AccueilGroupesDiscussionsPlusTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

The Remains of the Day par Kazuo Ishiguro
Chargement...

The Remains of the Day (original 1989; édition 1990)

par Kazuo Ishiguro (Auteur)

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneDiscussions / Mentions
13,556404318 (4.19)1 / 1247
La 4e de couv. indique : " Les grands majordomes sont grands parce qu'ils ont la capacité d'habiter leur rôle professionnel, et de l'habiter autant que faire se peut ; ils ne se laissent pas ébranler par les événements extérieurs, fussent-ils surprenants, alarmants ou offensants. Ils portent leur professionnalisme comme un homme bien élevé porte son costume. C'est, je l'ai dit, une question de "dignité". " Stevens a passé sa vie à servir les autres, majordome pendant les années 1930 de l'influent Lord Darlington puis d'un riche Américain. Les temps ont changé et il n'est plus certain de satisfaire son employeur. Jusqu'à ce qu'il parte en voyage vers Miss Kenton, l'ancienne gouvernante qu'il aurait pu aimer, et songe face à la campagne anglaise au sens de sa loyauté et de ses choix passés..."… (plus d'informations)
Membre:Elise31
Titre:The Remains of the Day
Auteurs:Kazuo Ishiguro (Auteur)
Info:Vintage International (1990), Edition: 1st, 245 pages
Collections:Votre bibliothèque
Évaluation:
Mots-clés:Aucun

Détails de l'œuvre

Les vestiges du jour par Kazuo Ishiguro (1989)

  1. 60
    Un artiste du monde flottant par Kazuo Ishiguro (bibliobibuli, browner56)
    browner56: The consequences of misguided devotion treated from both the British and Japanese perspectives.
  2. 61
    Persuasion par Jane Austen (electronicmemory)
    electronicmemory: Slow, languid stories about regret and life choices not understood until they've passed by.
  3. 50
    Le bel âge de miss Brodie par Muriel Spark (foggidawn)
  4. 40
    What the Butler Saw: Two Hundred and Fifty Years of the Servant Problem par E. S. Turner (thorold)
    thorold: It's fascinating to put these two classic studies of the relationship between the English upper classes and their domestic servants side-by-side: one a delicate psychological novel, the other a gossipy work of social history.
  5. 20
    A Slight Trick of the Mind par Mitch Cullin (Othemts)
  6. 10
    Les brumes de Riverton par Kate Morton (mrstreme)
  7. 21
    Une fille, qui danse par Julian Barnes (CGlanovsky)
  8. 11
    The Garden of Evening Mists par Tan Twan Eng (CGlanovsky)
  9. 00
    Letters Back to Ancient China par Herbert Rosendorfer (JuliaMaria)
    JuliaMaria: Nette aus der Welt gefallene Männer erklären die Welt.
  10. 11
    Expiation par Ian McEwan (sturlington)
  11. 11
    Le perroquet de Flaubert par Julian Barnes (KayCliff)
    KayCliff: Two inhibited, unreliable narrators
  12. 11
    Les coeurs détruits par Elizabeth Bowen (WSB7)
    WSB7: Both have the feeling of restraint/seil-restraint foregrounded.
  13. 01
    Deceits of Time par Isabel Colegate (KayCliff)
    KayCliff: Both books discover Nazi affiliations in the past in prominent statesmen.
  14. 23
    Gilead par Marilynne Robinson (slickdpdx)
  15. 02
    Quand elle était gentille par Philip Roth (cometahalley)
1980s (99)
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Anglais (369)  Espagnol (7)  Allemand (6)  Français (5)  Italien (5)  Néerlandais (3)  Finnois (2)  Japonais (1)  Hébreu (1)  Suédois (1)  Danois (1)  Toutes les langues (401)
5 sur 5
Je ne sais pas vraiment pourquoi je n’ai pas lu ce livre plus tôt. Peut-être parce que l’argument est un peu fin : les états d’âme d’un majordome anglais. Un peu d’a priori de ma part aussi : qu’est-ce qu’un auteur japonais peut bien avoir à dire d’intéressant à ce sujet ?
Et pourtant… D’abord, Kasuo Ishiguro a certes un nom japonais, mais connait l’Angleterre bien mieux que moi. Ensuite, je suis de ces lecteurs qui pensent qu’on n’a pas besoin d’être une femme pour écrire sur les femmes, d’être noir pour écrire sur les noirs, et caetera, et caetera. Il était donc plus que temps que je me décide enfin à lire ce livre.
Et ce fut une lecture absolument passionnante. Stevens est majordome, donc, dans un pays en pleine mutation. L’entre-deux-guerres voit la modernisation des modes de vie, de nouvelles fortunes se créer alors que la noblesse du sang n’est plus la garantie qu’elle était. Dans ce monde qui change vite et à plus d’un titre, Stevens, comme son père avant lui, réalise un métier qui incarne tout ce qu’était l’ancien monde, avec sa hiérarchie sociale tellement claire et immuable que c’en était presque rassurant.
Au soir de sa vie, alors que le changement de propriétaire de la maison à laquelle il est attaché le déstabilise au-delà de toute mesure (une fortune récente, et américaine de surcroît, rien ne l’avait préparé à cela…), Stevens part pour la première fois en voyage. Il prend certes l’excuse d’aller rendre visite à une ancienne connaissance qu’il pourrait recruter pour le compte de son nouveau patron, mais ce n’est qu’une excuse, plus ou moins consciente, qu’il se donne plus ou moins consciemment pour prendre les premières vacances de sa vie, lui le majordome qui s’est toujours voulu irréprochable.
Et ces vacances sont l’occasion de laisser ses pensées suivre leur cours. Les souvenirs du passé, notamment du temps où Miss Kenton était gouvernante et où d’autres choix de vie s’offraient alors encore à lui, mais aussi une réflexion sur ce qu’il a appris de toutes ces années entièrement dédiées au service d’un autre. Et étrangement, ce long monologue d’un personnage qui semble si loin de moi, de mon mode de vie, de mes préoccupations, devient vite passionnant.
Le personnage de Stevens, au fur et à mesure où il se dévoile montre une complexité croissante. Il a fait du dévouement propre à son métier une éthique, une philosophie presque, à laquelle il a longuement réfléchie, qu’il a peaufinée au fil de ses expériences et de ses années de service. Il fait de sa place obscure dans la société, noble parmi les domestiques, mais quantité négligeable aux yeux de ceux qu’il sert, toujours dans l’ombre, mais responsable de beaucoup tout ce qui ne se remarque pas, ou ne doit pas être remarqué. Etrange satisfaction que celui dont le travail est réussi quand personne ne le remarque et ne songe donc même peut-être à l’en remercier ou l’en féliciter.
Mais ce n’est pas là le seul intérêt de ce livre. En effet, je me suis aperçue que, quelle que soit la distance qui me sépare de cet homme, et elle est grande, ses préoccupations peuvent faire écho aux miennes de bien des façons. Car Stevens a des principes et a modelé sa vie autour de ces principes, parfois même sacrifiant ses désirs personnels à la fidélité à ces principes. Je ne suis pas aussi âgée que Stevens, ce n’est pas encore toute ma vie, ni même j’espère la moitié de ma vie, qui est derrière moi, mais je me prends souvent à réfléchir à comment mes principes ou, pour être plus positive, mes valeurs, interagissent avec ma vie. Et surtout, je crois, cela m’a amenée à me poser des questions sur ce qu’est une vie réussie lorsque l’on mène une vie obscure, dans l’ombre des grands évènements, des grandes décisions, des grandes avancées.
Ce livre explore ces questions complexes, et le personnage de Stevens est émouvant, d’autant qu’on ne sait à aucun moment à quel point il est convaincu par son propre discours d’une vie réussie dans l’ombre de celles des autres ou si ce discours est une façade, une histoire qu’il se raconte à lui-même pour tenter de masquer à ses propres yeux la vacuité de sa vie.
C’est un très beau livre, écrit dans une langue très maitrisée, en accord avec ce personnage qui se contrôle tout le temps. Un plaisir à lire, en laissant les phrases rouler sous la langue, un pincement au cœur pour ce personnage aussi vrai que nature, et qui dit beaucoup sur lui-même et sur ce que beaucoup d’entre nous pouvons être.
Je ne sais pas si je lirai à nouveau des livres de Kazuo Ishiguro. J’ai fini par lire celui-là parce que je ne pouvais ignorer plus longtemps son prix Nobel, après quelques années d’attentisme parce que ce prix correspond moins à mes goûts littéraires que par le passé. Je ne sais pas si j’en lirai d’autres, car celui-là me semble assez unique dans son œuvre, mais même si je m’arrête là, ce fut un délicieux moment de lecture, plein de réflexion et de retenue à l’anglaise, comme cet homme sur la couverture si bien choisie par l’éditeur, un homme de dos, dont on ne connaitra pas le visage, juste son attitude irréprochable qui est toute sa gloire et son honneur.
  raton-liseur | Oct 30, 2019 |
> Par LEXPRESS.fr : Les Vestiges du jour par Kazuo Ishiguro
01/11/2005 ... «Une réflexion qui nous vaut un hilarant chef-d'œuvre de componction britannique, par un auteur d'origine... japonaise.» (Lire, avril 1990)
____________________
Kazuo Ishiguro, Les vestiges du jour, traduit de l'anglais par S. Mayoux, Presses de la Renaissance (1990), 266 pages
  Joop-le-philosophe | Dec 15, 2018 |
Une très belle surprise pour une première découverte de cet auteur, nobelisé cette année.
Une écriture subtile, délicate, parfaite pour traduire les réflexions de Mr Stevens, majordome d'un riche américain, mais surtout pendant trente ans d'une grande famille noble anglaise dont Lord Darlington joue de ses relations pour accueillir dans son domaine les grands de ce monde afin de régler les tensions diplomatiques.
Par petite touche au travers des pensées et souvenirs du majordome, Kazuo Ishiguro aborde le passé peu souvent évoqué de l'histoire anglaise et des sympathies d'une grande majorité de la noblesse anglaise pour le régime nazi durant les années 30, ou bien les relations franco-britannique à l'issue de la première guerre mondiale et les renégociations du traité de Versailles.
En parallèle, il y a la très belle réflexion sur ce monde en cours de disparition des Lords, des domaines, des cohortes de personnel à leur service.
Et puis il y a ce majordome si attachant et si troublant, pris dans ses certitudes et ses convictions.
Le voyage de Mr Stevens au travers de la campagne anglaise est comme un pélerinage intérieur lui faisant prendre conscience de ce monde perdu dont il ne reste plus que quelques traces ...des vestiges du jour.

"Il faut que vous preniez du plaisir. Le soir, c'est la meilleure partie du jour. Votre journée de travail est terminée. Vous pouvez vous détendre maintenant, et prendre du plaisir. Voila comment je vois les choses. Demandez à n'importe qui, ils vous diront. Le soir, c'est la meilleure partie du jour" (p 336)

"Peut-être dans ce cas dois-je retenir son conseil et cesser de regarder autant an arrière, d'adopter un point de vue plus positif, d'essayer de faire le meilleur usage de ce qu'il me reste de jour. Après tout, que pouvons-nous gagner à toujours regarder en arrière, et à nous blâmer nous-mêmes parce que notre vie n'a pas pris exactement la tournure que nous aurions souhaité ? L'implacable réalité, pour les gens comme vous et moi, c'est que nous n'avons pas d'autre choix, assurément, que d'abandonner notre sort entre les mains de ces grands personnages situés au moyeu de la roue du monde, et qui ont recours à nos services. A quoi bon s'inquiéter outre mesure de ce qu'on aurait pu faire ou ne pas faire pour diriger le cours de sa propre vie ? Il est certainement suffisant, pour des gens comme vous et moi, d'essayer au moins de faire en sorte que notre petite contribution serve un but honorable et sincère." (p 337) ( )
  folivier | Mar 6, 2018 |
Après de nombreuses années au service d'un célèbre lord, Stevens travaille désormais pour un riche américain. Les quelques jours de congés que ce dernier lui octroie vont lui fournir l'occasion de parcourir la campagne anglaise mais également de revoir celle qui aurait pu devenir sa femme. Ces quelques jours de voyage font ressurgir les souvenirs du passe : le père majordome lui aussi, l'ancien maître déchu pour ses amitiés avec les autorités allemandes, la gouvernante... Le personnage central est très attachant, complètement désuet, parfois exaspérant. Un très bon roman, original par le theme aborde et qui se lie très facilement. ( )
  Bur | Jan 8, 2014 |
Ishiguro est japonais, mais il a grandi en Angleterre.La facilité avec laquelle il recrée l'univers des grandes demeures de la noblesse anglaise d'avant guerre, et la vie de leurs domestiques tout dévoués, est époustouflante. Le film tiré du livre était très bon aussi.
  briconcella | Mar 8, 2007 |
5 sur 5
We can work out the date of Stevens's expedition ... Ominous dates. ... the Suez crisis dominated British current affairs. ... Stevens is not returning to a golden evening ... there are no remains -- except in the sense of `corpse'.
ajouté par KayCliff | modifierWhere was Rebecca shot?, John Sutherland (Mar 5, 1998)
 
The Remains of the Day is too much a roman à thèse, and a judgmental one besides. Compared to his astounding narrative sophistication, Ishiguro's message seems quite banal: Be less Japanese, less bent on dignity, less false to yourself and others, less restrained and controlled. The irony is that it is precisely Ishiguro's beautiful restraint and control that one admires, and, in the case of the last novel [The Remains of the Day], his nerve in setting up such a high-wire act for himself.
ajouté par jburlinson | modifierNew York Review of Books, Gabriele Annan (payer le site) (Dec 7, 1989)
 
Kazuo Ishiguro's tonal control of Stevens' repressive yet continually reverberating first-person voice is dazzling. So is his ability to present the butler from every point on the compass: with affectionate humor, tart irony, criticism, compassion and full understanding. It is remarkable, too, that as we read along in this strikingly original novel, we continue to think not only about the old butler, but about his country, its politics and its culture.
 

» Ajouter d'autres auteur(e)s (42 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Ishiguro, Kazuoauteur(e) principal(e)toutes les éditionsconfirmé
Bützow, HeleneTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Daryab̄andi, NajafTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Hawthorne, NigelReaderauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Kriek, BarthoTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Prebble, SimonNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Rybicki, JanTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Saracino, Maria AntoniettaTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Stiehl, HermannTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
West, DominicNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Lieux importants
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Évènements importants
Films connexes
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Prix et distinctions
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Épigraphe
Dédicace
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
In memory of Mrs Lenore Marshall.
Premiers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
It seems increasingly likely that I really will undertake the expedition that has been preoccupying my imagination now for some days.
Citations
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
The English landscape at its finest—such as I saw this morning—possesses a quality that the landscapes of other nations, however more superficially dramatic, inevitably fail to possess. It is, I believe, a quality that will mark out the English landscape to any objective observer as the most deeply satisfying in the world, and this quality is probably best summed up by the term 'greatness.' And yet what precisely is this greatness? I would say that it is the very lack of obvious drama or spectacle that sets the beauty of our land apart. What is pertinent is the calmness of that beauty, its sense of restraint. It is as though the land knows of its own beauty, of its own greatness, and feels no need to shout it.
Derniers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
(Cliquez pour voir. Attention : peut vendre la mèche.)
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Courtes éloges de critiques
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Langue d'origine
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
DDC/MDS canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais

Aucun

La 4e de couv. indique : " Les grands majordomes sont grands parce qu'ils ont la capacité d'habiter leur rôle professionnel, et de l'habiter autant que faire se peut ; ils ne se laissent pas ébranler par les événements extérieurs, fussent-ils surprenants, alarmants ou offensants. Ils portent leur professionnalisme comme un homme bien élevé porte son costume. C'est, je l'ai dit, une question de "dignité". " Stevens a passé sa vie à servir les autres, majordome pendant les années 1930 de l'influent Lord Darlington puis d'un riche Américain. Les temps ont changé et il n'est plus certain de satisfaire son employeur. Jusqu'à ce qu'il parte en voyage vers Miss Kenton, l'ancienne gouvernante qu'il aurait pu aimer, et songe face à la campagne anglaise au sens de sa loyauté et de ses choix passés..."

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Majordome méticuleux, Mr Stevens parcourt la campagne anglaise en automobile. Le ton sur lequel il nous livre ses souvenirs et ses réflexions sur la dignité de sa fonction est, à l'image de son attitude vis-à-vis des événements, parfaitement retenu. Au gré des sous-entendus d'une langue délicieusement fluide et subtile, Ishiguro dresse, au-delà du portrait de toute une classe en déclin, le bilan d'une vie apparemment ratée. Dans ce roman mélancolique en demi-teintes, Booker Prize 1989, il révèle les failles d'un homme qui a refusé de reconnaître l'amour en Miss Kenton, ancienne gouvernante à qui il va rendre visite dans un ultime espoir inavoué. Malgré sa résistance aux changements, les choses ont sensiblement évolué. Darlington Hall appartient maintenant à un millionnaire américain, les positions de Lord Darlington durant l'entre-deux-guerres sont désormais vues d'un œil réprobateur et Miss Kenton a acquis une certaine lassitude. Maître du clair-obscur, Ishiguro ne tire pourtant pas de conclusion catégorique et laisse, en suspens, un infime espoir de bonheur à son personnage, enfin capable de pleurer et d'apprécier cette qualité de lumière qu'offre le jour déclinant, pas tout à fait disparu encore, qui traîne ses vestiges dans le ciel marin de la baie de Weymouth. --Sana Tang-Léopold Wauters
Résumé sous forme de haïku

Vos raccourcis

Couvertures populaires

Évaluation

Moyenne: (4.19)
0.5 2
1 20
1.5 4
2 107
2.5 22
3 439
3.5 138
4 1312
4.5 291
5 1377

Tantor Media

Une édition de ce livre a été publiée par Tantor Media.

» Page d'information de la maison d''édition

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 157,747,907 livres! | Barre supérieure: Toujours visible