AccueilGroupesDiscussionsPlusTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

The Last Witchfinder par James Morrow
Chargement...

The Last Witchfinder (original 2006; édition 2006)

par James Morrow (Auteur)

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneMentions
9754816,412 (3.72)65
Jennet Stearne's father hangs witches for a living in Restoration England. But when this precocious child witnesses the horrifying death of her beloved Aunt Isobel, unjustly executed as a sorceress, she makes it her life's mission to bring down the Parliamentary Witchcraft Act. A self-educated "natural philosopher," Jennet is inspired in her quest by a single sentence in a cryptic letter from Isaac Newton: "It so happens that in the Investigations leading first to my Conjectures concerning Light and later to my System of the World, I fell upon a pretty Proof that Wicket Spirits enjoy no essential Existence." Armed with nothing but the power of reason and her memory of Isobel's love, Jennet cannot rest until she has put the last witchfinder out of business.--Publisher description.… (plus d'informations)
Membre:Woollywench3
Titre:The Last Witchfinder
Auteurs:James Morrow (Auteur)
Info:William Morrow (2006), 526 pages
Collections:history & historical fiction
Évaluation:
Mots-clés:Aucun

Détails de l'œuvre

Le dernier chasseur de sorcières par James Morrow (2006)

Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Actuellement, il n'y a pas de discussions au sujet de ce livre.

» Voir aussi les 65 mentions

Ca avait pourtant bien commencé : l'histoire de Jennet Stearne, contemporaine de Newton et fille du dernier chasseur de sorcière d'Angleterre. Enfant, elle voit sa tante adorée, philosophe des Lumières, accusée de sorcellerie par son propre père et brûlée vive. Jennet, elle-même élevée dans l'amour de la science et de la raison, et d'une intelligence vive, décide alors de tout mettre en oeuvre pour abolir les chasses aux sorcières.

Le livre est raconté par les "Principia" de Newton, ce qui est assez amusant et donne lieu, surtout au début, à quelques passages hilarants. Cependant, cela n'entrave pas tellement l'histoire, car le livre-narrateur n'apparaît que ponctuellement - entre de longs passage de récit classique à la troisième personne.
Le début dudit récit est également de bon aloi : enlevé, piquant, érudit. Le personnage de la tante est excessivement sympathique, et il n'y a, à proprement parler, ni méchants, ni gentils : le père de Jennet est un chasseur convaincu, certes, mais il est aussi droit, honnête et sincère dans sa croyance. La tante de Jennet a beau être un des plus brillants esprits de son temps, elle est persuadée de l'existence de la sorcellerie et désire pouvoir le prouver de manière "physique". La co-pupille de Jennet est une punaise arrogante, mais elle est aussi intelligente et avide de savoir. Bref, ça commençait bien.

Sauf que ...
A partir de l'exécution de la tante et de l'exil du père de Jennet (et de celle-ci aussi, donc) en Amérique, tout part à vau-l'eau. Déjà, Jennet a envers son père une attitude que je trouve révoltante, même dans les circonstances évoquées (je ne détaille pas ici pour ne pas spoiler, mais elle commet au quart du roman un acte qui l'a définitivement aliénée à mes yeux). Puis on rencontre les Indiens d'Amérique et là, c'est le mythe du "bon sauvage" en action, tellement ridicule que j'attendais la chute de l'histoire avec impatience, pensant à un second degré caché. Mais non, jusqu'au bout, les clichés perdurent.
On apprend également, au passage (Jennet devenant adulte), que c'est la plus belle femme d'Amérique. La question se pose alors : pourquoi ? Pourquoi l'immense majorité des auteurs se sentent obligés de faire de leurs héroïnes des canons de beauté, même quand ça n'apporte rien à l'histoire ? En l'occurence, Jennet est supposée être plus ou moins un génie, ce qui est compréhensible vu qu'il s'agit d'un histoire de quête scientifique, mais visiblement cela ne suffit pas, il faut lui donner des qualités réellement importantes pour une femme - comme, par exemple, des yeux verts ou de beaux cheveux. Ceci dit, ça sert au moins à une chose : justifier ses liaisons successives abondamment décrites. Qui, elles-mêmes, ne servent à rien, à part donner probablement à l'auteur l'impression qu'il est terriblement iconoclaste (non, mon grand, à notre époque, c'est plutôt l'inverse).

Enfin, il y a l'arrivée de Benjamin Franklin, et c'est ce qui a sonné le glas de ce livre pour moi. Déjà, c'est cliché-land : Jennet a plus de quarante ans mais bien sûr c'est une femme magnifique qui ne fait pas son âge - qui voudrait d'une femme de quarante ans, hein ? Ah, si seulement il n'y avait pas cette fichue réalité historique qui impose trente ans entre l'édition des Principia et l'émergence de Franklin - ledit Franklin étant au passage décrit comme un beau jeune homme, à l'encontre de toutes les illustrations existantes ... En résumé, un vrai chapitre d'Harlequin.

Mais aussi, c'est incohérent : par exemple, le régime de vie de Benjamin Franklin est évoqué au tout début. On évoque ses règles de vie telles que : être tempérant, manger de manière raisonnable et végétarienne, s'instruire en lisant autant que possible ... Bizarrement, ceci me paraissait quelque peu étrange en regard de la liaison sulfureuse qui était décrite entre Franklin et Jennet. Je me suis renseignée, et effectivement, Franklin prônait la tempérance dans TOUS les domaines. Mais de ça, pas un mot ... Prendre un personnage historique et le bidouiller de la manière qui arrange l'auteur, ça a été la malhonnêteté qui a fait déborder le gâteau.

Qui plus est, je commençais à être sérieusement fatiguée du ton du roman, qui, de drôle et intelligent, en était tombé dans les gros clichés "jolie fille - gentils Indiens - méchants chasseurs de sorcière coincés", piqueté de ficelles bien visibles, de personnages manichéens et où l'érudition étaient peu à peu remisée au profit de descriptions râbâchées de vilains Puritains ou de parties de jambes en l'air.

J'ai donc fermé définitivement le livre à la moitié du récit, et je ne le regrette pas un instant (même si c'est rarissime que je laisse un roman inachevé).
  rft | Sep 23, 2009 |
aucune critique | ajouter une critique
Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Lieux importants
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Évènements importants
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Films connexes
Prix et distinctions
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Épigraphe
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
If the Judge wishes to find out whether she is endowed with a
witch's power of preserving silence, let him take not whether she
is able to shed tears when standing in his presence, or when being
tortured. For we are taught both by the words of worthy men of
old and by our own experience that this is a most certain sign, and
it has been found that even if she be urged and exhorted by solemn
conjurations to shed tears, if she be a witch she will not be able to
weep: although she will assume a tearful aspect and smear her
cheeks and eyes with spittle to make it appear that she is weeping;
wherefore she must be closely watched by the attendants.

Heinrich Krämer and James Sprenger
Malleus Maleficaru, A.D. 1486
Part III, Question XV (Excerpt)
Then came out of the House a grave, tall Man carrying his Holy
Writ before the supposed Wizard as solemnly as the Sword-bearer
of London before the Lord Mayor; the Wizard was first put in the
Scale, and over him was read a Chapter out of the Books of Moses,
and then the Bible was put in the other Scale, which, being kept
down before, was immediately let go; but, to great Surprise of
the Spectators, Flesh and Bones came down plump, and out-
weighted the good Book by abundance. After the same Manner, the
others were served, and their lumps of Mortality severally were
too heavy for Moses and all the Prophets and Apostles.

Benjamin Franklin
"A Witch-Trial at Mount-Holly"
The Pennsylvania Gazette
October 22, 1730
Dédicace
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
TO THE MEMORY OF
Ann Hyson Smith
Premiers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Introducing Out Heroine, Jennet Stearne, Whose
Father Hunts Witches, Whose Aunt Seeks Wisdom, and
Whose Soul Desires an Object It Cannot Name


May I speak candidly, fleshling, one rational creature to another, myself a book and you a reader?
Citations
Derniers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
(Cliquez pour voir. Attention : peut vendre la mèche.)
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Courtes éloges de critiques
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Langue d'origine
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais (1)

Jennet Stearne's father hangs witches for a living in Restoration England. But when this precocious child witnesses the horrifying death of her beloved Aunt Isobel, unjustly executed as a sorceress, she makes it her life's mission to bring down the Parliamentary Witchcraft Act. A self-educated "natural philosopher," Jennet is inspired in her quest by a single sentence in a cryptic letter from Isaac Newton: "It so happens that in the Investigations leading first to my Conjectures concerning Light and later to my System of the World, I fell upon a pretty Proof that Wicket Spirits enjoy no essential Existence." Armed with nothing but the power of reason and her memory of Isobel's love, Jennet cannot rest until she has put the last witchfinder out of business.--Publisher description.

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (3.72)
0.5
1 8
1.5 2
2 12
2.5 3
3 33
3.5 10
4 64
4.5 7
5 41

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 163,336,562 livres! | Barre supérieure: Toujours visible