AccueilGroupesDiscussionsExplorerTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.
Hide this

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

Absalon, Absalon! (1936)

par William Faulkner

Autres auteurs: Voir la section autres auteur(e)s.

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneMentions
7,0041001,116 (4.13)353
The story of Thomas Sutpen, an enigmatic stranger who came to Jefferson in the early 1830s to wrest his mansion out of the muddy bottoms of the north Mississippi wilderness. He was a man, Faulkner said, "who wanted sons and the sons destroyed him."
  1. 50
    Le Bruit et la Fureur par William Faulkner (LKAYC)
  2. 10
    Le dieu des petits riens par Arundhati Roy (ateolf)
  3. 10
    Lyric of the Circle Heart: The Bowman Family Trilogy (American Literature Series) par William Eastlake (alaskayo)
    alaskayo: Set in Navajo country, Eastlake's western trilogy shares a lot with Faulkner's mythopoeic Yoknapatawpha. With a taste of Kesey's lunacy. It's good, real friggin'good.
  4. 03
    Les cerfs-volants de Kaboul par Khaled Hosseini (WSB7)
    WSB7: Contrasting tragedies of brothers "bonding" with unknown half-brothers.
  5. 25
    Moby Dick par Herman Melville (ateolf)
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

Actuellement, il n'y a pas de discussions au sujet de ce livre.

» Voir aussi les 353 mentions

Affichage de 1-5 de 6 (suivant | tout afficher)
> Un grand roman
Par Nicolas (Le blog de Menon), le 3 octobre 2019 (Sur Amazon.fr) 5/5 … ; (en ligne),
URL : https://www.amazon.fr/gp/customer-reviews/R160BNOWMAHFNV?ref=pf_vv_at_pdctrvw_sr...

> Pouillon Jean. À propos d'Absalon, Absalon !. [article]
In: L'Homme, 1997, tome 37 n°143. Histoire d'homme Jean Pouillon. pp. 133-140. … ; (en ligne),
URL : https://www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1997_num_37_143_370306

> La Cause Littéraire : https://www.lacauselitteraire.fr/absalon-absalon-william-faulkner-par-leon-marc-...
  Joop-le-philosophe | Mar 15, 2021 |
Du grand art! Il faut s'accrocher à la lecture mais cela en vaut la peine... Parmi les meilleurs romans que j'ai lus jusqu'ici. ( )
  Bur | Aug 30, 2015 |
Roman complexe, fulgurant et splendide qui laisse pantelant (le souffle de la narration généré par la ponctuation y est pour quelque chose). L'inventivité de la langue, la singularité de la narration polyphonique de Faulkner fonctionnent à plein. Le point de vue est sans cesse bousculé et mis en doute. "Si j'y avais été, je n'aurais pas pu le voir aussi nettement" est une phrase qui rend bien compte à elle seule de la fabrication de l'histoire à partir de la matière dont les protagonistes disposent. A la fois déclaration de haine et d'amour au sud, il s'agit d'une œuvre magistrale qui doit se lire si possible sur un temps très resserré pour en ressentir tous les effets. Excellente traduction de René-Noël Rimbault. ( )
  biche1968 | May 8, 2014 |
Faulkner, vainqueur par forfait… Je jette l’éponge. Ca n’arrive pas souvent, je crois que c’est la première fois, adulte, que j’abandonne vraiment une lecture. Peut-être que je m’y remettrais un jour mais je ne vois pas ce qui pourrait me motiver.

Absalon, absalon a été écrit en 1936 par l’américain William Faulkner qui a été nobélisé en 1949 pour son œuvre. Ce roman relate la création et l’histoire d’une famille du Mississippi à la fin du XIXème siècle à l’époque de la guerre de Sécession : Thomas Sutpen, inconnu dans le village, se pointe avec esclaves et architecte pour y construire une immense plantation. Quelques années plus tard, il épouse Ellen Coldfield la fille du « Oleson du coin » qui lui donnera deux enfants, une fille Judith et un garçon Henry. La guerre de sécession pointe le bout de son nez, ravage la région et ses habitants. Les hommes de la maison survivent mais une fois la guerre finie, Henry tue le fiancé de Judith, le reste meurt dans des circonstances qui ne sont révélées que dans la partie du bouquin que je n’ai pas lue (ce que je viens de raconter est révélé dans l’introduction du livre).

Sur le papier, tout semble véritablement intéressant : une tragédie orchestrée sur un fond d’Amérique sudiste dévastée et traumatisée. D’autant moins que ce roman a été écrit par un sudiste lui-même à une époque où le racisme était encore viscéralement ancré dans les mœurs. Ce n’est pas vraiment la petite maison dans la prairie.

Le problème c’est le style : lourdingue à mort. Les phrases ponctuées de points-virgules font en moyenne une demie-page, hachées et alambiquées au point qu’arrivé à la fin, on a oublié le début. C’est pire que du Proust : non seulement on se perd dans le récit à force de digressions mais en plus on se perd à même les phrases. Le récit de la page précédente tient du souvenir de la petite enfance, quand on lit ce bouquin, on a l’impression d’avoir une mémoire de poisson rouge et on progresse dans le récit avec des souvenirs parcellaires de ce qu’on vient de s’enquiller et avec la désagréable impression que Faulkner radote. Arrivé à la moitié du bouquin, je suis arrivé tant bien que mal à comprendre ce qu’il a voulu dire dès le premier chapitre (le pitch plus haut).

Faut pas déconner, j’ai autre chose à faire. ( )
  Chassegnouf | Jan 4, 2014 |
Terminant à peine Absalon, Absalon !, je tiens à signaler ici qu'il existe peu de livres aussi aboutis, aussi maîtrisés et aussi profonds que celui-ci. Lecture ardue parce que vertigineuse, narration éclatée, poussée dans ses retranchements, quête morale impitoyable prenant pour ample toile de fond le Sud sec, âpre, bourru et la guerre de Sécession comme une allégorie de la Tragédie Humaine et des gouffres de la Civilisation. Le travail sur la phrase, distendue, étirée, lyrique, est également saisissant. Les mots "chef-d'oeuvre" et "monument" ne sont pas galvaudés à son propos. Un livre indispensable dont la puissance d'irradiation devrait perdurer avec le temps = classique. ( )
  R2F | Aug 15, 2013 |
Affichage de 1-5 de 6 (suivant | tout afficher)
A poll of well over a hundred writers and critics, taken a few years back by Oxford American magazine, named William Faulkner’s “Absalom, Absalom!” the “greatest Southern novel ever written,” by a decisive margin
 

» Ajouter d'autres auteur(e)s (28 possibles)

Nom de l'auteur(e)RôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Faulkner, Williamauteur(e) principal(e)toutes les éditionsconfirmé
Gardner, GroverNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Kandinsky, WolframNarrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Lieux importants
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Évènements importants
Films connexes
Prix et distinctions
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Épigraphe
Dédicace
Premiers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
From a little after two oclock until almost sundown of the long still hot weary dead September afternoon they sat in what Miss Coldfield still called the office because her father had called it that—a dim hot airless room with the blinds all closed and fastened for forty-three summers because when she was a girl someone had believed that light and moving air carried heat and that dark was always cooler, and which (as the sun shone fuller and fuller on that side of the house) became latticed with yellow slashes full of dust motes which Quentin thought of as being flecks of the dead old dried paint itself blown inward from the scaling blinds as wind might have blown them.
Citations
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
"Why do you hate the South?"
Derniers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Notice de désambigüisation
Directeur(-trice)(s) de publication
Courtes éloges de critiques
Langue d'origine
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais

Aucun

The story of Thomas Sutpen, an enigmatic stranger who came to Jefferson in the early 1830s to wrest his mansion out of the muddy bottoms of the north Mississippi wilderness. He was a man, Faulkner said, "who wanted sons and the sons destroyed him."

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Bibliothèque historique: William Faulkner

William Faulkner a une bibliothèque historique. Les bibliothèques historiques sont les bibliothèques personnelles de lecteurs connus, qu'ont entrées des utilisateurs de LibraryThing inscrits au groupe Bibliothèques historiques [en anglais].

Afficher le profil historique de William Faulkner.

Voir la page d'auteur(e) de William Faulkner.

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (4.13)
0.5 2
1 31
1.5 3
2 41
2.5 6
3 153
3.5 39
4 285
4.5 47
5 484

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 173,828,651 livres! | Barre supérieure: Toujours visible