Photo de l'auteur

Louise Erdrich

Auteur de Dans le silence du vent

70+ oeuvres 38,093 utilisateurs 1,321 critiques 130 Favoris

A propos de l'auteur

Karen Louise Erdrich was born on June 7, 1954 in Little Falls, Minnesota. Erdrich grew up in Wahpeton, North Dakota, where both of her parents were employed by the Bureau of Indian Affairs. She is a member of the Turtle Mountain Band of Chippewa. Erdrich graduated from Dartmouth College in 1976 afficher plus with an AB degree, and she received a Master of Arts in creative writing from Johns Hopkins University in 1979. Erdrich published a number of poems and short stories from 1978 to 1982. In 1981 she married author and anthropologist Michael Dorris, and together they published The World's Greatest Fisherman, which won the Nelson Algren Award in 1982. In 1984 she won the National Book Critics Circle Award for Love Medicine, which is an expansion of a story that she had co-written with Dorris. Love Medicine was also awarded the Virginia McCormick Scully Prize (1984), the Sue Kaufman Prize (1985) and the Los Angeles Times Award for best novel (1985). In addition to her prose, Erdrich has written several volumes of poetry, a textbook, children's books, and short stories and essays for popular magazines. She has been the recipient of numerous awards for professional excellence, including the National Magazine Fiction Award in 1983 and a first-prize O. Henry Award in 1987. Erdrich has also received the Pushcart Prize in Poetry, the Western Literacy Association Award, the 1999 World Fantasy Award, and the Scott O'Dell Award for Historical Fiction in 2006. In 2007 she refused to accept an honorary doctorate from the University of North Dakota in protest of its use of the "Fighting Sioux" name and logo. Erdrich's novel The Round House made the New York Times bestseller list in 2013. Her other New York Times bestsellers include Future Home of the Living God (2017). (Bowker Author Biography) afficher moins

Séries

Œuvres de Louise Erdrich

Dans le silence du vent (2012) 3,959 exemplaires
Love Medicine (1984) 3,946 exemplaires
Omakayas (1999) 2,693 exemplaires
La Chorale des maîtres bouchers (2003) 2,445 exemplaires
Tracks (1988) 2,202 exemplaires
La malédiction des colombes (2008) 2,108 exemplaires
Celui qui veille (2020) — Auteur — 2,064 exemplaires
La Sentence (2021) 1,917 exemplaires
The Beet Queen (1986) 1,768 exemplaires
Future Home of the Living God (2017) 1,447 exemplaires
LaRose (2016) 1,388 exemplaires
Ce qui a dévoré nos coeurs (2005) 1,266 exemplaires
Le jeu des ombres (2010) 1,049 exemplaires
The Bingo Palace (1994) 1,046 exemplaires
Four Souls (2004) 898 exemplaires
The Antelope Wife (1998) 881 exemplaires
Tales of Burning Love (1996) 761 exemplaires
The Game of Silence (2005) 586 exemplaires
The Crown of Columbus (1991) 530 exemplaires
The Porcupine Year (2008) 384 exemplaires
The Blue Jay's Dance: A Birth Year (1995) 330 exemplaires
Chickadee (2012) 317 exemplaires
The Best American Short Stories 1993 (1993) — Directeur de publication — 277 exemplaires
Makoons (2016) 195 exemplaires
Grandmother's Pigeon (1996) 135 exemplaires
Jacklight (1996) 130 exemplaires
Baptism of Desire: Poems (1989) 106 exemplaires
The Range Eternal (2002) 78 exemplaires
Selected from Love Medicine (1989) 13 exemplaires
Four Souls / Tracks (2004) 7 exemplaires
The Years of My Birth 5 exemplaires
Jahr der Wunder: Roman (2023) 4 exemplaires
El fantasma de las palabras (2022) 4 exemplaires
L’anno che bruciammo i fantasmi (2023) 3 exemplaires
Le Mooz 2 exemplaires
A Wedge of Shade 1 exemplaire
הבית העגול 1 exemplaire
The Hollow Children 1 exemplaire
Il guardiano notturno 1 exemplaire
Sentence, The 1 exemplaire
“Grief” 1 exemplaire
Commemorative 1 exemplaire
“Dear John Wayne” 1 exemplaire
The Leap 1 exemplaire
Saint Marie 1 exemplaire
The Stone 1 exemplaire
Turn Signals: My Winter Babies (2003) 1 exemplaire
Matchimanito 1 exemplaire
Scales {short story} 1 exemplaire
Knives 1 exemplaire
Snares 1 exemplaire

Oeuvres associées

Literature: An Introduction to Fiction, Poetry, and Drama (1995) — Contributeur, quelques éditions929 exemplaires
The Oxford Book of American Short Stories (1992) — Contributeur — 757 exemplaires
Secret Ingredients: The New Yorker Book of Food and Drink (2007) — Contributeur — 537 exemplaires
State by State: A Panoramic Portrait of America (2008) — Contributeur — 519 exemplaires
The Best American Short Stories 2003 (2003) — Contributeur — 471 exemplaires
The Broken Cord (1989) — Avant-propos — 460 exemplaires
Writers on Writing: Collected Essays from the New York Times (2001) — Contributeur — 447 exemplaires
Points of View: Revised Edition (1966) — Contributeur — 416 exemplaires
Sisters of the Earth: Women's Prose and Poetry About Nature (1991) — Contributeur — 400 exemplaires
The Oxford Book of Modern Fairy Tales (1993) — Contributeur — 370 exemplaires
The Best American Short Stories 2016 (2016) — Contributeur — 264 exemplaires
The Year's Best Fantasy and Horror: Fourteenth Annual Collection (2001) — Contributeur — 249 exemplaires
The Best American Short Stories 2015 (2015) — Contributeur — 226 exemplaires
The New Granta Book of the American Short Story (2007) — Contributeur — 214 exemplaires
The Best American Nonrequired Reading 2012 (2012) — Contributeur — 200 exemplaires
We Are the Stories We Tell (1990) — Contributeur — 196 exemplaires
Fourteen Days: A Collaborative Novel (2022) — Contributeur — 194 exemplaires
Talking Leaves: Contemporary Native American Short Stories (1991) — Contributeur — 194 exemplaires
The Best American Mystery Stories 2005 (2005) — Contributeur — 190 exemplaires
The Best American Mystery Stories 2007 (2007) — Contributeur — 188 exemplaires
The Best American Essays 1994 (1994) — Contributeur — 181 exemplaires
Aqua Erotica: 18 Stories for a Steamy Bath (2000) — Contributeur — 177 exemplaires
Growing Up Native American (1993) — Contributeur — 169 exemplaires
American Religious Poems: An Anthology (2006) — Contributeur — 164 exemplaires
The Best American Short Stories 1988 (1988) — Contributeur — 160 exemplaires
Granta 34: Death of a Harvard Man (1990) — Contributeur — 159 exemplaires
Granta 27: Death (1989) — Contributeur — 153 exemplaires
Granta 41: Biography (1992) — Contributeur — 143 exemplaires
Still Wild: Short Fiction of the American West 1950 to the Present (2000) — Contributeur — 141 exemplaires
Harper's Anthology of Twentieth Century Native American Poetry (1988) — Contributeur — 140 exemplaires
Witches' Brew (2002) — Contributeur — 126 exemplaires
The Ecco Anthology of Contemporary American Short Fiction (2008) — Contributeur — 126 exemplaires
Prize Stories 2001: The O. Henry Awards (2001) — Contributeur — 124 exemplaires
Mistresses of the Dark [Anthology] (1998) — Contributeur — 122 exemplaires
Deep Down: The New Sensual Writing by Women (1988) — Contributeur — 116 exemplaires
Granta 115: The F Word (2011) — Contributeur — 113 exemplaires
Granta 38: We're So Happy! (1991) — Contributeur — 113 exemplaires
Heart of the Land: Essays on Last Great Places (1994) — Contributeur — 106 exemplaires
American Short Stories (1976) — Contributeur, quelques éditions95 exemplaires
Who Do You Think You Are?: Stories of Friends and Enemies (1993) — Contributeur — 94 exemplaires
Braided Lives: An Anthology of Multicultural American Writing (1991) — Contributeur — 90 exemplaires
The Granta Book of the Family (1995) — Contributeur — 88 exemplaires
Moccasin Thunder: American Indian Stories for Today (2005) — Contributeur — 86 exemplaires
The Best American Nonrequired Reading 2017 (2017) — Contributeur — 85 exemplaires
Living Nations, Living Words: An Anthology of First Peoples Poetry (2021) — Contributeur — 80 exemplaires
Granta 19: More Dirt (1986) — Contributeur — 76 exemplaires
It Occurs to Me That I Am America: New Stories and Art (2018) — Contributeur — 75 exemplaires
The Best American Short Stories 1983 (1983) — Contributeur — 73 exemplaires
Earth Song, Sky Spirit (1993) — Contributeur — 69 exemplaires
The Heath Anthology of American Literature, Concise Edition (2003) — Contributeur — 68 exemplaires
Anonymous Sex (2022) — Contributeur — 67 exemplaires
Song of the Turtle: American Indian Literature 1974-1994 (1996) — Contributeur — 63 exemplaires
Granta 129: Fate (2014) — Contributeur — 58 exemplaires
The Penguin Book of the Modern American Short Story (2021) — Contributeur — 56 exemplaires
Nothing But the Truth: An Anthology of Native American Literature (2000) — Contributeur — 52 exemplaires
The Ecopoetry Anthology (2013) — Contributeur — 49 exemplaires
The Best American Poetry 2021 (2021) — Contributeur — 48 exemplaires
The Seasons of Women: An Anthology (1995) — Contributeur — 46 exemplaires
Lines from a Mined Mind: The Words of John Trudell (2008) — Avant-propos — 44 exemplaires
Earth Power Coming: Short Fiction in Native American Literature (1983) — Contributeur — 35 exemplaires
Ghost Writing: Haunted Tales by Contemporary Writers (2000) — Contributeur — 33 exemplaires
Birds in the Hand: Fiction and Poetry about Birds (2004) — Contributeur — 33 exemplaires
Mothers and Daughters: An Anthology (1998) — Contributeur — 33 exemplaires
Through the Eye of the Deer (1999) — Contributeur — 28 exemplaires
Sing: Poetry from the Indigenous Americas (2011) — Contributeur — 26 exemplaires
The New Great American Writers' Cookbook (2003) — Contributeur — 21 exemplaires
The Best of the Best American Mystery Stories: The First Ten Years (2014) — Contributeur — 21 exemplaires
Skins: Contemporary Indigenous Writing (2000) — Contributeur — 19 exemplaires
Voices Under One Sky: Contemporary Native Literature (1994) — Contributeur — 19 exemplaires
A Link with the River (1989) — Preface, quelques éditions18 exemplaires
Coming of Age in the 21st Century: Growing Up in America Today (2008) — Contributeur — 17 exemplaires
Inheriting the Land: Contemporary Voices from the Midwest (1993) — Contributeur — 16 exemplaires
Sovereign Traces Volume 1: Not (Just) (An)Other (2018) — Contributeur — 15 exemplaires
Reckonings: Contemporary Short Fiction by Native American Women (2008) — Contributeur — 11 exemplaires
Ghost Fishing: An Eco-Justice Poetry Anthology (2018) — Contributeur — 9 exemplaires
Night: A Literary Companion (2009) — Contributeur — 8 exemplaires
Lightspeed Magazine, Issue 91 • December 2017 (2017) — Contributeur — 5 exemplaires

Étiqueté

Partage des connaissances

Nom canonique
Erdrich, Louise
Nom légal
Erdrich, Karen Louise
Date de naissance
1954-07-07
Sexe
female
Nationalité
Etats-Unis
Lieu de naissance
Little Falls, Minnesota, Etats-Unis
Lieux de résidence
Minneapolis, Minnesota, USA
Dartmouth, New Hampshire, USA
Turtle Mountain Band of Chippewa Indians Reservation, North Dakota, USA
Études
Dartmouth College (AB|1976)
Johns Hopkins University (MA|Creative Writing|1979)
Professions
short story writer
poet
novelist
businesswoman
Relations
Erdrich, Heid E. (Soeur)
Erdrich, Lise (Soeur)
Erdrich, Ronald W. (Cousin)
Dorris, Michael (Ex-époux)
Organisations
Anishinaabe Nation
Birchbark Books (owner)
Prix et distinctions
Pulitzer Prize for Fiction (2021)
Associate Poet Laureate of North Dakota (2005)
Western Literature Association's Distinguished Achievement Award (1992)
Kenyon Review Award for Literary Achievement (2009)
Lifetime Achievement Award, Native Writers Circle of The Americas (2000)
American Academy of Arts and Letters (1998) (tout afficher 25)
National Book Award for Fiction (2012)
American Academy of Poets Prize (1975)
MacDowell Fellowship (1980)
Pushcart Prize (1983)
National Book Critics Circle Award for Fiction (1984, 2016)
Sue Kaufman Prize (1984)
Virginia McCormick Scully Literary Award (1984)
Los Angeles Times Book Prize (1985)
O. Henry Award (1987)
World Fantasy Award (1999)
Native Writers' Circle of the Americas Lifetime Achievement Award (2000)
Scott O'Dell Award for Historical Fiction (2006, 2013)
Anisfield-Wolf Book Award (2009)
Rough Rider Award (2013)
Dayton Literary Peace Prize (2014)
PEN/Saul Bellow Award for Achievement in American Fiction (2014)
Library of Congress Prize for American Fiction (2015)
Guggenheim Fellowship (1985)
Berresford Prize (2022)
Agent
Andrew Wylie (The Wylie Agency)

Membres

Discussions

November 2019: Louise Erdrich à Monthly Author Reads (Septembre 2022)
Group Read, June 2020: Love Medicine à 1001 Books to read before you die (Juin 2020)
Group Read of The Round House by Erdrich à 75 Books Challenge for 2017 (Février 2017)
Louise Erdrich: American Author Challenge à 75 Books Challenge for 2015 (Septembre 2015)
Louise Erdrich series? à Librarything Series (Août 2011)

Critiques

Je tourne autour de cette autrice depuis longtemps, j’aborde son œuvre par la tangente mais je n’arrive pas à me décider à décider lequel de ses romans je devrais lire en premier (ceux que j’ai repérés étant soit épuisé pour [La Forêt suspendue] soit trop récemment sorti en poche pour [Celui qui veille]), alors quand ce livre est apparu sur les étagères de la bibliothèque numérique a laquelle je suis inscrite, je n’ai pas hésité et c’est sans rien savoir de ce livre que je me suis lancée dans sa lecture.
Et à l’heure de commencer cette note de lecture, c’est le même état d’incertitude, je ne sais pas non plus comment la commencer. La Sentence est en effet un livre qui part un peu dans tous les sens. Il commence en promettant une histoire de rédemption d’une jeune fille un peu paumée par les livres (un joli poncif de la littérature facile donc on craint un peu le pire…), mais non finalement on se retrouve complètement autre part (en terme de genre littéraire), la rédemption a eu lieu, et on est dans le quotidien d’une famille d’autochtones (c’est du Louise Erdrich tout de même…). Une famille un peu bancale, avec ses démons hérités de l’enfance, ses difficultés à trouver la juste distance par rapport à sa culture, la discrimination latente… Et puis là-dessus arrive un brin de réalisme magique, et puis on se rend compte que l’histoire commence en novembre 2019, et que donc certaines réalités vont rattraper nos personnages, d’autant que, je ne l’ai pas dit, l’histoire se passe à Minneapolis. Ajoutons à cela que Louise Erdrich tient elle aussi une librairie à Minneapolis, et que dans le livre il y a un personnage qui s’appelle Louise, qui écrit des livres dont un qui s’appelle [Celui qui veille] (tiens, je n’en ai pas déjà parlé plus haut?), cela fait beaucoup…
Cela fait aussi un livre inclassable, qui emprunte aux codes de tous les genres, et étrangement, cela se tient de bout en bout. J’ai lu ce livre lentement, parce qu’il faut une certaine attention pour suivre Louise Erdrich dans le cheminement qu’elle suit, pour donner aux personnages le temps de se déployer, de dévoiler leur complexité.

C’est un roman assez déroutant, mais cette façon que l’autrice a de jouer avec son lecteur est assez agréable si on se prend au jeu et permet à Louise Erdrich de dire des choses difficiles sans « plomber » le texte ou l’histoire. Même si je pense que ce roman ne plaira pas à tout le monde, pour ma part, je l’ai beaucoup apprécié, tant du point de vue de sa forme que du point de vue de son fond. Car ce livre n’est pas qu’on jeu littéraire, c’est aussi une peinture sombre d’une Amérique toujours et encore malade de ses mêmes démons, le constat d’une société qui n’arrive pas à se délester de ses innombrables fardeaux. C’est sombre, c’est dur, mais c’est aussi plein d’ironie, c’est grinçant et c’est une très belle lecture.
… (plus d'informations)
 
Signalé
raton-liseur | 100 autres critiques | Dec 13, 2023 |
Il y a quelques semaines, il n’y avaient que les nouvelles qui m’attiraient. L’esprit trop pris par ailleurs pour me plonger dans un long roman, je voulais pouvoir m’évader mais pouvoir revenir vite à la réalité, pouvoir reposer mon livre après quelques pages et revenir dans la « vraie vie » sans avoir le sentiment d’abandonner mes personnages... Le format de la nouvelle était donc exactement ce qu’il me fallait. Et puisque je venais de recevoir un exemplaire de [Femmes nue jouant Chopin] (quel beau titre pour titiller la curiosité et l’imagination du lecteur!), il m’a semblé évident de commencer la lecture de ce livre.
Je me suis aperçue avant de commencer que ce recueil est en fait le second tome des nouvelles écrites par Louise Erdrich entre 1978 et 2008. Le premier volume, [La Décapotable rouge] (littéralement traduit du recueil en anglais qui ne comprend qu’un volume) m’était inconnu bien qu’il soit disponible en librairie, alors que [Femme nue jouant Chopin] ne peut être trouvé que d’occasion. Je garde donc ce premier tome en tête pour une lecture future, car j’ai beaucoup apprécié ce que j’ai lu ici et je ne serais pas contre une petite piqûre de rappel.
Je pourrais citer beaucoup de nouvelles qui m’ont particulièrement plu, mais j’irai plus vite à faire la liste de celles qui m’ont laissées tièdes (mais je ne le ferai pas). J’ai apprécié la variété de ces nouvelles, tant dans leurs thèmes que dans leurs personnages ou les époques. Louise Erdrich est certes connue comme une des représentantes de la « Renaissance amérindienne », mais elle n’interdit pas d’explorer le quotidien de personnages blancs, souvent des pionniers, toujours dans les grands espaces américains, mais avec diversité et nuance. Il y a parfois du réalisme magique dans ses histoires, parfois du réalisme tout court. Mais il y a toujours beaucoup d’attention, pour ne pas dire de tendresse, portée à ses personnages principaux ou secondaires. Elle dépeint la vie difficile, parfois frustre, les aspirations trop souvent déçues, les réalités d’une nature exigeante, mais aussi la complexité des relations humaines et des amours déclinés sous différentes formes.
Certaines de ces nouvelles ont été déclinées ensuite en roman, je n’ai lu aucun des romans de Louise Erdrich, hormis un roman pour jeunes lecteurs, je ne suis donc pas très bien placée pour commenter ce point, mais j’ai reconnu dans une nouvelle la trame de [Ce qui a dévoré nos coeurs] et probablement aussi une qui se rattache à [La Chorale des maîtres bouchers], mais ces nouvelles se suffisent à elles-mêmes et je trouve la plume et l’imaginaire de Louise Erdrich particulièrement adaptés à la forme courte. A me demander, même, si j’ai envie de lire des romans d’elle… Je pense que je le ferai un jour, certes, mais ce ne sont pas ses plus connus (ni ses plus disponibles) qui m’attirent et je crois que pour l’instant, je vais continuer à explorer avec délectation ses nouvelles et sa série pour enfants.
… (plus d'informations)
 
Signalé
raton-liseur | 5 autres critiques | May 10, 2023 |
Non, elle n’y pouvait rien changer, pas plus qu’elle ne pouvait changer qui elle était, elle, Omakayas, la petite fille qui entendait les plantes parler et qui avait des vertiges. Omakays, qui parlait aux ours et qui recevait leur médecine. Omakayas, qui regrettait un de ses frères et qui en voulait à l’autre, qui était jalouse de sa sœur. Omakayas, la Petite Grenouille, dont le premier pas avait été u saut. Omakayas, qui avait perdu son ami.
(…) Là, dans la cour, en regardant le feu, Omakayas se sentit soudain étrangement lucide. Pas plus qu’Andeg, elle ne pouvait échapper à ce qu’elle était. Omakayas, dans cette peau-là, à cet endroit, à cette époque. Personne d’autre. Quoi qu’elle fasse, elle ne serait jamais une autre personne et ne connaîtrait jamais vraiment d’autres pensées que les siennes. Elle ferma les yeux. Pendant un moment, elle eut l’impression de tomber de très haut, de plonger dans l’obscurité totale, de dégringoler sans pouvoir se raccrocher à rien. Apeurée, elle ouvrit les yeux et vit qu’elle atterrissait doucement là où elle était, dans son propre corps, à sa place.

(p. 182-183, Chapitre 13, “Sous la protection d’Une-Corne”, Partie 4, “Zeegwun (Le printemps)”).


J’ai découvert le nom de cette autrice dans plusieurs notes de lecture que j’ai vues passer ces derniers mois et que je lisais avec intérêt, mais je n’arrivais pas à me décider pour un titre, le seul qui m’ait vraiment attirée n’étant plus disponible en traduction et plusieurs autres me paraissant trop violents pour mon goût. Quand j’ai vu que ma bibliothèque possédait ce titre dans son rayon de littérature jeunesse, je me suis dit que c’était une entrée en matière peu risquée et que cela me convenait plutôt bien.
Et quelle bonne idée j’ai eue ! Omakayas, Petite Grenouille, est une petite fille de huit ans pleine de vie, qui n’aime pas tanner les peaux mais qui aime manger des morceaux de sève d’érable, une petite fille comme les autres, quelque part dans le Nord des Etats-Unis au XIXème siècle. Pendant un an, au fil des saisons, on la verra grandir, mûrir, vivre des expériences exaltantes et d’autres douloureuses, la vie en somme. Et Louise Erdrich décrit cela avec une sorte d’évidence qui rend la lecture fluide et rafraîchissante, même lorsqu’elle décrit des choses dures. J’ai aimé la grande simplicité de ce livre, cette façon de décrire la vie, rien de plus.
Je m’aperçois en creux que, pour les livres qui se passent dans cette partie du monde et à cette époque, on est habitué à des histoires qui décrivent comment les blancs détruisent la culture locale, comment il est difficile pour les natifs de s’en sortir, des livres politiques, des livres à thèse, qui veulent convaincre le lecteur, qui veulent déranger. Rien de tel ici, c’est un livre sur la difficulté de grandir, sur la vie au quotidien. Il se trouve qu’il se passe dans une communauté Ojibwé, et j’ai pris plaisir à ce décor, mais rien n’est jamais démonstratif et cela fait de ce livre un vrai plaisir de lecture. On apprend beaucoup sans s’en apercevoir, on est dépaysé sans qu’il soit besoin de le faire sentir. Encore une fois, les mots d’évidence et de simplicité me viennent à l’esprit pour décrire l’écriture de Louise Erdrich dans ce livre.
J’ai donc passé un très bon moment en compagnie d’Omakayas et avec la plume de Louise Erdrich. Je ne manquerai pas de [Le Jeu du silence], dans lequel je pourrai retrouver Omakayas, et je finirai par me lancer dans un roman adulte, en espérant retrouver au moins en partie cette grande simplicité dans l’écriture et cette évidence dans le propos. Une belle première approche, pour une autrice que je découvre bien tard au vu de sa carrière, mais avec un immense plaisir.
… (plus d'informations)
 
Signalé
raton-liseur | 77 autres critiques | Apr 30, 2022 |
> Love Medicine est le tout premier roman de Louise Erdrich. Elle y décrit le quotidien de deux familles d'une réserve du Dakota.
L'Express

>Love Medicine, par Louise Erdrich, Par André CLAVEL, publié le 26/11/2011 à 10:00. — Née dans le Minnesota en 1954, Louise Erdrich est l'une des grandes voix de la littérature indienne. Mêlant anthropologie, mythologies et revendication ethnique, son oeuvre retrace l'histoire douloureuse des communautés peu à peu menacées de disparition, aux confins des grandes plaines. Publié en 1984, Love Medicine est le tout premier roman de Louise Erdrich, où elle décrit le quotidien de deux familles d'une réserve du Dakota. Privées de leurs terres et de leurs racines, elles traverseront les décennies en ravaudant des traditions dont elles ne comprennent plus le sens, comme si on leur avait volé leur identité. A leur désarroi la romancière oppose la musique d'une prose envoûtée, à la fois courroucée et nostalgique.
L'Express

> LOVE MEDICINE, de LOUISE ERDRICH (Albin Michel, 391 p.)
Se reporter au compte rendu de M.-È. S.
In: (2009). Compte rendu de [Nouveautés]. Entre les lignes, vol. 5, n° 3 (printemps 2009), p. 36… ; (en ligne),
URL : https://id.erudit.org/iderudit/716ac
… (plus d'informations)
 
Signalé
Joop-le-philosophe | 77 autres critiques | Jan 20, 2021 |

Listes

My TBR (1)
AP Lit (4)

Prix et récompenses

Vous aimerez peut-être aussi

Auteurs associés

Katrina Kenison Series editor
Martie Holmer Lettering, family tree
Larry Woiwode Contributor
Harlan Ellison Contributor
John Updike Contributor
Tony Earley Contributor
Thom Jones Contributor
Antonya Nelson Contributor
Wendell Berry Contributor
Janet Peery Contributor
Jane Shapiro Contributor
Kim Edwards Contributor
Lorrie Moore Contributor
Andrea Lee Contributor
Mary Gaitskill Contributor
Alice Munro Contributor
Susan Power Contributor
Alice Fulton Contributor
Mary Gordon Contributor
Stephen Dixon Contributor
Diane Johnson Contributor
Joanna Scott Contributor
Jim LaMarche Illustrator
Vincenzo Mantovani Translator, Author
Anna Fields Narrator
Sylke Hachmeister Übersetzer
Gesine Schröder Übersetzer
gurcelsarah Translator
Coleen Marlo Narrator
Chris Hirte Übersetzer
Eric Fuentecilla Cover designer
Fritz Scholder Cover artist

Statistiques

Œuvres
70
Aussi par
92
Membres
38,093
Popularité
#472
Évaluation
3.9
Critiques
1,321
ISBN
660
Langues
16
Favoris
130

Tableaux et graphiques