AccueilGroupesDiscussionsPlusTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

La Terre demeure (1949)

par George R. Stewart

Autres auteurs: Voir la section autres auteur(e)s.

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneDiscussions / Mentions
3,5291133,410 (3.92)1 / 310
Fiction. Science Fiction. HTML:

In a glorious new trade paperback complete with an original Introduction written by author Kim Stanley Robinson
First published in 1949 and a winner of the inaugural International Fantasy Award in 1951, Earth Abides went on to become one of the most influential science-fiction novels of the twentieth century. It remains a fresh, provocative story of apocalyptic pandemic, societal collapse, and rebirth.
The cabin had always been a special retreat for Isherwood Williams, a haven from the demands of society. But one day while hiking, Ish was bitten by a rattlesnake, and the solitude he had so desired took on dire new significance. He was sick for days??and often delirious??waking up to find two strangers peering in at him from the cabin door. Yet oddly, instead of offering help, the two ran off as if terrified. Not long after, the coughing began. Ish suffered chills and fever, and a measles-like rash on his skin. He was one of the few people in the world to live through that peculiar malady, but he didn't know it then.
Ish headed home when he finally felt himself again??and noticed the strangeness almost immediately. No cars passed him on the road; the gas station not far from his cabin looked abandoned; and he was shocked to see the body of a man on the roadside near a small town. Without a radio or phone, Ish had no idea of humanity's abrupt demise. He had escaped death, yet could not escape the catastrophe??and with an eerie detachment he found himself curious as to how long it would be before all traces of civilization faded from
… (plus d'informations)

Récemment ajouté parbibliothèque privée, tcwLT, r17marti, NicoleScuderi, JohnGault, JVermillion, mb1066, TerranLeaves
  1. 90
    Le Jour des Triffides par John Wyndham (infiniteletters)
  2. 60
    Le Fleau par Stephen King (sturlington)
    sturlington: Stephen King has said that Earth Abides was an inspiration for The Stand.
  3. 40
    The Death of Grass par John Christopher (timspalding)
    timspalding: Another (and far better) classic post-apocalyptic story.
  4. 20
    Monde englouti par J. G. Ballard (Bookmarque)
    Bookmarque: another post-apocalyptic book that takes a more introspective approach to the role of humans on the earth.
  5. 20
    Le dernier rivage par Nevil Shute (sturlington)
  6. 10
    La parabole du semeur par Octavia E. Butler (jlparent)
    jlparent: Main character witnesses/narrates the fall of civilization and its rebirth over a long time.
  7. 33
    World War Z par Max Brooks (timspalding)
  8. 00
    The Slynx par Tatyana Tolstaya (agmlll)
  9. 00
    Empty World par John Christopher (ecureuil)
    ecureuil: Both books share a story based on the world population being wiped out by a deadly disease, and a young survivor left alone trying to survive
  10. 12
    La Constellation du Chien par Peter Heller (IamAleem)
  11. 12
    Homo disparitus par Alan Weisman (Utilisateur anonyme)
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Groupe SujetMessagesDernier message 
 Post-apocalyptic Literature: George R Stewart's Earth Abides4 non-lus / 4BeckyJG, Juillet 2010

» Voir aussi les 310 mentions

Anglais (111)  Espagnol (2)  Français (1)  Toutes les langues (114)
Les romans de resurrection post-catastrophe ne sont pas une nouveauté. Tous les auteurs ont eu sans doute cette tentation de recréer un monde nouveau en partant de rien, de Thomas More et son Utopie à Robert Merle avec Malevil. Bien souvent, c'est l'occasion de faire passer un message sur la condition humaine, la sauvegarde de la civilisation ou le contraire, c'est à dire la barbarie nichée au coeur de l'homme revenu à l'état de nature. L'apocalypse, c'est comme la tempête qui laisse Robinson sur son île ou les cinq aérostiers de "l'île mystérieuse" en proie à leurs démons ou leur intelligence pour survivre avec plus ou moins d'intelligence. Avec George Stewart, on ne s'étend pas sur le désastre qui a réduit l'Humanité à presque néant. Les hommes ont disparu à la suite d'une pandémie foudroyante, c'est tout. De ce désastre subsiste des îlots, des individus qui tentent de remettre en route ce qui a été perdu et qui constatent que rien ne pourra plus être comme avant. Le roman de Stewart est baigné à la fois d'une nostalgie profonde sur un monde disparu et d'une espérance sur l'avenir qui se profile. Par le retour à une forme de vie tribale sur les ruines du monde actuel, l'auteur retrouve la forme de vie sociale la plus ancestrale qui soit. L'humanité réduite à une famille a du mal à retrouver le génie social, loi des grands nombres et de la culture des civilisations. Toutefois, par sa simplicité et sa volonté de s'affranchir du passé, Ish parviendra à recréer les germes d'un renouveau modeste. Il acceptera de prendre la vie comme elle vient.

Roman passionnant car il porte en lui le passé lointain et le futur que l'on espère le plus lointain possible, parce qu'il porte en lui la réflexion essentielle sur ce qui fait la condition humaine et le propre de l'homme sur une Terre qui ne fait aucun cadeau aux plus faibles.

Rappelons les premiers versets, très poétiques, de ce premier chapitre du livre de l’Ecclésiaste, duquel ce roman tire son titre :

"Vanité des vanités, disait l'Ecclésiaste. Vanité des vanités, tout est vanité !
Quel profit l'homme retire-t-il de toute la peine qu'il se donne sous le soleil ?
Une génération s'en va, une génération arrive, et la terre subsiste toujours.
Le soleil se lève, le soleil se couche ; il se hâte de retourner à sa place, et de nouveau il se lèvera.
Le vent part vers le midi, il tourne vers le nord ; il tourne et il tourne, et il recommence à tournoyer.
Tous les fleuves vont à la mer, et la mer n'est pas remplie ; dans le sens où vont les fleuves, les fleuves continuent de couler.
Tout discours est fatigant, on ne peut jamais tout dire. L'oeil n'a jamais fini de voir, ni l'oreille d'entendre.
Ce qui a existé, c'est cela qui existera ; ce qui s'est fait, c'est cela qui se fera ; il n'y a rien de nouveau sous le soleil.
Y a-t-il une seule chose dont on dise :« Voilà enfin du nouveau ! »- Non, cela existait déjà dans les siècles passés.
Seulement, il ne reste pas de souvenir d'autrefois ; de même, les événements futurs ne laisseront pas de souvenir après eux." ( )
2 voter Veilleur_de_nuit | Mar 8, 2011 |
aucune critique | ajouter une critique

» Ajouter d'autres auteur(e)s

Nom de l'auteurRôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Stewart, George R.Auteurauteur principaltoutes les éditionsconfirmé
Abbett, BobArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Bacon, C.W.Artiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Brunner, JohnAvant-proposauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Davis, JonathanNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Edwards, LesArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Fournier-Pargoire, JeanneTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Fowke, BobArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Gleeson, TonyArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Herholz, UlfArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Lemos, GregorioTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Paolozzi, EduardoArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Sander, ErnstTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Taylor, Toni L.Illustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Willis, ConnieIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Lieux importants
Évènements importants
Films connexes
Prix et distinctions
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Épigraphe
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Men go and come, but earth abides ECCLESIASTES, I, 4
Dédicace
A Jill

"Les hommes passent, mais la Terre demeure." Ecclésiaste I, 4
Premiers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
. . . and the Government of the United States of America is herewith suspended, except in the District of Columbia, as of the emergency.
Citations
Derniers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Notice de désambigüisation
Directeur de publication
Courtes éloges de critiques
Langue d'origine
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais

Aucun

Fiction. Science Fiction. HTML:

In a glorious new trade paperback complete with an original Introduction written by author Kim Stanley Robinson
First published in 1949 and a winner of the inaugural International Fantasy Award in 1951, Earth Abides went on to become one of the most influential science-fiction novels of the twentieth century. It remains a fresh, provocative story of apocalyptic pandemic, societal collapse, and rebirth.
The cabin had always been a special retreat for Isherwood Williams, a haven from the demands of society. But one day while hiking, Ish was bitten by a rattlesnake, and the solitude he had so desired took on dire new significance. He was sick for days??and often delirious??waking up to find two strangers peering in at him from the cabin door. Yet oddly, instead of offering help, the two ran off as if terrified. Not long after, the coughing began. Ish suffered chills and fever, and a measles-like rash on his skin. He was one of the few people in the world to live through that peculiar malady, but he didn't know it then.
Ish headed home when he finally felt himself again??and noticed the strangeness almost immediately. No cars passed him on the road; the gas station not far from his cabin looked abandoned; and he was shocked to see the body of a man on the roadside near a small town. Without a radio or phone, Ish had no idea of humanity's abrupt demise. He had escaped death, yet could not escape the catastrophe??and with an eerie detachment he found himself curious as to how long it would be before all traces of civilization faded from

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
La quasi totalité de l'humanité a péri. Les rares survivants s'organisent, vivent sur les ressources accumulées puis doivent s'adapter à leur nouvel environnement.
Ish, le "héros", observe et essaye de sauvegarder la culture emmagasinée. Mais les autres survivant préfèrent profiter de leur nouvelle situation, sans se poser de questions quant à leur avenir.
Résumé sous forme de haïku

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (3.92)
0.5
1 11
1.5 4
2 50
2.5 13
3 169
3.5 53
4 302
4.5 42
5 268

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 194,699,203 livres! | Barre supérieure: Toujours visible