AccueilGroupesDiscussionsExplorerTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

The Handmaid's Tale par Margaret Atwood
Chargement...

The Handmaid's Tale (original 1985; édition 1998)

par Margaret Atwood (Auteur)

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneMentions
35,738103348 (4.11)2071
This look at the near future presents the story of Offred, a Handmaid in the Republic of Gilead, once the United States, an oppressive world where women are no longer allowed to read and are valued only as long as they are viable for reproduction.
Membre:janinesherman
Titre:The Handmaid's Tale
Auteurs:Margaret Atwood (Auteur)
Info:Knopf Doubleday Publishing Group (1998), Edition: 1st Anchor Books, 311 pages
Collections:Votre bibliothèque
Évaluation:
Mots-clés:Aucun

Information sur l'oeuvre

La servante écarlate par Margaret Atwood (1985)

  1. 727
    1984 par George Orwell (cflorente, norabelle414, Schwehnchen)
  2. 544
    Fahrenheit 451 par Ray Bradbury (ateolf)
  3. 413
    Le meilleur des mondes. Retour au meilleur des mondes par Aldous Huxley (fannyprice)
  4. 392
    Auprès de moi toujours par Kazuo Ishiguro (readerbabe1984, rosylibrarian, ateolf, browner56)
    browner56: Two chilling, though extremely well written, reminders that liberty, freedom, and self-determination are not idle concepts.
  5. 254
    La Route par Cormac McCarthy (mrstreme)
  6. 160
    Le dernier homme par Margaret Atwood (smiteme)
  7. 161
    Le Meilleur des mondes par Aldous Huxley (Schwehnchen, mcenroeucsb)
  8. 249
    Le Passeur par Lois Lowry (cflorente)
  9. 219
    L'orange mécanique par Anthony Burgess (wosret)
  10. 120
    Herland par Charlotte Perkins Gilman (krazy4katz)
    krazy4katz: An upside down recommendation, as this is an "all-women" utopia rather than a dystopia, but a fun read.
  11. 110
    Écarlate par Hillary Jordan (sparemethecensor)
    sparemethecensor: The Handmaid's Tale is the classic forerunner to dystopic fiction of sexist futures. When She Woke picks up the mantel with a more modern version of a misogynistic theocracy taking over government. Both show terrifying futures for the state of women in society.… (plus d'informations)
  12. 110
    Un monde de femmes par Sheri S. Tepper (lesvrolyk)
  13. 111
    Le Temps du déluge par Margaret Atwood (smiteme)
  14. 101
    Nous autres par Yevgeny Zamyatin (themephi)
  15. 124
    The Red Tent par Anita Diamant (wosret, Kaelkivial)
    Kaelkivial: Both stories of strong women who resist (in one form or another) the system that holds them down. Both books fairly fast paced and gripping; acts of violence and loss scattered throughout.
  16. 157
    V pour Vendetta, l'intégrale par Alan Moore (readerbabe1984)
  17. 92
    L'Unité par Ninni Holmqvist (bookcrushblog)
  18. 92
    Captive par Margaret Atwood (k8_not_kate)
  19. 82
    Les dépossédés par Ursula K. Le Guin (LamontCranston)
  20. 60
    Moi qui n'ai pas connu les hommes par Jacqueline Harpman (wosret)

(voir toutes les recommandations de 66)

1980s (1)
Read (9)
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Actuellement, il n'y a pas de discussions au sujet de ce livre.

» Voir aussi les 2071 mentions

Anglais (985)  Espagnol (12)  Français (7)  Catalan (5)  Néerlandais (4)  Allemand (4)  Suédois (3)  Finnois (3)  Hébreu (1)  Norvégien (1)  Italien (1)  Arabe (1)  Portugais (Brésil) (1)  Danois (1)  Toutes les langues (1,029)
Affichage de 1-5 de 7 (suivant | tout afficher)
J'ai adoré la série télé. J'ai été attirée par le roman pour voir si la série était fidèle: c'est bien le cas!

L'écriture de Margaret Atwood est difficile à décrire: sobre, un peu froide, se limitant à l'essentiel. Cela m'a un peu déroutanté au départ. Toutefois, on s'habitue rapidement à son style et on plonge dans l'histoire, sans toutefois «ressentir» autant l'émotion que durant la série, à mon point de vue.

La série télé va beaucoup plus loin que le roman dans le déroulement de l'action. Le roman se termine abruptement, sans ce qu'on sache vraiment ce qu'il advient de Defred, ce qui peut s'avérer un peu frustrant. ( )
  Mimilly40 | Sep 1, 2020 |
She goes to the sink, runs her hands briefly under the tap, dries them on the dishtowel. The dishtowel is white with blue stripes. Dishtowels are the same as they always were. Sometimes these flashes of normality come at me from the side, like ambushes>. The ordinary, the usual, a reminder, like a kick. I see the dishtowel, out of context, and I catch my breath. For some, in some ways, things haven’t changed that much.
(p. 54, Chapter 8, Part 4, “Waiting room”).

What’s dangerous in the hands of the multitudes, he said, with what may or may not have been irony, is safe enough for those whose motives are …
Beyond reproach, I said.
He nodded gravely. Impossible to tell whether or not he meant it.

(p. 162, Chapter 25, Part 10, “Soul scrolls”).

Il en faut, parfois, des tours et des détours… J’avais entendu parler de ce livre à plusieurs reprises (même si je découvre qu’il date de 1985, je ne le pensais si « vieux » tout de même), mais le sujet était un peu trop glauque. Puis vient l’adaptation Netflix (je ne suis pas abonnée, mais le livre a refleuri sur les tables de toutes les librairies), mais non, la couverture était moche, et ce n’est pas une adaptation en série qui allait guider mes choix littéraires. Puis, on dirait que j’ai vécu dans une caverne ces dernières semaines, mais je le vois à nouveau bien en évidence sur les étagères de la librairie il y a une quinzaine de jours, cette fois avec une belle couverture. Mais je venais de le réserver à la bibliothèque, que faire ?… Hum, je ne suis pas très fière de moi, mais, ne voulant pas attendre alors que je partais bientôt pour quelques jours de vacances, je me suis dit que je devrais le lire en anglais ! Quelle bonne idée, il fallait donc que je l’achète ! Et pour me donner raison, la librairie en avait bien un stock en anglais, et avec une couverture pas mal du tout aussi. Donc me voilà partie, avec mon livre en anglais sous le bras. Et je n’ai pas été longue à le commencer, et même à le finir.
Mais maintenant, comment écrire cette note de lecture ? Il y a tant de choses qui ont déjà été dites et écrites, tant d’analyses et de réflexions. Et puis j’ai aimé, comme la plupart des lecteurs, alors quelle pierre apporter à un édifice de louanges déjà si bien construit ?

J’ai toujours été intriguée par l’histoire de Rebecca et sa servante, dans la Genèse, trouvant malsain cette façon de faire. Ce n’est pas de l’adoption, c’est prétendre qu’un enfant est né de soi quand il ne l’est pas. Margaret Atwood, qui pousse la logique de cet épisode à son paroxysme, érige l’infertilité en norme et la fertilité en exception. Cela couplé à un régime qui a évolué vers une sorte de dictature religieuse, et l’on se retrouve dans une société de caste, où le rôle des femmes est redéfini autour de ses attributs archaïques usuels : la reproduction, le foyer et la cuisine. Et l’on a : le rouge, le vert et le bleu, ou le rayé pour les plus pauvres… Et ce qui est dérangeant (je dis « ce qui … », comme s’il n’y avait qu’une chose de dérangeante…), c’est qu’à plusieurs reprises, Margaret Atwood présente cela comme une sorte de suite logique des luttes féministes, au moins de certaines luttes, de certaines féministes. Et c’est là que cela fait froid dans le dos. La femme garante de la cohésion du foyer, la trilogie de la nourriture, du ménage et de l’enfantement, c’est effectivement une image qui parle à certaines femmes, c’est effectivement ce qu’elles veulent. Que l’on s’entende bien, qu’elles le veuillent pour elle-même, cela ne me pose aucun problème, je peux même concevoir que ce soit un idéal de vie, une façon tout à fait satisfaisante de rendre sa vie utile, ou digne d’être vécue. Cela me pose problème lorsque cette vision commence à s’imposer à toute et à définir la féminité. Et c’est ce que l’on a ici, une définition extrêmement stricte et précise de ce qu’est être une femme, imposée par des hommes, ou des femmes, on ne le saura pas. Car Margaret Atwood ne s’intéresse que très peu à comment on en est arrivé là, en si peu de temps même. Ce n’est pas le processus qui l’intéresse, c’est l’état auquel il aboutit et, surtout, comment on peut vivre dans ce nouveau monde, ce nouvel équilibre.

Et c’est là qu’il faut que je commence à parler du personnage principal, la narratrice, qui s’est vue attribuée la fameuse robe rouge, celle de la fonction reproductrice. Et l’on voit ce que les autres femmes pensent d’elle, ce que les hommes pensent d’elle, mais aussi ce qu’elle pense d’elle-même. Quelques éléments sur le lavage de cerveau qu’elle a subi, et qui n’a manifestement pas fonctionné, juste de quoi nous mettre dans le bain, d’installer l’atmosphère pesante. Et nous partageons quelques jours de la vie de notre narratrice, Offred. Des jours vides. Tout est vide : la chambre, le jour, la nuit, les relations avec autrui. Il y a bien sûr quelques événements pour remonter le moral, une naissance par exemple (à condition que l’enfant survive, qu’il soit bien conformé, ça ce n’est pas garanti…), ou bien une rédemption (rien de tel qu’une petite exécution publique pour affermir sa foi, n’est-ce pas ?...).
Ces événements donnent de la substance au livre, permettent d’explorer une société complètement vérouillée, où tout est cérémonial et policé à l’extrême. Mais la vraie substance du livre est dans le rien, dans le vide. Le rien de cette chambre où tout est enlevé pour éviter toute tentation, et on comprend très vite de quelle tentation il peut être question. Le rien d’une vision sur le monde qui ne se fait qu’à travers les ailettes blanches d’une coiffe faite pour protéger et qui enferme. Le rien de conversations qui n’existent pas, ou tellement hâchées qu’elles n’ont plus que la signification qu’on veut bien leur donner.
Un monde tellement vide que la moindre intonation de voix, le moindre regard, le moindre mot peut donner lieu à des heures d’exégèse. Parce qu’il faut bien les remplir ces heures vides, et ce n’est qu’en exploitant chaque plus rien que cela devient supportable. Chaque petite fissure dans le mur peut remplir la contemplation d’une après-midi ; un mot sur un coussin est une lecture pour des heures entières ; une phrase dite au détour d’une conversation qui n’en est pas une peut vouloir dire dissidence débutante, ou peut-être obéissance aveugle, ou bien tout simplement que l’on invente tout à force de tourner et retourner les choses dans sa tête.

C’est un livre de plusieurs centaines de pages dans lequel il ne se passe pas grand-chose, presque rien en fait. Et pourtant, je n’ai pas pu m’en détacher. Cette femme, Offred, avec son mélange de courage et de résignation, sa façon de toujours réussir à garder la tête hors de l’eau et de courber le dos pour éviter de se faire remarquer, avec ses souvenirs et ses espoirs qu’elle sait vains. Cette femme a beaucoup à nous apprendre sur ce que peut être le fait de vivre dans un monde rigide, où rien n’est un choix, jamais vraiment.
Il y a de toutes les religions ici. Du chrétien bien sûr, mais on ne peut s’empêcher de penser à l’islam, au bouddhisme même avec les « soul scrolls ». J’ai beaucoup lu ces derniers temps que lire La Servante écarlate maintenant était bien différent par rapport à le lire au moment de sa sortie. C’était alors une dystopie qui faisait froid dans le dos, alors que ce serait maintenant la description d’un futur pas si hypothétique que cela. Je ne sais trop quoi en penser. Je sais bien que le féminisme n’est plus ce qu’il était, que certains droits, notamment les droits des femmes, semblent parfois bien chancelants. Je sais aussi que les religions semblent reprendre du poil de la bête, regagnant une légitimité auto-proclamée à se mêler de la vie publique. Alors je ne sais pas en quoi ce livre est aujourd’hui plus proche de la réalité qu’il l’était il y a trente ans, mais c’est un livre qui parle, en tout cas qui m’a parlé. Il m’a parlé parce que je me suis sentie proche de cette femme, Offred, qui coupe les cheveux en quatre parce qu’elle ne peut rien faire d’autre, qui oscille entre sens de la conservation et envie de rébellion, même si ce n’est qu’une rébellion toute interne. Il m’a parlé parce que oui, il fait réfléchir sur nos choix politiques en tant que société, et comment nos comportements individuels ou notre absence de comportement peut amener à une situation dans laquelle si peu de personnes se reconnaissent finalement.

Et pour finir l’histoire, juste après l’avoir lu en anglais, je suis retournée dans une librairie, pour acheter le livre en français. Je voulais voir à quoi ressemblait la traduction, ou du moins c’est l’excuse que je me suis donnée pour ce nouvel achat de livre. Et j’ai vu qu’Offred était devenue Defred, et les « soul scrolls » des parchemins de l’âme. C’est toujours amusant de voir comment des nouveaux mots et des concepts nouveaux sont traduits en français. Bien sûr, j’avais d’autres images dans la tête, mais j’ai bien aimé les traductions proposées par Sylviane Rué, malgré la façon dont le titre a été drastiquement changé. Je me retrouve donc maintenant avec deux exemplaires de ce livre, et je viens aussi de comprendre pourquoi ce livre fait à nouveau la une des librairies : la suite est parue. J’avais bien dit que j’avais dû vivre dans une caverne ces dernières semaines… J’attendrais un peu que la poussière retombe avant de lire cette suite, je passerai ainsi du rouge au vert, mais cela attendra un peu, que je puisse continuer à penser un peu à Offred, et à ce qu’elle fut, ce qu’elle est, ce qu’elle pourra être, et ce qu’elle nous dit sur ce que nous sommes et ce que nous pourrions être. Homme, femme, et société.
1 voter raton-liseur | Nov 6, 2019 |
Defred nous décrit sa vie de servante dans la République de Gilead, qui était autrefois les États-Unis. Cette République a supprimé les droits aux femmes et les divise en classes, selon si elles sont aptes à procréer ou non. Les femmes fertiles deviennent la propriété des hommes et leur machine à procréation. Defred est l’une de ces femmes et elle nous emmène avec elle dans un voyage brutal et menaçant, où la liberté n’existe pas. On ressent ses tristesses, ses joies succinctes et on vit des expériences terribles à travers elle. Un livre coup de poing mélangeant science-fiction et dystopie.
  marjorie-anne6344a18 | Dec 12, 2018 |
Fait partie de ces dystopies dont on pressent qu'elles pourraient se réaliser ( )
  Domdupuis | Jun 19, 2018 |
Dans la catégorie des utopies totalitaires, la servante écarlate de margaret Atwood tient bien son rang. Le livre est une construction possible du futur dans une république imaginaire tenue par des fondamentalistes religieux dans le nord-est États-Unis. L’auteur prend en exemple le fondamentaliste chrétien mais c’est une facilité de langage liée à du “politiquement correct”. L’auteur a sans doute été en contact avec des représentants de la “bible belt” fondamentaliste protestante mais si on parle de théocratie mêlée à des régimes politiques autoritaires avec un contrôle étroit des femmes enveloppées dans des voiles, je doute que ce soit de ce côté qu’il faille regarder. Disons que l’hypothèse de Mme Atwood a valeur d’exemple et que ses idées s’appliquent à tout régime qui met en œuvre des idées voulant avoir réponse à tout, à proprement parler un totalitarisme. Dans la république de Giléad, fondée après une série de guerres et de pollution ayant réduit drastiquement le nombre des habitants et la fertilité des survivants, les femmes en âge de procréer sont devenues des vases sacrées intouchables et surtout, n’ayant plus aucune marge de manœuvre pour gérer leur vie. Elles vont de “commandants” en “commandants” avec la seule mission d’être fécondées. Defred, qui raconte son récit à la première personne, est une de ces femmes que l’on nomme “servante écarlate”. Ce récit, pour la fiction de l’histoire, est présenté en fin de volume comme un récit venant du passé dont on ne sait s’il peut être qualifié d’authentique ou non, ce qui donne au récit de Mme Atwood un côté sombre le rapprochant de la lumière noire d’ouvrages antérieurs tout aussi sombre comme “1984” et “Le meilleur des mondes”.

Le style de Margaret Atwood est assez impersonnel et peu fluide à mes yeux. Comme je ne connais pas d’autres ouvrages de cet auteur, il ne m’est pas possible de dire si cette impression est un effet de style attaché au récit mit entre les mains de Defred ou un trait profond de l’auteur que l’on retrouve par ailleurs. ( )
  Veilleur_de_nuit | Apr 8, 2012 |
Affichage de 1-5 de 7 (suivant | tout afficher)

» Ajouter d'autres auteur(e)s (38 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Atwood, Margaretauteur(e) principal(e)toutes les éditionsconfirmé
Balbusso, AnnaIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Balbusso, ElenaIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Boyd, FlorenceArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Danes, ClaireNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
David, JoannaNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Marcellino, FredArtiste de la couvertureauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Moss, ElisabethNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Pennati, CamilloTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Lieux importants
Évènements importants
Films connexes
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Prix et distinctions
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Épigraphe
Rachel, voyant qu'elle-même ne donnait pas d'enfants à Jacob, devint jalouse de sa sœur et elle dit à Jacob : « Fais-moi avoir aussi des fils, ou je meurs. »

Jacob s'emporta contre Rachel, et dit : « Est-ce que je tiens la place de Dieu, qui t'a refusé la maternité ? »

Elle reprit : « Voici ma servante Bilha.Va vers elle et qu'elle enfante sur mes genoux : par elle j'aurai moi aussi des fils. »
Genèse, 30 : 1-3
Quant à moi, m'étant inutilement fatigué pendant plusieurs années en donnant des avis frivoles, vains et visionnaires, et désespérant à la fin d'y pouvoir réussir, heureusement j'ai conçu ce projet...
Jonathan Swift, Une modeste proposition
Il n'y a pas de panneau dans le désert qui dise : Tu ne mangeras point de pierres.
Proverbe soufi
Dédicace
Pour Mary Webster et Perry Miller
Premiers mots
Nous dormions dans ce qui fut autrefois le gymnase.
Citations
As all historians know, the past is a great darkness, and filled with echoes. Voices may reach us from it; but what they say to us is imbued with the obscurity of the matrix out of which they come; and, try as we may, we cannot always decipher them precisely in the clearer light of our own day.
Time has not stood still. It has washed over me, washed me away, as if I’m nothing more than a woman of sand, left by a careless child too near the water.
The shell of the egg is smooth but also grained; small pebbles of calcium are defined by the sunlight, like craters on the moon. It's a barren landscape, yet perfect; it's the sort of desert the saints went into, so their minds would not be distracted by profusions. I think that this is what God must look like: an egg. The life of the moon may not be on the surface, but inside.
But remember that forgiveness too is a power. To beg for it is a power, and to withold or bestow it is a power, perhaps the greatest. Maybe none of this is about control...Maybe it's about who can do what to whom and be forgiven for it. Never tell me it amounts to the same thing.
There is more than one kind of freedom, said Aunt Lydia, freedom to and freedom from. In the days of anarchy, it was freedom to. Now you are being given freedom from. Don't underrate it.
Derniers mots
Notice de désambigüisation
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
The Reading Guide Edition is the substantial equivalent the main Handmaid's Tale work, with a few additional pages of questions for groups to consider at the back. Please therefore leave these works combined together. Thank you
Directeur(-trice)(s) de publication
Courtes éloges de critiques
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Langue d'origine
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais (4)

This look at the near future presents the story of Offred, a Handmaid in the Republic of Gilead, once the United States, an oppressive world where women are no longer allowed to read and are valued only as long as they are viable for reproduction.

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (4.11)
0.5 18
1 138
1.5 17
2 397
2.5 94
3 1456
3.5 414
4 3848
4.5 558
5 4014

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 164,458,965 livres! | Barre supérieure: Toujours visible