhood Yiddish, could grasp. A mobile phone is a shoyfer (perhaps because, like the ram's horn, it calls you), a gun is a sholem (a Yiddish version of a Peacemaker?). Chabon is a language magician, turning everything into something else just for the delight of playing tricks with words. He takes the wry, underbelly vision of the ordinary that the best of noir fiction offers and ratchets it up to the limit. Nothing is allowed to be itself; all people and events are observed as an echo of something else. Voices are like "an onion rolling in a bucket", or rusty forks falling. An approaching motorcycle is "a heavy wrench clanging against a cold cement floor. The flatulence of a burst balloon streaking across the living room and knocking over a lamp." Chabon's ornate prose makes Chandler's fruity observations of the world look quite plain. Nothing is described as just the way it is. Nothing is let be. He writes like a dream and has you laughing out loud, applauding the fun he has with language and the way he takes the task of a writer and runs delighted rings around it.

For the most part, Chabon's writing serves the knotted mystery that is being unravelled, but there is eventually a point where it begins to weary the mind, where the elaborations of things get in the way of the things themselves and the narrative gets sucked under by style. The compulsory paragraph of Byzantine physical description whenever another character arrives on the scene starts to seem an irritating interlude; another over-reaching cadenza. Though it seems churlish to complain about such a vivid talent, a little less would have been enough already.
 
It’s obvious that the creation of this strange, vibrant, unreal world is Chabon’s idea of heaven. He seems happy here, almost giddy, high on the imaginative freedom that has always been the most cherished value in his fiction.
 
Some of the pleasures of The Yiddish Policemen’s Union are, actually, distinctly Dan Brown–ish. Mr. Chabon often ends chapters with cliffhangers that might be tiresome in the hands of a lesser writer (say, Dan Brown). Here, they’re over-the-top suspenseful, savory and delicious.
 
More important, Mr. Chabon has so thoroughly conjured the fictional world of Sitka — its history, culture, geography, its incestuous and byzantine political and sectarian divisions — that the reader comes to take its existence for granted. By the end of the book, we feel we know this chilly piece of northern real estate, where Yiddish is the language of choice, the same way we feel we have come to know Meyer Landsman — this “secular policeman” who has learned to sail “double-hulled against tragedy,” ever wary of “the hairline fissures, the little freaks of torque” that can topple a boat in the shallows.
 
This novel makes you think, but it is an ordeal to read. The problem: Chabon has mixed two very dark story lines that jar the reader. There is the real tragedy of Sitka's wandering Jews, and then there is the faux bleakness of the noir genre with its posturing attitude. The central character comes across as a Jewish Humphrey Bogart wannabe, not a three-dimensional character who can shoulder a 400-plus-page novel about exile, fanatics and longing.
ajouté par MikeBriggs | modifierUSA Today, Deirdre Donahue (Apr 30, 2007)
 

» Ajouter d'autres auteur(e)s (11 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Chabon, Michaelauteur(e) principal(e)toutes les éditionsconfirmé
Carlson-Stanisic, LeahConcepteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Fischer, AndreaTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Riegert, PeterNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Staehle, WillIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Staehle, WillArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Lieux importants
Évènements importants
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Films connexes
Prix et distinctions
Épigraphe
« Et ils allèrent à la mer dans un crible. »
Edward Lear
Dédicace
À Ayelet, bashert
Premiers mots
Neuf mois que Landsman crèche à l'hôtel Zamenhof sans qu'aucun des autres pensionnaires ait réussi à se faire assassiner.
Citations
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
He likes the leash ... Without it, he doesn't sleep.
It has nothing to do with religion ... It has everything to do, God damn it, with fathers.
A Messiah who actually arrives is no good to anybody.
I don't care what is written. I don't care what supposedly got promised to some sandal-wearing idiot whose claim to fame is that he was ready to cut his own son's throat for the sake of a hare-brained idea. I don't care about red heifers and patriarchs and locusts. A bunch of old bone in the sand. My homeland is in my hat. It's in my ex-wife's tote bag.
God damn them all. I always knew they were there. Down there in Washington. Up there ever our heads. Holding the strings. Setting the agenda. Of course I knew that. We all knew that. We all grew up knowing that, right? We are here on sufferance. Houseguests. But they ignored us for so long. Left us to our own devices. It was easy to kid yourself. Make you think you had a little autonomy, in a small way, nothing fancy. I thought I was working for everyone. You know. Serving the public. Upholding the law. But really I was just working for Cashdollar.
Derniers mots
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Courtes éloges de critiques
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Langue d'origine
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais (3)

In a world in which Alaska, rather than Israel, has become the homeland for the Jews following World War II, Detective Meyer Landsman and his half-Tlingit partner Berko investigate the death of a heroin-addled chess prodigy.

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (3.8)
0.5 8
1 56
1.5 10
2 125
2.5 42
3 526
3.5 167
4 966
4.5 161
5 538

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 174,115,041 livres! | Barre supérieure: Toujours visible