AccueilGroupesDiscussionsPlusTendances
Site de recherche
Ce site utilise des cookies pour fournir nos services, optimiser les performances, pour les analyses, et (si vous n'êtes pas connecté) pour les publicités. En utilisant Librarything, vous reconnaissez avoir lu et compris nos conditions générales d'utilisation et de services. Votre utilisation du site et de ses services vaut acceptation de ces conditions et termes.

Résultats trouvés sur Google Books

Cliquer sur une vignette pour aller sur Google Books.

Chargement...

Le Roi Lear

par William Shakespeare, Bristol Walker

Autres auteurs: Voir la section autres auteur(e)s.

MembresCritiquesPopularitéÉvaluation moyenneDiscussions / Mentions
15,236147364 (4.06)1 / 597
Extrait : ""KENT : Je croyais le roi plus favorable au duc d'Albany qu'au duc de Cornouailles. GLOUCESTER : C'est ce qui nous avait toujours semble ; mais a pre sent, dans le partage du royaume, rien n'indique lequel des ducs il appre cie le plus, car les portions se balancent si e galement que le scrupule me me ne saurait faire un choix entre l'une et l'autre. KENT montrant Edmond : N'est-ce pas la votre fils, milord ?""… (plus d'informations)
  1. 90
    Antigone / Oedipus Rex / Oedipus at Colonus par Sophocles (allenmichie)
  2. 102
    L'Exploitation par Jane Smiley (browner56)
    browner56: The original and a modern retelling of a powerful story involving some very strong women
  3. 20
    Hamlet par William Shakespeare (kara.shamy)
  4. 32
    Titus Andronicus par William Shakespeare (chrisharpe)
  5. 10
    Macbeth par William Shakespeare (kara.shamy)
  6. 04
    Now, Voyager [1942 film] par Irving Rapper (lucyknows)
    lucyknows: King Lear could be successfully paired with the film adaptation of Now Voyager by Irving Rapper
Read (39)
AP Lit (129)
Chargement...

Inscrivez-vous à LibraryThing pour découvrir si vous aimerez ce livre

» Voir aussi les 597 mentions

Anglais (135)  Français (3)  Slovaque (1)  Finnois (1)  Catalan (1)  Portugais (1)  Néerlandais (1)  Suédois (1)  Russe (1)  Toutes les langues (145)
3 sur 3
Edmond – C’est bien là l’excellente fatuité des hommes. Quand notre fortune est malade, souvent par suite des excès de notre propre conduite, nous faisons responsables de nos désastres le soleil, la lune et les étoiles : comme si nous étions scélérats par nécessité, imbéciles par compulsion céleste, fourbes, voleurs et traîtres par la prédominance des sphères, ivrognes, menteurs et adultères par obéissance forcée à l’influence planétaire, et coupables en tout par violence divine ! Admirable subterfuge de l’homme putassier : mettre ses instincts de bouc à la charge des étoiles !
(p. 147-148, Actes I, scène 2).

Lear – (…) Non !… Stryges dénaturées, je veux tirer de vous deux une telle vengeance que le monde entier… Je veux faire des choses… Ce qu’elles seront, je ne le sais pas encore ; mais elles feront l’épouvante de la terre. (...)
(p. 181, Acte II, scène 4).

Lear – Hurlez, hurlez, hurlez, hurlez !… Oh ! vous êtes des hommes de pierre ; si j’avais vos voix et vos yeux, je m’en servirais à faire craquer la voûte des cieux...Oh ! elle est partie pour toujours !… Je sais quand on est mort et quand on est vivant : elle est morte comme l’argile… Prêtez-moi un miroir ; si son haleine en obscurcit ou en ternit la glace, eh bien ! c’est qu’elle vit.
(p. 237-238, Acte V, scène 3).


J’ai lu cette pièce juste avant d’aller la voir jouer par la troupe de la Comédie Française dans la mise en scène de Thomas Ostermeier. Je me suis dit que j’allais attendre de voir la pièce pour écrire une note de lecture plus riche, mais maintenant que je l’ai vue, j’ai du mal à faire la part de ce que je pense de la pièce et de la mise en scène et cette note s’avère plus difficile à écrire que prévu. Je me lance tout de même…
Il semble que cette pièce divise les amateurs de théâtre, certains en faisant un des chefs d’œuvre de Shakespeare, d’autres la considérant comme une œuvre mineure, voire ratée. Je suis très probablement dans le premier groupe. En effet, la lecture de cette pièce m’a happée, les personnages ne m’ont pas quitté, ni pendant le temps qu’a duré ma lecture ni depuis que je l’ai vue jouer il y a quelques jours. Le trio formé par le roi Lear et ses deux filles aînées, Goneril et Régane, est voué à la catastrophe, on le sait d’entrée. Mais voir les forces qui conduisent à cette catastrophe se mettre peu à peu en place et l’étau se resserrer sur les personnages est glaçant et fascinant. A un moment, un des personnages, Gloucester je crois, dit que « Ce que les mouches sont pour des enfants espiègles, nous le sommes pour les dieux : il nous tuent pour leur plaisir. » (Acte IV, scène 1), mais ici ce n’est pas vrai : les personnages sont bien eux-mêmes les artisans de leur propre perte. Les raisons en sont multiples, et celles que j’ai vues à la lecture diffèrent de celles que Thomas Ostermeier a mis en avant dans sa mise en scène. On peut citer pêle-mêle la difficulté de se voir vieillir, les appétits de la jeunesse, la jalousie, le pouvoir, l’amour. Ostermeier met peut-être aussi en scène une sorte de fatalisme, mais qui est plus le fait d’une société patriarcale aux codes bien établis et, même si Goneril et Régane veulent exercer le pouvoir différemment, dès qu’elles sont confrontées à des difficultés, elles ne savent réagir qu’en fonction des codes qu’elles connaissent, elles n’ont pas encore la liberté nécessaire pour inventer cette autre forme de pouvoir qu’elles appellent peut-être de leurs vœux (bon, pour être honnête, cette analyse n’est pas de moi, c’est une des comédiennes qui en parlait, bien mieux que moi d’ailleurs, dans le petit documentaire qui nous était présenté avant la représentation).
Finalement, Le Roi Lear peut apparaître comme une pièce assez simple, mais elle me semble plus complexe que le premier abord peut le laisser croire, et elle se révèle finalement riche d’interprétations multiples qui se complètent plus qu’elles ne se contredisent. Et autour de ce trio très sombre, gravitent des personnages qui assombrissent encore la pièce, avec Edmond notamment, caractère détestable et faux mais ressort indispensable de l’intrigue, et d’autres qui l’égayent un peu, comme le Fou qui dit des choses graves avec détachement et Kent, qui est capable de débiter des chapelets d’injures à côté desquels le capitaine Haddock n’est qu’un enfant de chœur.
Je ne sais pas pourquoi il est si facile de lire Shakespeare, mais voilà qu’encore une fois j’y prends un immense plaisir, en même temps que j’ai été captivée, que, moi qui ne suis ni dans l’âge tendre des filles de Lear et dans la décadence du Roi, je me suis identifiée tour à tour à chacun des personnages, outragée comme Lear qui perd son rang de son propre fait mais qui ne peut en supporter les conséquences, comme Goneril et Régane qui tentent d’imposer leur marque et leur pouvoir tout neuf, qui sont courtisanes quand il le faut, mais filles de leur père aussi, et qui tiraillées entre leurs devoirs divers et contradictoires, comme Goneril aussi lorsqu’elle se fait insulter par son père de la plus horrible des manières (quelle tirade que celle-là!), comme Cordélia aussi peut-être, trop fière pour dire des paroles sur commande et qui, du haut de sa fraîche jeunesse refuse les compromis. Entrée dans cette pièce sans beaucoup en savoir, j’en suis sortie secouée, et pleine des richesses d’une lecture (et d’une représentation théâtrale) magnifique.
  raton-liseur | Feb 15, 2023 |
Je n'avais jamais lu une pièce de Wiliam Shakespeare et pour une première, je n'ai pas été déçu du résultat. Je doute un peu que ce soit la plus facile car l'écriture du dramaturge n'est pas facile à suivre, quelque soit la qualité de la traduction, sur laquelle je ne peux me prononcer mais qui est un défi en soi. Lear est un roi qui s'est mis dans une position facilitant la folie. Il est très fragile, au point de partager son royaume contre la promesse d'amour de ses filles. On voit quel poids à l'amour filial face à des intérêts de pouvoir colossaux, maniés par Goneril et Régane, ses deux premières filles. Cordelia, la bannie pour avoir été trop franche est celle qui cause la folie du père, inconsciemment. Les intrigues sont nombreuses dans cette pièce qu'il faut prendre le temps de lire et de macérer et d'imaginer, visualiser, la mise en scène, ce qui n'est pas chose aisée à la première lecture. Pour autant, j'ai été séduit par les fulgurances poétiques de Shakespeare, l'usage de cette langue que l'on ne peut entendre qu'au théâtre et qui permet d'exprimer violemment les passions. Pour cela, ce texte est à lire (à Lear ?). ( )
  Veilleur_de_nuit | Mar 2, 2016 |
Un roi vieillissant, dénommé Lear, cherche un successeur après avoir abdiqué son pouvoir. Mais voilà qu'un affrontement de clans s'ensuit. Ce roi se retrouve trahi par ses deux filles, qui l'entraînent dans monde où l'hystérie et le sang sont monnaies courantes. ( )
  vdb | Aug 15, 2010 |
3 sur 3
aucune critique | ajouter une critique

» Ajouter d'autres auteur(e)s (89 possibles)

Nom de l'auteurRôleType d'auteurŒuvre ?Statut
Shakespeare, Williamauteur principaltoutes les éditionsconfirmé
Bristol Walkerauteur principaltoutes les éditionsconfirmé
Bald, R. C.Directeur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Baudissin, Wolf Heinrich GrafTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Beck, Jack WolfgangIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Brissaud, PierreIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Brooke, C. F. TuckerDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Brooke, TuckerDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Buck, Philo M.Directeur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Eccles, MarkDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Fergusson, FrancisDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Foakes, R. A.Directeur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Günther, FrankTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Gollancz, IsraelPréfaceauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Hallqvist, Britt G.Traducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Harbage, AlfredDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Harrison, G. B.Directeur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Jylhä, YrjöTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Kellogg, BrainerdDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Kittredge, George LymanDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Lamar, Virginia A.Directeur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Mowat, Barbara A.Directeur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Muir, KennethDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Noguchi, IsamuIllustrateurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Orgel, StephenDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Radspieler, HansDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Ribner, IrvingDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Ridley, M. R.Directeur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Rolfe, William J.Directeur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Ryan, KiernanDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Verity, A. W.Directeur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Weis, RenéDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Werstine, PaulDirecteur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Wieland, Christoph MartinTraducteurauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Wolfit, DonaldIntroductionauteur secondairequelques éditionsconfirmé
Wright, Louis B.Directeur de publicationauteur secondairequelques éditionsconfirmé

Est contenu dans

Fait l'objet d'une ré-écriture dans

Est une adaptation de

Fait l'objet d'une adaptation dans

Est parodié dans

A été inspiré par

A inspiré

Possède un guide de référence avec

Contient une étude de

Contient un supplément

Contient un commentaire de texte de

Contient un guide de lecture pour étudiant

Vous devez vous identifier pour modifier le Partage des connaissances.
Pour plus d'aide, voir la page Aide sur le Partage des connaissances [en anglais].
Titre canonique
Titre original
Titres alternatifs
Date de première publication
Personnes ou personnages
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Lieux importants
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Évènements importants
Films connexes
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Épigraphe
Dédicace
Premiers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
I thought the king had more affected the Duke of Albany than Cornwall.
Citations
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Although the last, not least.
Nothing will come of nothing.
How sharper than a serpent's tooth it is

To have a thankless child!
Oh, that way madness lies; let me shun that.
The worst is not

So long as we can say, "This is the worst."
Derniers mots
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
(Cliquez pour voir. Attention : peut vendre la mèche.)
Notice de désambigüisation
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
This entry is for the complete King Lear only. Do not combine it with abridgements, simplified adaptations or modernizations, Cliffs Notes or similar, or videorecordings of performances, and please separate any that are here.

It should go without saying that this work should also not be combined with any other plays or combinations of plays, or any of its many adaptations (audio, video, reworking, etc.).
Directeur de publication
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
Courtes éloges de critiques
Langue d'origine
Informations provenant du Partage des connaissances anglais. Modifiez pour passer à votre langue.
DDC/MDS canonique
LCC canonique

Références à cette œuvre sur des ressources externes.

Wikipédia en anglais (2)

Extrait : ""KENT : Je croyais le roi plus favorable au duc d'Albany qu'au duc de Cornouailles. GLOUCESTER : C'est ce qui nous avait toujours semble ; mais a pre sent, dans le partage du royaume, rien n'indique lequel des ducs il appre cie le plus, car les portions se balancent si e galement que le scrupule me me ne saurait faire un choix entre l'une et l'autre. KENT montrant Edmond : N'est-ce pas la votre fils, milord ?""

Aucune description trouvée dans une bibliothèque

Description du livre
Résumé sous forme de haïku

Discussion en cours

Aucun

Couvertures populaires

Vos raccourcis

Évaluation

Moyenne: (4.06)
0.5
1 23
1.5 5
2 107
2.5 26
3 494
3.5 61
4 720
4.5 88
5 958

Est-ce vous ?

Devenez un(e) auteur LibraryThing.

 

À propos | Contact | LibraryThing.com | Respect de la vie privée et règles d'utilisation | Aide/FAQ | Blog | Boutique | APIs | TinyCat | Bibliothèques historiques | Critiques en avant-première | Partage des connaissances | 208,416,592 livres! | Barre supérieure: Toujours visible