AccueilGroupesDiscussionsExplorerTendances
Site de recherche
SantaThing signup ends Monday at 12pm Eastern US. Check it out!
décliner
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

Fun Home : Une tragicomédie familiale (2006)

par Alison Bechdel

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneMentions
6,8063351,089 (4.18)565
This book takes its place alongside the unnerving, memorable, darkly funny family memoirs of Augusten Burroughs and Mary Karr. It's a father-daughter tale perfectly suited to the graphic memoir form. Meet Alison's father, a historic preservation expert and obsessive restorer of the family's Victorian house, a third-generation funeral home director, a high school English teacher, an icily distant parent, and a closeted homosexual who, as it turns out, is involved with male students and a family babysitter. Through narrative that is alternately heartbreaking and fiercely funny, we are drawn into a daughter's complex yearning for her father. And yet, apart from assigned stints dusting caskets at the family-owned 'fun home,' as Alison and her brothers call it, the relationship achieves its most intimate expression through the shared code of books. When Alison comes out as homosexual herself in late adolescence, the denouement is swift, graphic, and redemptive.--From publisher description.… (plus d'informations)
Récemment ajouté parbibliothèque privée, catgirl_luna, kristijc, BertsBooks, Crazymamie, respinola, ScattergoodFS, GnomonLibrary, oxalot
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Actuellement, il n'y a pas de discussions au sujet de ce livre.

» Voir aussi les 565 mentions

Anglais (324)  Danois (3)  Français (3)  Suédois (2)  Catalan (1)  Allemand (1)  Finnois (1)  Néerlandais (1)  Toutes les langues (336)
3 sur 3
Le titre de cette BD ne porte pas le sens que l’on pourrait lui prêter de prime à bord. Ce n’est pas du tout une maison fun, mais plutôt une drôle de maison dans le sens français de curieux ou étrange – je ne sais pas si ce double sens est vrai en anglais. Fun est en fait le diminutif de funeral home (funérarium) ce qui est tout de suite beaucoup moins drôle.

Je l’ai déjà dit en parlant d’une autre grande BD autobiographique, L’Ascension du Haut Mal, mais je le répète ici, seul le récit autobiographique permet d’atteindre cette profondeur, cette densité. On obtient alors, comme c’est le cas ici, une oeuvre d’une richesse et d’un justesse que la fiction peine à égaler.

L’auteur raconte l’histoire de son père, un personnage complexe et ambivalent, qui a marqué sa vie et qu’elle cherche à comprendre à mesure qu’elle grandit.

Si mon père avait une fleur préférée, c’était le lilas. Un spécimen botanique tragique qui commence à se faner avant même d’atteindre son apogée.

En tentant de le comprendre, elle fait, son introspection et explore sa propre personnalité qui entre en résonance avec celle de son père. Elle analyse a posteriori sa propre évolution à l’aune de celle de son père. Le a posteriori est important car elle analyse en tant qu’adulte ses propres comportements et ceux de son père observés lorsqu’elle était enfant.

Vers la fin novembre, les constantes entrées de mon journal avaient cédé la place aux mensonges implicites de la page blanche, et des semaines entières sont passées sous silence.

Si l’histoire est subtile et complexe, la façon de la raconter l’est tout autant. On ne discerne pas le maillage du scenario. On plonge de plus en plus profond sans s’en rendre compte, l’intérêt de la lecture allant toujours croissant. Je ne vais rien révéler de cette histoire car ce serait forcément réducteur et permettrait à certains de ranger dans des cases cette BD que je tiens pour un chef-d’oeuvre – le mot est lâché, je ne l’emploi pas souvent. Sachez simplement, qu’en plus de tout ce que j’ai dit, elle est truffée de références et notamment dans le domaine de la littérature dans lequel elle cite abondamment deux des trois sommets du XXe siècle : A la recherche du temps perdu, Ulysse – le troisième étant L’homme sans qualités, à eux trois ils comptent plus de 6000 pages, une paille. http://www.aubonroman.com/2014/05/fun-home-par-alison-bechdel.html ( )
  yokai | May 15, 2014 |
" A great graphic memoirist" (Judith Thurman in "The New Yorker", April 23, 2012)
Beautifully written, full of emotion. ( )
  Liseron | Jun 4, 2012 |
L'introspection intellectualisante d'Alison Bechdel donne un portrait assez clinique de l'Amérique des années 70-80. Quand l'égoïsme obsessionnel des baby boomers rencontre la nonchalance de la génération suivante. Un exorcisme très personnel - trop intellectualisant et trop sérieux à mon goût - qui sous couvert de revisiter la vie sexuelle des deux générations, donne dans le poncif facile. Dommage, la qualité du trait et le luxe de détails donnaient envie de mieux. ( )
1 voter hubertguillaud | Dec 19, 2006 |
3 sur 3
Bechdel’s style is straightforward. Her detailed drawings strive to present what she remembers accurately and with detail. The book is black-and-white with a blue-grey watercolor wash that provides depth and adds to the feeling of memory.
 
Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Lieux importants
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Évènements importants
Films connexes
Prix et distinctions
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Épigraphe
Dédicace
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
For Mom, Christian, and John.

We did have a lot of fun,
in spite of everything.
Premiers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Like many fathers, mine could occasionally be prevailed on for a spot of "airplane."
Citations
Derniers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
(Cliquez pour voir. Attention : peut vendre la mèche.)
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Courtes éloges de critiques
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Langue d'origine
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais (4)

This book takes its place alongside the unnerving, memorable, darkly funny family memoirs of Augusten Burroughs and Mary Karr. It's a father-daughter tale perfectly suited to the graphic memoir form. Meet Alison's father, a historic preservation expert and obsessive restorer of the family's Victorian house, a third-generation funeral home director, a high school English teacher, an icily distant parent, and a closeted homosexual who, as it turns out, is involved with male students and a family babysitter. Through narrative that is alternately heartbreaking and fiercely funny, we are drawn into a daughter's complex yearning for her father. And yet, apart from assigned stints dusting caskets at the family-owned 'fun home,' as Alison and her brothers call it, the relationship achieves its most intimate expression through the shared code of books. When Alison comes out as homosexual herself in late adolescence, the denouement is swift, graphic, and redemptive.--From publisher description.

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (4.18)
0.5 2
1 16
1.5 5
2 52
2.5 13
3 307
3.5 89
4 813
4.5 148
5 892

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 164,359,845 livres! | Barre supérieure: Toujours visible