AccueilGroupesDiscussionsPlusTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

Laura Willowes (1926)

par Sylvia Townsend Warner

Autres auteurs: Voir la section autres auteur(e)s.

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneDiscussions / Mentions
1,1245313,500 (3.85)1 / 188
In this delightful and witty novel, Laura Willowes rebels against pressure to be the perfect "maiden aunt." Not interested in men or the rushed life of London, Laura is forced to move there from her beloved countryside after the death of her father. Finally, she strikes out for the countryside on her own, selling her soul to an affable but rather simpleminded devil. First written in the 1920s, this book is timely and entertaining. It was the first selection of the Book of the Month Club in 1926.… (plus d'informations)
Récemment ajouté parmisslevel, LadyLudovica, bibliothèque privée, goldenbowl, JameStewart, Poelloeinpesae, RachelMcCauley, Sonja.Rosemarie
Bibliothèques historiquesBarbara Pym, Karen Blixen
  1. 10
    The Love Child par Edith Olivier (Stuck-in-a-Book)
    Stuck-in-a-Book: This is another book which uses the fantastic to combat spinsterhood.
  2. 00
    One Fine Day par Mollie Panter-Downes (GeraniumCat)
  3. 00
    Little, Big par John Crowley (chrisharpe)
  4. 01
    Miss Hargreaves par Frank Baker (Stuck-in-a-Book)
    Stuck-in-a-Book: Another great work of the fantastic.
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Anglais (50)  Catalan (1)  Allemand (1)  Français (1)  Toutes les langues (53)
J’ai entendu parler de ce livre il y a un petit moment déjà, au détour d’un entretien de [[Geneviève Brisac]] à la radio, qui disait que l’héroïne de ce roman était l’une de ses figures littéraires féministes préférées. Mais il est épuisé en français et j’ai même eu du mal à le trouver en anglais, heureusement le Père Noël a ses entrées dans des librairies connues de lui seul et il a gentiment déposé ce livre dans mes petits souliers à Noël dernier, et je l’ai lu dans la foulée.
Lolly Willowes, donc, est une jeune fille de la bourgeoisie rurale anglaise. Légèrement postérieure mais très similaire aux héroïnes de [[Jane Austen]. Sauf qu’elle ne semble pas du tout intéressée par les hommes et le mariage et qu’elle laisse passer ses années de jeunesse sans chercher à séduire et sans susciter aucune demande en mariage. Alors, quand son père meurt, elle est traitée par ses frères au même titre que les meubles de l’héritage, et on décide pour elle qu’elle s’installera à Londres chez son frère aîné, où elle deviendra l’inamovible Tante Lolly, toujours serviable, toujours traités comme une pièce du décor. Mais un jour, sans crier gare, Laura (son véritable prénom) fait tout voler en éclat et, pour la première fois, émet un souhait et se met en devoir de le réaliser.
C’est cette notion de volonté propre de la femme qui est au cœur de ce court roman. La volonté de choisir sa vie, même si dans le cas de Laura Willowes cela signifie ne rien faire d’autre que des thés et des promenades solitaires. La volonté n’est pas forcément de faire des grandes choses, juste de vivre pour soi. Et cette réflexion à laquelle nous convie Sylvia Townsend Warner à travers ce personnage est vraiment intéressante, finement menée et originale. Etre féministe, ce n’est pas que vouloir avoir accès aux positions usuellement dévolues aux hommes. C’est juste exister pour soi, quoi que cela veuille dire. Et si Lolly Willowes est le personnage principal, l’incompréhension qu’elle suscite auprès de sa belle-sœur, femme mariée ou de ses nièces, d’une autre génération, permet d’enrichir la notion de féminisme.
La dernière partie du livre tranche avec les deux premières et je ne sais toujours pas si je dois la lire au sens littéral ou pas. Elle m’a un peu déstabilisée, mais elle n’enlève rien à la force du personnage, qui trouve sa voie propre pour conquérir sa liberté personnelle.
Cette découverte d’une autrice peu connue en France est une réussite pour moi, et j’espère continuer à explorer son œuvre, œuvre qui a l’air riche en femmes fortes car Laura Willowes l’est, forte, à sa manière.
  raton-liseur | Jan 27, 2021 |
aucune critique | ajouter une critique

» Ajouter d'autres auteur(e)s (7 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Warner, Sylvia Townsendauteur(e) principal(e)toutes les éditionsconfirmé
Anders, AnnTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Gatti, GraziaTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Hernández, MartaTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Lévy, FlorenceTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Méndez, ZaharaTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Miller, AnitaIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Waters, SarahIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Lieux importants
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Évènements importants
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Films connexes
Prix et distinctions
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Épigraphe
Dédicace
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
To Bea Isabel Howe
Premiers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
When her father died, Laura Willowes went to live in London with her elder brother and his family.
Citations
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Preference, not prejudice, made them faithful to their past. They slept in beds and sat in chairs whose comfort insensibly persuaded them into respect for the good sense of their forbears. Finding that well-chosen wood and well-chosen wine improved with keeping, they believed that the same law applied to well-chosen ways.
So Laura read undisturbed, and without disturbing anybody, for the conversation at local tea-parties and balls never happened to give her an opportunity of mentioning anything that she had learnt from Locke on the Understanding or Glanvil on Witches. In fact, as she was generally ignorant of the books which their daughters were allowed to read, the neighboring mammas considered her rather ignorant. However they did not like her any the worse for this, for her ignorance, if not so sexually displeasing as learning, was of so unsweetened a quality as to be wholly without attraction.
Being without coquetry she did not feel herself bound to feign a degree of entertainment which she had not experienced, and the same deficiency made her insensible to the duty of every marriageable young woman to be charming, whether her charm be directed towards one special object, or in default of that, universally distributed through a disinterested love of humanity.
She had thought that sorrow would be her companion for many years, and had planned for its entertainment.
After some years in his house she came to the conclusion that Caroline had been very bad for his character. Caroline was a good woman and a good wife. She was slightly self-righteous and fairly rightly so, but she yielded to Henry's judgment in every dispute, she bowed her good sense to his will and blinkered her wider views in obedience to his prejudices. Henry had a high opinion of her merits, but thinking her to be so admirable and finding her to be so acquiescent had encouraged him to have an even higher opinion of his own.
Derniers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
(Cliquez pour voir. Attention : peut vendre la mèche.)
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Courtes éloges de critiques
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Langue d'origine
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais

Aucun

In this delightful and witty novel, Laura Willowes rebels against pressure to be the perfect "maiden aunt." Not interested in men or the rushed life of London, Laura is forced to move there from her beloved countryside after the death of her father. Finally, she strikes out for the countryside on her own, selling her soul to an affable but rather simpleminded devil. First written in the 1920s, this book is timely and entertaining. It was the first selection of the Book of the Month Club in 1926.

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (3.85)
0.5
1
1.5
2 16
2.5 6
3 59
3.5 21
4 87
4.5 16
5 62

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 162,392,089 livres! | Barre supérieure: Toujours visible