AccueilGroupesDiscussionsPlusTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

The city & the city (2009)

par China Miéville

Autres auteurs: Voir la section autres auteur(e)s.

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneDiscussions / Mentions
5,2563241,500 (3.98)1 / 642
When the body of a murdered woman is found in the extraordinary, decaying city of Beszel, somewhere at the edge of Europe, it looks like a routine case for Inspector Tyador Borlu of the Extreme Crime Squad. But as he probes, the evidence begins to point to conspiracies far stranger, and more deadly, than anything he could have imagined. Soon his work puts him and those he cares for in danger. Borlu must travel to the only metropolis on Earth as strange as his own, across a border like no other.… (plus d'informations)
Récemment ajouté parbibliothèque privée, pbeagan, TheGalaxyGirl, afroza.nowshin, scarfa, madar1a, Jimbookbuff1963, SeanBoley, LibraryCake, FuTzu
Bibliothèques historiquesLeslie Scalapino
  1. 160
    Le club des policiers yiddish par Michael Chabon (grizzly.anderson, kaipakartik)
    grizzly.anderson: Both are police procedural mysteries set in slightly alternate worlds.
    kaipakartik: Both are detective tales in alternate settings
  2. 122
    Les Villes invisibles par Italo Calvino (snarkhunt)
    snarkhunt: Calvino's book is a travelogue of impossible societies while China's book is a sweet little noir stuck in the middle of one.
  3. 112
    Neverwhere par Neil Gaiman (ahstrick)
  4. 91
    Anathem par Neal Stephenson (chmod007, sturlington)
    chmod007: Both novels depict coexisting-but-dissociated societies — drastically foreign to the world we live in — but help us reflect on it.
  5. 70
    Finch par Jeff VanderMeer (ShelfMonkey)
  6. 60
    Tlön, Uqbar, Orbis Tertius [short story] par Jorge Luis Borges (bertilak)
  7. 60
    Lombres par China Miéville (heidialice)
    heidialice: May be an obvious recommendation, but these books cover a similar (very original) premise in very different ways. Un Lun Dun is for young teens, smaller in scope and message-heavy; The City & The City for adults, deals with complex themes and offers no easy answers. Both display Mieville's consummate skills and elegant humor.… (plus d'informations)
  8. 61
    Orsinian Tales par Ursula K. Le Guin (ed.pendragon)
    ed.pendragon: Le Guin's Orsinia may have been an inspiration for Mieville's mythical Orciny in The City and the City.
  9. 40
    Hav par Jan Morris (ed.pendragon)
    ed.pendragon: Miéville's The City and the City acknowledges Jan Morris as an influence on his fractured cities novel, and Morris' travel book novel Hav (fictional trips to a fictional state) is the most likely reference.
  10. 20
    L'Ombre du Bourreau l'Intégrale, Tome 1 : par Gene Wolfe (LamontCranston)
    LamontCranston: In many of Wolfes works he writes like Mieville has in the first person of imagined lands, unlike Mieville his characters do not improbably stop to explain to themselves (and thus to the audience) what a term or reference means - the narrative provides enough information for the audience to figure it out themselves.… (plus d'informations)
  11. 20
    L'autre ville par Michal Ajvaz (bunnygirl)
    bunnygirl: Czech novel about an alternate Prague; not mentioned as one of the influences for this novel, but perhaps going on a bit of the same (disputed?) territory
  12. 20
    Manières de faire des mondes par Nelson Goodman (sek_smith, sek_smith)
    sek_smith: Ways of World Making explains the cognitive processes that allow us to unsee and,thus, understand. The City & the City is a practical application of the concept, most rigorous and well weaved. Very entertaining fiction with plenty of meaning
    sek_smith: This is not a fiction book, but an essay on relativity applied to epistemology. For many interested in the psychological mechanisms at work in The city & the City, this is a good read.
  13. 31
    Les Sentinelles de la Nuit par Sergei Lukyanenko (julienne_preacher)
    julienne_preacher: Both books are about divided realities (and both books are awesome).
  14. 20
    Trilogie New-Yorkaise par Paul Auster (Longshanks)
    Longshanks: Two books that expand the scope of detective fiction beyond the genre's traditional concerns and constraints, one existentially and one sociopolitically.
  15. 31
    Légationville par China Miéville (Utilisateur anonyme)
  16. 20
    A Maze of Death par Philip K. Dick (AlanPoulter)
    AlanPoulter: Two tales of paranoia and murder set in very odd worlds that just get stranger....
  17. 20
    Manuel à l'usage des apprentis détectives par Jedediah Berry (ShelfMonkey)
  18. 31
    Les flots sans rivage par C. J. Cherryh (reading_fox)
    reading_fox: Covers the same ground regarding visualising concepts.
  19. 20
    The Kindly Ones par Melissa Scott (sandstone78)
    sandstone78: Similar themes of parallel societies.
  20. 20
    A Man of Shadows par Jeff Noon (grizzly.anderson)
    grizzly.anderson: Detective stories set in cites that are turned about 90 degrees from the reality we understand.

(voir toutes les recommandations de 33)

Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Anglais (315)  Français (5)  Polonais (1)  Espagnol (1)  Roumain (1)  Toutes les langues (323)
5 sur 5
Ce roman policier teinté de science-fiction de China Miéville concentre toute l'originalité, l'inventivité et l'intelligence de l'auteur qui, à l'inverse de ses précédents romans, ne s'éparpille pas et se concentre sur son histoire et pas sur le monde dans lequel elle se déroule. Ce monde se dévoile ainsi par petites touches tout au long de l'avancement de l'intrigue, participant ainsi de sa compréhension car elle est inextricablement liée à ses particularités. Ce roman est tout à fait excellent et il a d'ailleurs été récompensé par les plus grands prix dédiés aux littératures de genre. ( )
  Patangel | Jun 24, 2015 |
Pour des raisons qui ne seront jamais élucidées, Ul Qoma et Beszel sont deux villes situées géographiquement au même endroit. Mais ce n'est pas la même ville, ni le même pays. Certaines rues sont donc dans un pays ou l'autre. Certains bâtiments ont un étage dans un pays, un étage dans l'autre. Pour résoudre cette complexité, les gens sont éduqués dès le plus jeune âge à ne pas voir les gens du pays d'"à coté", ne pas réagir à leur présence et les ignorer. Sinon, ils seront en "Breach" et auront de graves problèmes. Un inspecteur est chargé de gérer un meurtre qui a été perpétré dans un pays et dont le cadavre a été abandonné dans l'autre. Ce meurtre aura des ramifications bien plus poussées que l'inspecteur ne l'aurait cru.
Pour tout amusant que le lieu soit, le roman est une enquête assez classique qui manque sérieusement de souffle. Les personnages sont tous le petit doigt sur la couture du pantalon et l'inspecteur ne rencontre guère de difficulter à avancer sauf quand il tourne en rond tout seul. Je suis franchement déçu et si la fin, un peu plus épique, relève le niveau, ça ne le fait parvenir qu'à un polar un peu original mais sans plus.
Je suis déçu. ( )
  greuh | Feb 7, 2014 |
Un excellent livre, vendu comme un thriller mais inclassable car à la croisée de plusieurs genres: SF, policier, thriller ... Une idée de génie à la base (cette idée des deux cités mais je n'en dirais pas plus), une histoire impeccable qu'on ne lâche pas une fois commencée, bref un livre qu'on ne peut que recommander !!!! ( )
  vince59 | Jul 7, 2013 |
Comment commencer ? Dire que c’est un polar ? Ce n’en est pas tout à fait un tant l’enquête est plus un prétexte qu’autre chose ? Dire que c’est de la science-fiction ? Mais en est-ce vraiment, cela paraît à la fois tellement aberrant et familier… Que dire pour donner envie de lire ce livre absolument génial et singulier sans rien dire, pour ne pas dévoiler ce qui en fait tout l’intérêt, à savoir la découverte, page après page, d’un univers étrange, impossible, et qui pourtant en dit bien long sur notre monde…
Miéville a une maîtrise de son univers et de son écriture qui coupent le souffle et, sans jamais donner de leçons, il peint l’absurdité de notre monde et donne à réfléchir sans avoir l’air d’y toucher. On pense aux Berlin de la guerre froide, à la Yougoslavie qui implose, au concept de choc des civilisations par le prisme duquel on veut nous expliquer le monde actuel. On pense à tout ce que nous préférons invoir dans nos villes à nous, lorsque nous détourner la tête plutôt que de vivre ensemble.
Est-ce notre futur, une dystopie, ou une caricature de notre présent ? Un peu de tout cela probablement, et cela donne un livre haletant et qui met mal à l’aise. Mal à l’aise de voir exposé si crument, sans fard, poussée à l’extrême, l’incongruité de nos sociétés. Et, bien que Miéville soit engagé politiquement (très à gauche), jamais il ne devient moralisateur, il ne donne pas de solution, n’accuse pas, il se contente de dépeindre, au lecteur d’en faire ce qu’il veut.
Est-ce assez pour donner envie de lire ce livre ? Est-ce le bon équilibre entre dire et ne pas dire ? Voilà une critique que j’espère avoir réussi à écrire pour qu’au moins quelques lecteurs, qu’ils soient habitués des polars ou non, aient envie de lire ce livre, car la plongée dans ce monde schizophrène, inquiétant et familier, est une expérience dont on ne ressort pas indemne.
1 voter raton-liseur | Sep 26, 2011 |
Il y a des bouquins qui inspirent, chez l’aspirant (également au sens anglais du terme) auteur que je suis, un respect teinté de crainte. L’impression d’avoir touché du doigt et du cerveau quelque chose d’assez exceptionnel. "The City & The City", de China Miéville, entre dans cette catégorie.

China Miéville, c’est l’homme de la fantasy urbaine: "Perdido Street Station" et les ouvrages qui tournent autour de cet univers, plus d’autres que je n’ai pas lus mais qui, à la lecture des résumés, laissent penser que ce sont les villes, plus que les personnages et les histoires qui s’y déroulent, qui occupent une place centrale dans ces romans. "The City & The City", comme son nom l’indique – et si tant est que ma théorie est exacte –, ne fait pas exception.

Au commencement de l’ouvrage, il y a le meurtre d’une jeune femme, dont le corps est retrouvé dans un skate park de la ville de Besźel, quelque part en Europe du sud-est. L’enquêteur Tyador Borlú enquête pour se rendre rapidement compte que la clé de l’énigme se trouve dans Ul Qoma, la ville voisine, rivale et, pour tout dire, siamoise de Besźel.

Sans révéler quoi que ce soit de majeur, c’est là le cœur de l’intrigue: les deux villes qui n’en forment qu’une d’un point de vue urbanistique ou géographique, mais dont les frontières sont avant tout sociales et mentales. Les habitants sont mentalement formés depuis le plus jeune âge pour ne pas voir ce qui appartient à l’autre ville: habitants, véhicules, bâtiments. Toute transgression, ou « breach », est traitée par une force aussi éponyme que mystérieuse.

Le génie de China Miéville est qu’aussi improbable que ce décor puisse paraître, il est crédible, redoutablement ancré dans une contemporain solide et rationel. C’est du fantastique a minima et d’autant plus efficace: pas d’enchantement féérique, pas d’ultratechnologie extra-terrestre ni de malédiction vaudoue; aucun surnaturel. Juste deux villes qui, littéralement, ne peuvent pas se voir.

Besźel/Ul Qoma sont les véritables protagonistes de l’histoire. Certes, il y a un meurtre, une conspiration, des personnages et de l’action, mais c’est cette cité et sa siamoise/doppelgänger (j’ai d’ailleurs adoré le mot-valise topolgänger inventé par Miéville pour désigner les lieux contestés et partagés entre les deux villes) qui sont toujours à l’avant-plan. Tout est redoutablement pensé, logique – et pourtant si absurde.

Une citation promotionnelle sur la couverture de mon édition parle du fruit improbable des amours interdites entre Philip K. Dick, Franz Kafka et Raymond Chandler; pour les deux premiers, aucun doute, mais je soupçonne que, dans un cas de figure, le pauvre Chandler se retrouverait à tenir la chandelle et l’occuper du rejeton pendant que les deux amants infernaux sont en vacances…

Quoi qu’il en soit, "The City & The City" est un des meilleurs livres que j’ai pu lire récemment: j’y retrouve certaines impressions dichotomiques de dépaysement total et de familiarité que j’ai connues au cours de certains de mes récents voyages exotiques et le décor est tout simplement génial. Le rôliste que je suis y trouvera un million d’idées pour des scénarios urbains, dans quelque époque que ce soit.

En plus, le livre est le support idéal pour écouter du Indukti. Un groupe génial pour un livre génial, que demander de plus? ( )
  SGallay | Dec 1, 2010 |
5 sur 5
Subtly, almost casually, Miéville constructs a metaphor for modern life in which our habits of "unseeing" allow us to ignore that which does not directly affect our familiar lives. Yet he doesn't encourage us to understand his novel as a parable, rather as a police mystery dealing with extraordinary circumstances. The book is a fine, page-turning murder investigation in the tradition of Philip K Dick, gradually opening up to become something bigger and more significant than we originally suspected.
ajouté par andyl | modifierThe Guardian, Michael Moorcock (May 30, 2009)
 
Readers should shed their preconceptions and treat themselves to a highly original and gripping experience.The City & The City is still Urban Fantasy, yes, but don't look for elves on motorcycles or spell-casting cops. China Miéville has done something very different, new, and — oh yeah — weird.
ajouté par PhoenixTerran | modifierio9, Chris Hsiang (May 28, 2009)
 
The novel works best when Miéville trusts his storytelling instincts. I was immediately entranced by the premise of doppel cities and didn't need it explained at every turn.

At times, I appreciated the intellectual brilliance of "The City" more than I lost myself in it. Borlú seemed an archetype more than a fleshed-out character. That's OK. The real protagonists here are the mirror cities themselves, and the strange inner workings that make them, and their residents, tick.
 
Miéville’s achievement is at once remarkable and subtle. His overlapping cities take in an aspect of our own world—social conventions—wholesale. But by describing those conventions using conceptual tools borrowed from traditional “worldbuilding” fantasy, he heightens awareness of the unnoticed in our own lives. He doesn’t give us symbols. He gives us real life rendered with all the more clarity for its apparent weirdness.
 

» Ajouter d'autres auteur(e)s (9 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Miéville, Chinaauteur(e) principal(e)toutes les éditionsconfirmé
Bauche-Eppers, EvaÜbersetzerauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Drechsler, ArndtArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Lee, JohnNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Mège, NathalieTraductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Mäkelä, J. PekkaTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Nati, MaurizioTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé

Appartient à la série éditoriale

Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Lieux importants
Évènements importants
Films connexes
Prix et distinctions
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Épigraphe
Dans les profondeurs de la ville s'ouvrent des rues doubles, si l'on peut dire, des sosies de rues, des rues trompeuses et mensongères.
   Bruno Schulz, Les Boutiques de cannelle (trad. Georges Sidre)
Dédicace
À la mémoire de ma mère, Claudia Lightfoot
Premiers mots
On ne distinguait pas la rue, et guère la cité.
Citations
Derniers mots
(Cliquez pour voir. Attention : peut vendre la mèche.)
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Courtes éloges de critiques
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Langue d'origine
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
DDC/MDS canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais (2)

When the body of a murdered woman is found in the extraordinary, decaying city of Beszel, somewhere at the edge of Europe, it looks like a routine case for Inspector Tyador Borlu of the Extreme Crime Squad. But as he probes, the evidence begins to point to conspiracies far stranger, and more deadly, than anything he could have imagined. Soon his work puts him and those he cares for in danger. Borlu must travel to the only metropolis on Earth as strange as his own, across a border like no other.

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Vos raccourcis

Couvertures populaires

Évaluation

Moyenne: (3.98)
0.5 1
1 18
1.5 5
2 54
2.5 23
3 285
3.5 125
4 668
4.5 159
5 443

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 158,868,759 livres! | Barre supérieure: Toujours visible